MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

LA GAZETTE UTOPIA 313 DU 26 OCTOBRE AU 6 DÉCEMBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 313 DU 26 OCTOBRE AU 6 DÉCEMBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LOUIS MALLE - GENTLEMAN PROVOCATEUR

Du 09/11/22 au 06/12/22

Au croisement de la Nouvelle Vague, du cinéma d’auteur français et du cinéma indépendant américain, Louis Malle s’attaque à tous les sujets et fait fi des interdits et des tabous qui corsètent la bonne société française. En 1963, il adapte avec Le Feu follet le sulfureux Drieu la Rochelle. En 1974, avec Patrick Modiano, grand spécialiste de la période, il peint dans Lacombe Lucien un portrait acerbe de la France de la collaboration et du régime de Vichy. Dans les années 1970, La Petite (inspiré de la vie du photographe Ernest J. Bellocq) et Le Souffle au cœur provoquent la polémique. Avec la complicité de Jean-Claude Carrière, il livre avec Milou en mai une peinture surréaliste et désopilante de la bourgeoisie à l’épreuve de Mai 68. Il signe aussi de grands succès populaires comme Au revoir les enfants, lauréat de 7 César en 1988. L’occasion de revoir sur grand écran ceux qui ont accompagné son œuvre : Jeanne Moreau, Maurice Ronet, Jean-Paul Belmondo…


  • ASCENSEUR POUR L'ÉCHAFAUD

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Louis Malle (il avait alors 24 ans) a conçu son premier long métrage comme un lent compte à rebours. Un homme assassine le mari de sa maîtresse. Elle est parfaitement au courant, a imaginé et préparé le meurtre avec lui. Au moment de s'enfuir dans sa voiture, il réalise qu'il a oublié la corde qui lui a servi à grimper d'un balcon à l'autre. Il retourne sur les lieux et prend l'ascenseur. Le gardien coupe soudainement le courant pour le week-end. Le meurtrier reste coincé entre deux étages. A l'... (lire la suite)


  • LE FEU FOLLET

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Ravagé par l’alcool et le désespoir, Alain Leroy (Maurice Ronet) vient de suivre une cure de désintoxication dans une clinique de Versailles. Envahi par un irrésistible dégoût de la vie, il rompt l’un après l’autre les derniers liens qui le retenaient. Il abandonne la jolie Lydia (Léna Skerla) qui voulait le sauver, il résiste à son médecin qui tentait de le réconcilier avec sa femme, il rencontre par hasard un ami d’autrefois (Bernard Noël), embourgeoisé et insupportable. Grâce à Jeanne (Jeanne... (lire la suite)


  • LE SOUFFLE AU COEUR

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Dijon, 1954. Une famille bourgeoise. Laurent (Benoît Ferreux), 15 ans, vit avec son père, ses deux frères et sa mère, Clara (Lea Massari.) Sa vie est une suite de faits plus ou moins notables jusqu’au jour où il est atteint d’un souffle au cœur. Il part en compagnie de sa mère faire une cure dans le Morvan. Un tendre marivaudage s’instaure alors entre eux. Avec ses aspects autobiographiques, Le Souffle au cœur est une chronique adolescente sensible et fine. On y retrouve une description détaill... (lire la suite)


  • LE VOLEUR

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Que le grand cric me croque, saperlipopette ! J'avais oublié que Belmondo avait été un aussi grand acteur : il est ici superbe d'intensité retenue, de douleur goguenarde, en malfrat sans dieu ni maître, en séducteur désabusé et dilettante dont l'amoralité n'a d'égale que son habileté à détrousser son propre clan : une bourgeoisie confite qui lui inspire un dégoût viscéral. J'avais oublié qu'elles étaient aussi belles : Geneviève Bujold, Marlène Jobert, Marie Dubois, Françoise Fabian, Bernadette ... (lire la suite)