Loading

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party à Tournefeuille samedi 18 octobre
Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas vers la liberté est toujours délicat, de vous aider à ...

Grand Marché Transatlantique : menace sur les peuples !
Une inquiétante nouvelle vague d’accords de commerce et d’investissement est négociée par l’Union Européenne : CETA avec le Canada, TAFTA avec les USA, ACS ou TISA avec 22 autres pays développés. Ces sigles désignent trois accords majeurs de libre-échange et d’investissement n...

Le foot d’en bas
C’est un petit village perdu en Ariège, à deux encablures d’Ax-les-Thermes. Luzenac, 600 habitants, une petite commune comme il en existe, paraît-il, 37 000 dans l’hexagone. Rien d’original donc à première vue, sauf que celle-ci cumule sans complexes trois étrangetés qui nous obligent, ce jour ...

NEAR DEATH EXPERIENCE : entretien avec Benoît Delépine
À l'occasion de la sortie de son dernier film NEAR DEATH EXPERIENCE, co-réalisé comme d'hab avec son compère Gustave Kervern, et en attendant de voir débarquer sur Toulouse toute la nation Grolandaise pour leur Festival International de films Grolandais FIFIGROT, voici un entretien avec Benoît Delép...

La douleur des Israéliens et des Palestiniens
« La douleur des Israéliens et des Palestiniens ne peut pas être distinguée, et l’une ne cessera pas tant que l’autre durera »… dit dans un interview Nadav Lapid, réalisateur du formidable film L’Institutrice. Il est signataire de l’appel de cinéastes israéliens qui...

ANONYMOUS, PEUVENT-ILS CHANGER LE MONDE ? Projection unique (en exclusivité française !) jeudi 24 janvier à 20h45 à Utopia Toulouse, suivie d'un débat avec Fo0, activiste au Moyen Orient et membre de l'organisation Telecomix, un groupe décentralisé engagé en faveur de la liberté d'expression, connu notamment pour ses actions en Syrie et en Égypte pour aider la population à contourner la censure (pour cette soirée, achetez vos places à partir du 12 janvier). Participez sur Twitter ou IRC : #UtopiAgora.

WE ARE LEGION, the story of the hacktivists

Brian Knappenberger - documentaire USA 2012 1h35mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

WE ARE LEGION, the story of the hacktivistsPremier et seul documentaire à ce jour sur l'histoire des Anonymous, le film de Brian Knappenberger s'avère être en plus très bon, dressant un portrait certes passionné et plutôt en phase avec cette communauté en ligne d'hacktivistes, mais sans complaisance pour autant, n'hésitant pas à pointer le doigt là où ça fait mal, posant les bonnes questions sans forcément chercher à y répondre, laissant le champ libre à la réflexion et rendant grâce à un sujet complexe et insaisissable car toujours en mouvement. Élément important, ce n'est pas une succession de témoignages masqués, la plupart sont à visages découverts : spécialistes, hackers, journalistes, mais aussi des Anonymous dont l'identité à été découverte et qui font l'objet de poursuites judiciaires aux USA, en raison de leurs actions contre l'église de scientologie, Paypal et Mastercard. Des sources de l'hacktivisme aux dernières actions des Anonymous, We are legion est au final un document très riche mêlant témoignages et archives à tambour battant, à la fois pédagogique et pointu, montrant les forces et les limites de ce mouvement.

Internet va vite, très vite, c’était il y a un siècle, au début des années 2000, un an avant la naissance de Wikipédia, six ans avant Wikileaks, Chris « Moot » Poole (à l'âge de quinze ans) fondait 4chan, la « poubelle » du Net. Un petit garçon gentil, propre sur lui, créait le site le plus dégoûtant du monde, l’opposé de Facebook où la CIA peut vous espionner à loisir : total anonymat, un lieu horrible mais où les gens peuvent être complètement honnêtes. C’est dans ce terreau que se développa la culture des Anonymous, culture du troll, culture de la liberté d’expression dans sa forme la plus absolue.
Des premières actions collectives petit à petit se mirent en place jusqu’en 2008 où le mouvement s’attaqua à l’église de scientologie. Mike Vitale, du projet Chanology : « Anonymous était comme ce gros gamin à l’école qui a une piètre estime de lui-même et qui un jour donne un coup de poing dans la gueule de quelqu’un et se dit “woaow, putain, je suis vraiment fort”. »
Puis ce fut Telecomix et le rôle joué lors du printemps arabe, l’opération Payback contre les géants Mastercard et Paypal suite au blocus contre Wikileaks, le soutien au mouvement des indignés… Joshua Corman, stratège en securité et philosophe : « des inconnus jeunes, sans visages, ont un impact géopolitique, c’est a la fois hilarant et terrifiant de réaliser cela. » Mercedes Haefer : « la dizaine de milliers d’ados en colère font sacrément peur à ceux qui ont du pouvoir, car ils ont prouvé au gouvernement que leur opinion n’avait plus d’importance car quelqu’un était sur Internet en train de botter des culs. »

We are legion est l’histoire d’une prise de conscience, de l’émergence d’une communauté d’activistes défendant la liberté d’expression, mais surtout l’émergence d’un contre pouvoir dans la société de l’information, sans doute la première ligne de front entre nous et les durcissements des politiques de surveillances des citoyens par les états ou des sociétés privées comme Amesys, dans un contexte de crise économique et politique qui favorise la montée du fascisme dans toute l’Europe. Face aux totalitarismes, à la culture individualiste distillée par Facebook, les anonymes de 4chan se lèvent en masse et prônent le collectif et l'intérêt général.

À voir aussi en Vidéo en Poche : 8th Wonderland et The Cat, the Reverend and the Slave (sans DRM et en HD).