TOULOUSE Borderouge et TOURNEFEUILLE

LES HORAIRES (format PDF)

LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 8€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Les vidéos du Toulouse Hacker Space Factory (THSF) à revoir sur TV Bruits
Le Toulouse Hacker Space Factory (THSF) explore depuis 2010 les espaces de dérivation de l’emprise des technologies sur nos vies, en particulier celles en mutation du monde numériques et cybernétique. Les vidéos des interventions sont disponibles sur le site de TV Bruits https://tvbruits.org/spi...

FMR a fêté ses 40 ans à Borderouge
Le temps passe et FMR a 40 ans déjà. La radio toulousaine avait fêté cela au Bikini le 27 novembre 2021 avec une grande soirée de concerts. Le Bikini et FMR s’est aussi une belle et tumultueuse histoire que nous racontent Hervé Sansonetto et Pierre Rogalle dans un documentaire réalisé par TV Bru...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Soutenez Utopia Palmer

REALITY

Tina SATTER - USA 2023 1h22mn VOSTF - avec Sydney Sweeney, Josh Hamilton, Marchant Davis, Benny Elledge... Scénario de Tina Satter et James Paul Dallas.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

REALITYComment filmer un lanceur ou une lanceuse d’alerte ? Edward Snowden, le plus célèbre d’entre eux, a eu droit à deux longs métrages : Citizenfour (2015), un portrait documentaire dans lequel il apparaissait lui-même et bien sûr Snowden d’Olivier Stone (2016), biopic formellement plus classique et d’une implacable efficacité, dans la grande tradition hollywoodienne. Avec Reality, Tina Satter emprunte une troisième voie singulière qui prend le meilleur des deux genres. La force et les propos des enjeux politiques du film sont portés par un scénario d’une précision d’horloger. Quant à l’impact émotionnel du film, il s’incarne dans une mise en scène oppressante, savamment orchestrée pour rendre palpable la sensation d’un piège qui se referme. « Brillant » est l’adjectif qui nous vient immédiatement à l’esprit, « terrifiant » le suit de près.

2017. Augusta, État de Georgie. Le soleil tape fort. Reality Winner, une jeune femme de 25 ans, rentre chez elle. Deux agents du FBI l’attendent, sourire aux lèvres. Ils sont polis, précautionneux, presque sympathiques. Pourtant, les agents Justin C. Garrick et R. Wallace Taylor sont bien là pour la cuisiner. Vétérane de l’US Air Force et employée par la NSA (National Security Agency), Reality est soupçonnée d’avoir violé le fameux « Espionage Act » en faisant fuiter un document classifié, révélant une tentative de piratage russe du système de vote électronique lors de l’élection qui vient de porter Donald Trump à la présidence des États-Unis, un an plus tôt.
Dans un huis-clos oppressant, Reality se base sur l’utilisation mot pour mot, dans sa quasi-intégralité, de la retranscription des échanges entre les enquêteurs et la jeune femme. Partant d’un badinage rassurant sur les animaux domestiques de Reality et les courses qu’elle doit mettre au frigo, les deux agents se rapprochent en cercles concentriques, digressant sur des broutilles pour mieux avancer d’un pas menaçant vers le cœur du sujet. Il y a quelque chose de pervers dans cette manière de mener l’interrogatoire, avec une pression psychologique d’autant plus intense qu’elle avance sournoisement, façon supplice du goutte-à-goutte. Et sous leurs airs de benêts ignares aux sourires forcés, paraissant ridicules face au pedigree de la jeune femme, brillante linguiste, cryptologue, professeur de yoga, les hommes du FBI font preuve d’une habileté machiavélique pour la mettre face à la réalité. Car il si elle tente tout d’abord de masquer sa peur pour ne pas être confondue, au fur et à mesure que la lumière du jour décline, Reality se rapproche irrémédiablement du moment où elle ne pourra plus tenir…

Mais de quelle réalité s’agit-il ? Celle de Fox News, chaîne d’information qui se déverse en continu dans les bureaux de la NSA où travaille Reality ? Celle d’une jeune femme qui dit avoir agi pour le « bien de son pays » ? Ou celle d’un gouvernement misogyne qui ne jure qu’à grands coups de « fake news » ?
Avec le soutien d’une bande-son atmosphérique et de quelques effets « lynchiens » (qu’on ne vous dévoilera pas), la réalisatrice a pensé son film comme un espace mental aussi oppressant qu’un thriller, celui dans lequel va tomber, presque malgré elle, cette citoyenne américaine patriote au parcours exemplaire que rien ne prédisposait à une telle destinée. Condamnée à une très lourde peine de 5 ans et 3 mois de prison, Reality Winner a été libérée en juin 2021.