LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party et après-midi jeux, bricolage Ludique et Geek samedi 23 juin
Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas vers la liberté est toujours délicat, de vous aider à ...

Le manifeste de la haine islamophobe (communiqué UJFP)
Un manifeste « contre le nouvel antisémitisme » écrit par Philippe Val a été signé par 300 personnalités. Vous avez dit antiracistes ? Qui sont ces éminents antiracistes qui nous viennent en aide ? Il y a Manuel Valls, qui expliquait en septembre 2013 que « les Roms ont vocation à retourner en R...

Première pierre d'Utopia Borderouge samedi 24 mars 2018 à 17h
Cela fait dix ans qu’on en parle, mais le projet finit par aboutir. Après que, à peine élu, Jean-Luc Moudenc ait remis le projet à l’ordre du jour, archis et bureaux d’études se sont attelés au travail. Pas une mince affaire. Le ciné est à cheval sur le tunnel du métro, ce qui comp...

  • DÉSOBÉISSANCE

    Tout comme Gloria et Une femme fantastique, les deux films précédents et de belle mémoire de Sebastián Lelio, Désobéissance reflète une humanité complexe, riche de ses contradictions, assoiffée de libre arbitre donc de transgression. Aucun personnage n’est laissé à l’abandon. L’œil de la caméra les débusque, attentive, au plus profond de leurs retranchements secrets. Il sait décrypter l’empathie sous un regard colérique, les plus infimes fêlures sous un sourire radieux, la fragilité qui fissure ... (lire la suite)

  • DOGMAN

    Pas de doute : les films de Matteo Garrone – on citera tout particulièrement Gomorra et Reality – sont tout sauf tièdes. Ça décoiffe, ça saisit, ça bouscule ! Une fois de plus le réalisateur ne nous sert pas du réchauffé et dès le premier plan de Dogman, il nous scotche dans notre fauteuil. Même si les canidés y sont parfois mignons, c’est un cinéma crépusculaire qui grogne et mord ceux qui s’en approchent. Le récit n’est pas tendre même s’il transpire de tendresse. Il est issu d’une image resté... (lire la suite)

  • ET SI ON VIVAIT TOUS ENSEMBLE ?

    Annie, Jean, Claude, Albert et Jeanne constituent une joyeuse bande de septuagénaires unis par une amitié de quelques décennies. Deux couples et un célibataire endurci, plutôt gâtés par la vie, qui se retrouvent joyeusement et régulièrement pour des manifs (ils ne font pas partie des vieux peureux qui votent à droite), et pour des bonnes bouffes champêtres. Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes de seniors possible… si Albert ne commençait pas à montrer des signes d’absence, ... (lire la suite)

  • LE CERCLE LITTÉRAIRE DE GUERNESEY

    Il fait nuit sur Guernesey, l'une des îles Anglo-Normandes entre la France et l'Angleterre. Nous sommes en 1941 et l'île est occupée par les nazis. Quelques amis un peu pompettes rentrent chez eux malgré le couvre-feu par un petit chemin qui trace à travers la lande. Brutalement, un projecteur les aveugle et un groupe de soldats armés jusqu'aux dents les interpelle. Pris de court, ils restent cois, mais Elisabeth improvise une histoire pour démontrer qu'ils n'ont rien de résistants redoutables :... (lire la suite)

  • LE DOSSIER MONA LINA

    Du réalisateur Eran Riklis, on retient avant tout Les Citronniers, très beau film dans lequel Hiam Abbas excellait particulièrement. Mais on garde également en tête La Fiancée syrienne ou encore Mon fils… Le point commun qui relie toutes ces œuvres est le soin particulier que le réalisateur prend à dépeindre ses héroïnes, à se placer depuis leur point de vue, leur univers intime. Il leur donne ainsi un espace essentiel qui lui permet de brosser de beaux portraits de femmes, dans toute leur ample... (lire la suite)

  • WOMAN AT WAR

    C'est le grand souffle d'air frais de notre été, un film épatant, vivifiant, impertinent qui nous transporte dans des paysages grandioses (bon sang que l'Islande est belle !), aux basques de personnages formidablement attachants, au fil d'un récit aussi malicieux que jubilatoire, qui nous entretient sans jamais se prendre au sérieux de la nécessité de la résistance subversive et du plaisir fou qu'on prend à la pratiquer. Effet euphorisant garanti ! Halla est grande. Elle est cette belle cinqu... (lire la suite)