LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Le cinéma et le bistrot d'Utopia Tournefeuille sont fermés jusqu'au 12 août
Le lieu sera fermé jusqu’au 12 août pour réalisation des grosses œuvres afin de conforter le terrain qui héberge le cinéma. En effet un affaissement du terrain concernant l’annexe de la salle 1, sortie de secours côté bistrot, a mis à rude épreuve notre bâtiment, comportant de problèmes divers e...

SOS Méditerranée lance un appel aux dons
Chères citoyennes, chers citoyens,À l’heure où nous vous écrivons, l’Ocean Viking fait route vers la Méditerranée centrale pour porter secours aux personnes en détresse en mer. Durant ces dernières semaines et suite à la fin de notre partenariat médical avec Médecins Sans Frontières, nous avons dû n...

Pour un cinéma durable et des rencontres d’une nuit (par Anna Pitoun)
La chance quand on est réalisatrice de films documentaires c’est que vos travaux suscitent des débats. Alors on vous invite. Pour une soirée, une matinée. A une rencontre avec le public. C’est l’une des choses que je préfère. Ces moments d’échange, quand la lumière se rallume et que les spectateurs ...

Atelier d'écriture YAKSA 7 : Kévin
La première fois que je l’ai vu, c’était à mon anniversaire, il était sorti d’un énorme gâteau avec des oreilles de lapin et un pompon blanc coincé entre les fesses. On peut pas vraiment dire que ce soit mon genre de mec mais il s’était passé un truc, je ne sais pas quoi exac...



Jeudi 13 mars à 20h40 à Tournefeuille, projection unique suivie d'une rencontre avec Laure Larrieu, la réalisatrice (achetez vos places à partir du 1er mars, tarif Unique 4€)

AU PIED DU MUR

Laure Larrieu et Louis Fabriès - documentaire France 2009 52mn - Musique Al'tarba et Droogz Brigade, Mixage Jules Ribis, Graphisme Armel Marchadour.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

AU PIED DU MURQue pensez vous de tous ces tags qu'on trouve partout, sur chaque recoin de mur, sur les poubelles, les trains, les boîtes aux lettres ?… Vous aussi vous vous demandez quel intérêt il y a à gribouiller bêtement son nom partout ? Ou peut-être pensez vous simplement qu'il s'agit, d'un profond manque de respect, envers les propriétaires des lieux, envers ceux qui vont nettoyer…
Pour être franche, je ne m'étais jamais dit, avant d'avoir vu Au pied du mur que cet acte pouvait être réfléchi et revendicateur. Voilà pourquoi le film est à la fois réussi et tout à fait intéressant : il donne une voix à ces ombres nocturnes et inquiétantes.
Et cette voix est loin d'être celle d'une petite racaille stupide qui n'a qu'un seul but : emmerder le monde. Chaque graffeur a sa propre appréciation de ses peintures, et de ce qu'elles impliquent dans l'espace urbain. Chacun d'eux pense à la manière dont elles vont être reçues.
La culture graffiti a des codes spécifiques, une Histoire, qu'ils connaissent, revendiquent et dans lesquels ils s'inscrivent. A l'encontre de ce que l'on pourrait penser, ces « vandales » aiment leur ville, ils en connaissent les recoins et les détours. Toulouse est ici un terrain de jeux, mais aussi d'expression. Certains préfèrent les friches abandonnées près du cratère d'AZF et prendre le temps de travailler leurs techniques. D'autres préfèrent l'énergie du centre ville où le challenge est plus grand.

La répression est abordée aussi, ressentie plutôt, de manière sous-jacente mais intégrée comme un élément à part entière dans la culture graffiti, y ajoutant l'excitation de la transgression et la nécessité revendicative. La répression, cause fondamentale du fait que nous n'ayons justement jamais accès à cette parole-là, mais aussi de l'émergence d'un graffiti de plus en plus « agressif ».
Dans ce film il y a une vraie écoute, une vraie curiosité qui débouche sur des propos particulièrement riches. Sans jamais juger, sans encourager non plus, le film déploie simplement une réelle envie de comprendre. Et de fait le résultat est là : notre regard n'est plus le même quand nous sortons du cinéma.