TOULOUSE Borderouge et TOURNEFEUILLE

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

Tournefeuille Culture

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

On n'est jamais à l'abri du meilleur… Le projet Utopia Cinéma Durable continue ! 400% son objectif initial déjà atteint, 80 000€ ! Mazette ! Une fin d'année sur les chapeaux de roue !
Drôle d’année que 2020… Nous vous souhaitons une très belle année 2021, qu’elle soit meilleure et moins confinée que la précédente, qu’elle vous apporte la santé, la réalisation de vos projets. Il nous revient à tous de bâtir des alternatives solidaires, durables, respectueuses de l’humain et de nat...

Comme un cadeau de Noël à la planète ! Vous êtes-là ! Attention J-1 : il ne tient qu'à vous…
Lors de nos permanences, dans nos halls, sur les réseaux, il n'y a pas à dire vous êtes-là !Même sur Ulule : vous êtes-là ! sur https://fr.ulule.com/utopia-pont-sainte-marie/Par solidarité, pour soutenir un projet légitime, pour faire votre part ! WE DO OUR PART ! Parce qu'on ne peut pas laisser les...

Gébé, on arrête tout, on réfléchit / L'AN 01
Si, après avoir vidé votre PEL pour aider Utopia à concrétiser le projet de cinéma du futur à Pont Sainte Marie, il vous reste 3 sous d’épargne à dilapider dans la joie et la bonne humeur…On était très heureux de recevoir Pierre Carles à Utopia Borderouge, pendant le dernier festival du film gro...

lu dans BOX-OFFICE PRO : "Vers Troyes, Utopia fait appel au financement citoyen"
Le réseau indépendant, qui a obtenu le permis de construire le 19 octobre, a lancé une vaste campagne de financement participatif pour son projet de cinéma à Pont-Sainte-Marie, dans l’Aube.« Il est temps que le cinéma passe au vert ! » Déterminée, Anne Faucon a décidé de franchir une nouvelle ét...

Également au programme - LE CAMP D’ARGELÈS

AVANT-PREMIÈRE lundi 14 janvier à 20h30, suivie d’un débat animé par Amane Gogorza, professeure de UT Capitole Maître de conférences, spécialiste en Droit privé et sciences criminelles, et Michel Martinez, professeur de UT Capitole, Maître de conférences, spécialiste en langues romanes. Places disponibles dès le 5 janvier aux tarifs habituels (Le film sort ensuite le 13 février).

LE SILENCE DES AUTRES

(El silencio de otros) Robert Bahar et Almudena Carracedo - Espagne 2018 1h35mn VOSTF - Prix du public Berlin 2018.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE SILENCE DES AUTRESEl Silencio de Otros revela la lucha silenciada de las víctimas del régimen franquista, que continúan buscando justicia hasta nuestros días. Filmada a lo largo de seis años, con un estilo de cine directo e intimista, la película acompaña a víctimas y supervivientes del régimen a medida que organizan la denominada « Querella Argentina » y confrontan un « pacto del olvido » sobre los crímenes que padecieron. Producida por Almodóvar y Esther García, la pelicula da voz a la silenciada denuncia de los crímenes contra la humanidad cometidos durante el franquismo. La implicación del documental en el seguimiento de las querellas y todo el proceso pone de manifiesto su objetivo. Que no es otro que concienciar al publico : El pasado no puede borrarse sin más.

1977. Deux ans après la mort de Franco, dans l’urgence de la transition démocratique, l’Espagne vote la loi d’amnistie générale qui libère les prisonniers politiques mais interdit également le jugement des crimes franquistes.
Les exactions commises sous la dictature (disparitions, exécutions sommaires, vols de bébés, tortures) sont alors passées sous silence. Mais depuis quelques années, des citoyens espagnols rescapés du franquisme, saisissent la justice en Argentine pour rompre ce « pacte de l’oubli » et faire condamner les coupables.

Six années durant, dans un style direct et intimiste, les réalisateurs suivent les victimes et survivants de la dictature espagnole au fur et à mesure qu’ils organisent la dénommée « querella argentina », c’est-à-dire le procès qui réussira à faire comparaître en justice les tortionnaires du régime, et à faire ouvrir les fosses communes des Républicains… Ce procès fédère plusieurs associations espagnoles, qui militent aussi pour une conscientisation et une sensibilisation de la population envers sa propre histoire : besoin de mettre en pleine lumière la face sombre de l'histoire espagnole afin de pouvoir régler les problèmes du présent et de construire sereinement l’avenir.
Le film montre, avec force et retenue, le courage des victimes qui se considèrent avant tout comme des résistants. Sans tomber dans une narration journalistique, il donne la parole aux survivants qui témoignent avec lucidité, l’émotion prenant le pas sur la raison : ils persévèrent malgré les obstacles et le déni pour que droit et justice soient enfin rendus.

L'association IRIS-Mémoires d’Espagne a été créée à Toulouse en 1996. Ses membres ont organisé au fil des ans des événements, colloques, expositions, représentations théâtrales, concerts, projections de films, interventions auprès des scolaires. Leur but : garder vivantes l’histoire et les valeurs de ces Espagnols qui après trois ans de guerre dans leur pays ont dû s’exiler en France et ailleurs pour échapper à la répression franquiste et au régime dictatorial installé dès avril 1939 en Espagne.
L’association continue de travailler avec d’autres (elle est membre de CAMINAR une coordination nationale composée de 17 associations à travers la France), à cette réappropriation de la Mémoire Historique de l"Espagne Républicaine et sur les enjeux mémoriels actuels en France et bien sûr en Espagne. Lors des huitièmes rencontres transfrontalières d’octobre dernier, 11 associations espagnoles et 11 associations françaises ont décidé de lancer une JOURNEE INTERNATIONALE sur la RETIRADA le 5 FEVRIER, jour où les autorités françaises ouvrent les frontières aux soldats de l’armée républicaine en déroute.