LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 8€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Les vidéos du Toulouse Hacker Space Factory (THSF) à revoir sur TV Bruits
Le Toulouse Hacker Space Factory (THSF) explore depuis 2010 les espaces de dérivation de l’emprise des technologies sur nos vies, en particulier celles en mutation du monde numériques et cybernétique. Les vidéos des interventions sont disponibles sur le site de TV Bruits https://tvbruits.org/spi...

FMR a fêté ses 40 ans à Borderouge
Le temps passe et FMR a 40 ans déjà. La radio toulousaine avait fêté cela au Bikini le 27 novembre 2021 avec une grande soirée de concerts. Le Bikini et FMR s’est aussi une belle et tumultueuse histoire que nous racontent Hervé Sansonetto et Pierre Rogalle dans un documentaire réalisé par TV Bru...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Soutenez Utopia Palmer

Mardi 21 mai à 20h à Tournefeuille, Ciné-Philo avec Amara Bouala et Sylvain Kermarrec, enseignants respectivement de philosophie et français au Lycée Françoise. Le film sera suivi d’une discussion articulée sur les rapports science-religion-politique et pouvoir. Places disponibles sur billetweb.fr et au cinéma. Tarif unique de 4,50 euros. Le film est programmé jusqu’au 9 juin.

LE NOM DE LA ROSE

Jean-Jacques ANNAUD - France / RFA / Italie 1986 2h10mn VOSTF - avec Sean Connery, Christian Slater, F. Murray Abraham, Michel Lonsdale, Valentina Vargas, Feodor Chaliapin Jr, Ron Perlman... Scénario d’Andrew Birkin, Gérard Brach, Howard Franklin et Alain Godard, d’après le roman d’Umberto Eco.

Du 22/05/24 au 11/06/24 à Tournefeuille

LE NOM DE LA ROSEEn l’an 1327, dans une abbaye bénédictine du nord de l’Italie, le moine franciscain Guillaume de Baskerville (Sean Connery), accompagné du jeune novice Adso (Christian Slater), vient enquêter sur des morts mystérieuses qui frappent la confrérie. Le secret semble résider dans la bibliothèque, où le vieux Jorge de Burgos garde jalousement un livre jugé maudit… C’est l’époque où l’Église, en pleine crise, se voit disputer son pouvoir spirituel et temporel. C’est aussi l’apogée de l’Inquisition.

« En 1986, cinq millions de spectateurs s’étaient rués dans les salles françaises pour suivre l’enquête médiévale du franciscain Guillaume de Baskerville dans une abbaye bénédictine italienne où les moines tombent comme des mouches, avec une même tache d’encre sur l’index…
« L’adaptation du best-seller érudit d’Umberto Eco se révèle particulièrement actuelle, avec cette histoire de livre interdit qui menace l’Église et ce représentant de l’Inquisition (F. Murray Abraham) prêt à torturer et brûler vif au nom de la religion. Pouvoir rire de Dieu, telle est l’éternelle question…
« Somptueux esthétiquement, avec ses clairs-obscurs signés par le chef opérateur Tonino Delli Colli et l’abbaye médiévale fidèlement reconstruite dans les Abruzzes par le décorateur Dante Ferretti, ce polar façon Agatha Christie en robe de bure offre à Sean Connery l’un de ses meilleurs rôles, plein de malice et de raison.
« Au cœur du film, il y a la scène de sexe très crue, que personne n’a oubliée, entre le moine Adso et la sauvageonne incarnée par Valentina Vargas. Si la jeune femme est exploitée par certains moines, c’est bien en fille libre qu’elle choisit d’étreindre son partenaire rougissant… Le Nom de la rose reste un passionnant et piquant éloge de toutes les libertés d’expression. » (G. Odicino, Télérama)