LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

LA BRIGADE

Louis-Julien PETIT - France 2021 1h37mn - avec Audrey Lamy, François Cluzet, Chantal Neuwirth, Fatoumata Kaba… et Yannick, Mamadou, Alpha, Yadaf, Mineurs Non Accompagnés...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA BRIGADEDouchons d’emblée l’enthousiasme des fanas de l’uniforme : pas de soldats, ni de soldates, pas de gendarmes, ni de gendarmettes, de Saint-Tropez ou d’ailleurs, dans La Brigade. Même si notre héroïne, Cathy Marie, a presque la discipline dans la peau, elle tient plus de la tête de lard que de l’aubergine, juste bonne à dresser des contredanses. C’est une vraie tornade à laquelle rien ne semble pouvoir résister, habituée à envoyer du lourd quand sonne le coup de feu tandis que sa patronne, une Grande Cheffe étoilée, se pavane à la téloche, yeux crayonnés, ongles faits, admirée, adulée, sans un zeste de reconnaissance pour sa brigade : les petites mains qui cisèlent, déglacent, brident, débitent, chiquettent, dressent, dégraissent, bardent, ébarbent, transpirent sang et eau sans rien laisser perler… Pire, voilà la starlette sous le feu des projecteurs qui aboie sur ses troupes plus abusivement encore que d’habitude, s’acharnant particulièrement sur Cathy Marie (la désopilante Audrey Lamy), qui a pourtant la conscience professionnelle chevillée à l’âme. C’est la goutte qui fait déborder notre soupe au lait de saucière (le féminin du métier de saucier serait un objet ?). Soudain l’acidité ne se limite plus à celle des mets et semble flotter dans l’air, parmi quelques relents d’amertume et de fierté bafouée. Sans l’once d’un regret, Cathy Marie, qui rêve de devenir cheffe elle-même, rend son tablier aussi sec, persuadée de retrouver dans la foulée un travail au moins équivalent. Sa réputation de tête de mule la précédant… tout partira à vau-l’eau.

À ce stade-là, on se doit de vous préciser que La Brigade est un film de Louis-Julien Petit, le réalisateur de Discount et des Invisibles… Cela ne vous mets pas la puce à l’oseille ? Évidement le scénario ne se limitera pas aux tribulations culinaires d’une maître queux. Tout cela n’est que la mise en bouche d’une comédie non seulement bien relevée mais intelligente, pleine d’arômes et de subtilités, et bien ancrée dans les réalités de son époque. Sous la comédie s’écrit la fable, derrière les têtes d’affiche s’avancent ceux qui vivent dans l’ombre de nos républiques.
Faute de trouver grand restau à son pied, notre inénarrable drôlesse devra se rabattre sur les petites annonces. Par la description alléchée, la voilà qui débarque dans ce qui aurait dû être un domaine de charme, mais n’est qu’un foyer pour Mineurs Non Accompagnés, autrement dit de jeunes migrants sans papiers. Bon certes, Lorenzo Cardi (touchant François Cluzet), le directeur de la structure d’accueil, avoue avoir forcé le trait, dépité de ne pas trouver de cantinière. Cantinière ! Le mot est lâché qui sent la déchéance ! Voilà Cathy Mary aussi cramoisie qu’un homard ! Son sang ne fait qu’un tour, ses talons aussi ! Et ce ne sont pas les bons mots de Lorenzo qui la feront changer d’avis, elle connait la chanson : « Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute ! ». Mais c’est compter sans sa grande complice et amie Fatou (la pétillante Fatoumata Kaba) qui va la pousser à faire ce pas de côté nécessaire quand on a rien à perdre et tout à gagner…

Au delà des acteurs, tous formidables (on n’a pas cité Chantal Neuwirth et ses fulgurances de clown triste), il y a tous les jeunes comédiens en herbe, Mineurs Non Accompagnés, déjà écorchés par la vie, drôles et vibrants, immensément touchants. Leur présence donne une intensité d’autant plus puissante au scénario.

Ciné Bistrot samedi 19 mars à Tournefeuille à partir de 12h. Avant-première en partenariat avec les associations Le Cercle des Voisins, Tournefeuille Sans Papiers, RESF (Réseaux Éducation Sans Frontières), FCPE (Fédération Parents d’élèves), la LDH (Ligue des droits de l’homme), La Cimade, Amnesty International, MSF(Médecins sans frontières) et Médecins du Monde. À partir de midi, repas convivial au bistrot avec un menu de mise en ambiance pour le film, suivie du film à 14h15. Réservation obligatoire pour le ciné bistrot (Places bistrot + film disponibles dès le 26 février au tarif unique de 20 euros au ciné ou sur billetweb.fr). Ceux qui veulent voir uniquement le film, pas de réservation, tarif unique film : 4,50 euros. Dans le hall du ciné, Exposition de photos de Ben Art’ Core par RESF.