LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

On n'est jamais à l'abri du meilleur… Le projet Utopia Cinéma Durable continue ! 400% son objectif initial déjà atteint, 80 000€ ! Mazette ! Une fin d'année sur les chapeaux de roue !
Drôle d’année que 2020… Nous vous souhaitons une très belle année 2021, qu’elle soit meilleure et moins confinée que la précédente, qu’elle vous apporte la santé, la réalisation de vos projets. Il nous revient à tous de bâtir des alternatives solidaires, durables, respectueuses de l’humain et de nat...

Comme un cadeau de Noël à la planète ! Vous êtes-là ! Attention J-1 : il ne tient qu'à vous…
Lors de nos permanences, dans nos halls, sur les réseaux, il n'y a pas à dire vous êtes-là !Même sur Ulule : vous êtes-là ! sur https://fr.ulule.com/utopia-pont-sainte-marie/Par solidarité, pour soutenir un projet légitime, pour faire votre part ! WE DO OUR PART ! Parce qu'on ne peut pas laisser les...

Gébé, on arrête tout, on réfléchit / L'AN 01
Si, après avoir vidé votre PEL pour aider Utopia à concrétiser le projet de cinéma du futur à Pont Sainte Marie, il vous reste 3 sous d’épargne à dilapider dans la joie et la bonne humeur…On était très heureux de recevoir Pierre Carles à Utopia Borderouge, pendant le dernier festival du film gro...

lu dans BOX-OFFICE PRO : "Vers Troyes, Utopia fait appel au financement citoyen"
Le réseau indépendant, qui a obtenu le permis de construire le 19 octobre, a lancé une vaste campagne de financement participatif pour son projet de cinéma à Pont-Sainte-Marie, dans l’Aube.« Il est temps que le cinéma passe au vert ! » Déterminée, Anne Faucon a décidé de franchir une nouvelle ét...

CLIN D’OEIL AU CINÉMA BURLESQUE, DEUX SÉANCES UNIQUES : mercredi 14 novembre à 14h30, LE CIRQUE de Charlie Chaplin, en partenariat avec la Résidence D’Oc à Tournefeuille et dimanche 18 novembre à 10h, CADET D’EAU DOUCE de Buster Keaton, en collaboration avec Le Lido, École des arts du cirque de Toulouse, en préparation du Ciné-Cirque des vacances d’hiver.

CADET D’EAU DOUCE

(Steamboat Bill Jr) Buster KEATON et Charles RIESNER - USA 1928 1h10mn - avec Buster Keaton, Tom McGuire, Ernest Torrence, Marion Bron...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CADET D’EAU DOUCELe jeune William Canfield (B.K) rejoint son père, une sorte de géant débonnaire, capitaine d’un vieux bateau à aube qui navigue sur le Mississipi. Déçu par son fils, qu’il juge trop gandin alors qu’il l’espérait de sa trempe, le capitaine essaie de le transformer en modifiant sa tenue vestimentaire et en l’initiant à la navigation. Conséquence imprévue : disputes et bagarres avec les hommes du magnifique bateau amarré à côté, qui bloque celui du père Canfield. Un cyclone arrive sur ces entrefaites. William se démultiplie, se jette partout à la fois pour sauver les navires, leur équipage, son père, le capitaine rival, la fille d’icelui…
Cadet d’eau douce est l’un des films les plus réussis de Keaton. Au sommet de son art, maîtrisant pour la dernière fois tous les aspects de la production, il peut tout tenter et dépense des sommes parfois folles pour des effets de quelques secondes.

Un gag entrera dans l’histoire par sa drôlerie et son impact spectaculaire : la façade d’un bâtiment, emporté par la tornade, s’effondre sur Keaton, qui va être écrabouillé… Mais non ! Il passe pile poil à travers une fenêtre ouverte du deuxième étage, qui correspond au centimètre près à l’endroit où il se trouve. Ce gag apparaît une première fois en 1920 dans le court métrage de Keaton La Maison démontable. Ici, la façade mesure 8 mètres de haut, pèse deux tonnes, et Keaton prend des risques insensés en tournant la scène. Il commentera cette folie dans ses mémoires : « Je devais être fou ou suicidaire. Sinon, je ne l’aurais jamais fait. »