LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

Tournefeuille Culture

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

On n'est jamais à l'abri du meilleur… Le projet Utopia Cinéma Durable continue ! 400% son objectif initial déjà atteint, 80 000€ ! Mazette ! Une fin d'année sur les chapeaux de roue !
Drôle d’année que 2020… Nous vous souhaitons une très belle année 2021, qu’elle soit meilleure et moins confinée que la précédente, qu’elle vous apporte la santé, la réalisation de vos projets. Il nous revient à tous de bâtir des alternatives solidaires, durables, respectueuses de l’humain et de nat...

Comme un cadeau de Noël à la planète ! Vous êtes-là ! Attention J-1 : il ne tient qu'à vous…
Lors de nos permanences, dans nos halls, sur les réseaux, il n'y a pas à dire vous êtes-là !Même sur Ulule : vous êtes-là ! sur https://fr.ulule.com/utopia-pont-sainte-marie/Par solidarité, pour soutenir un projet légitime, pour faire votre part ! WE DO OUR PART ! Parce qu'on ne peut pas laisser les...

Gébé, on arrête tout, on réfléchit / L'AN 01
Si, après avoir vidé votre PEL pour aider Utopia à concrétiser le projet de cinéma du futur à Pont Sainte Marie, il vous reste 3 sous d’épargne à dilapider dans la joie et la bonne humeur…On était très heureux de recevoir Pierre Carles à Utopia Borderouge, pendant le dernier festival du film gro...

lu dans BOX-OFFICE PRO : "Vers Troyes, Utopia fait appel au financement citoyen"
Le réseau indépendant, qui a obtenu le permis de construire le 19 octobre, a lancé une vaste campagne de financement participatif pour son projet de cinéma à Pont-Sainte-Marie, dans l’Aube.« Il est temps que le cinéma passe au vert ! » Déterminée, Anne Faucon a décidé de franchir une nouvelle ét...

  • AINBO, princesse d'Amazonie

    Un film d’animation qui nous vient du Pérou : avouez que ce n’est pas si courant. Si Ainbo, princesse d’Amazonie coche toutes les cases du divertissement jeune public, il faut toutefois relever que le réalisateur, né en Amazonie, s’est largement inspiré de la culture dans laquelle il a grandit et que ce détail apporte incontestablement un petit supplément d’âme au film. L’histoire est très largement inspirée de celle de sa mère, issue d’une famille d’Européens immigrés au cœur de la jungle, et d... (lire la suite)

  • BENEDETTA

    Après le très remarquable Elle (2016), l’irréductible Paul Verhoeven enchaîne avec ce merveilleux film – joueur, inspiré, provocateur – qu’est Benedetta, adapté du travail de l’historienne américaine Judith C. Brown, spécialiste de la Renaissance italienne et de l’histoire de la sexualité, qui mit au jour les minutes rarissimes du procès en saphisme d’une nonne et en relata les circonstances dans son livre Sœur Benedetta, entre sainte et lesbienne (1987). L’action se déroule à Pescia, en Toscan... (lire la suite)

  • DRIVE MY CAR

    Rien dans Drive my car (titre inspiré par la chanson des Beatles ?) ne progresse par secousse, tout se déploie selon les lois d’une magnitude constante qui permet à Hamaguchi d’atteindre, à sa manière, une profondeur vertigineuse dans la compréhension de l’âme humaine. Le cinéma d’Hamaguchi n’est jamais frontal, il fonctionne par échos, en prenant le temps de disposer avec finesse des éléments qui referont tôt ou tard surface pour influencer subrepticement l’itinéraire des personnages. Comme la ... (lire la suite)

  • FRANCE

    Dixième long-métrage de cinéma pour Bruno Dumont, l’un des rares cinéastes à faire bouger les lignes, à commencer par les siennes propres. L’imprécateur pose avec France une nouvelle pierre, celle d’un chef-d’œuvre spectral et éblouissant, taillant à la hallebarde, avec une finesse d’orfèvre, dans l’imbécillité en réseau, le cynisme des élites, l’injustice hurlante qui sont devenus notre quotidien. C’est un portrait d’époque d’une justesse hallucinée que nous tend France. Nous ne sommes plus ici... (lire la suite)

  • LA NUIT DES ROIS

    « Le monde entier est une scène, hommes et femmes, tous, n’y sont que des acteurs, chacun fait ses entrées, chacun fait ses sorties, et notre vie durant, nous jouons plusieurs rôles. » (Shakespeare) Un jeune Ivoirien est condamné à être enfermé dans la sinistre prison de la Maca. Niché au milieu d’une forêt dense et obscure non loin d’Abidjan en Côte d’Ivoire, l’établissement pénitentiaire surpeuplé et dangereux est un monde parallèle, hors du temps, avec son organisation sociale, ses rites e... (lire la suite)

  • LA TERRE DES HOMMES

    On croit à fond au bouche-à-oreille pour porter très haut ce film emballant, fortement ancré dans le monde agricole mais en dépassant largement le cadre : il est à lui tout seul un véritable condensé de société, intense, captivant, une œuvre politique au sens noble et donc humain du terme. La foire aux bovins bat son plein, les voix s’élèvent fortes, masculines… Au milieu de cette assemblée, Constance (extraordinaire Diane Rouxel qui sera de presque tous les plans et dont on percevra les plus... (lire la suite)

  • LE BALLON D’OR

    C’est une histoire de mômes, superbe pour les mômes. Et puis c’est une histoire d’Afrique, une histoire d’un autre continent, d’une autre culture. Formidable occasion de découvrir d’autres horizons, d’autres façons de vivre, mais aussi de s’apercevoir que les points communs avec les enfants de là-bas sont aussi nombreux que les différences. Un ballon de foot, on tape dedans avec la même ardeur, la même passion, dans la banlieue de Conakry et dans celle de Toulouse. Parce que oui, c’est aussi une... (lire la suite)

  • LE MANDAT

    À Dakar, Ibrahim Dieng, en bon musulman sénégalais, vit tranquillement avec ses deux femmes et leurs sept enfants. Tout bascule quand arrive une lettre d’Abdou, son neveu, balayeur de rues à Paris, accompagnée d’un mandat de vingt-cinq mille francs CFA. Une petite fortune pour une famille nombreuse sans revenus. Sur le pactole, 2000 francs sont réservés à Ibrahim, le reste devant être remis à sa sœur. Mais la nouvelle se répand dans le quartier, déclenche convoitises et jalousies... Généreux, Ib... (lire la suite)

  • LE SOUPIR DES VAGUES

    C’est un jour de statu quo naturel où le ciel semble aussi paisible que la mer, jetant son bleu dans les reflets de l’eau. Un état naturel apaisé, sans altération ni remous. Le Soupir des vagues s’ouvre à Aceh, en Indonésie, coin de paradis que Sachiko, la japonaise, a décidé de rejoindre, en quête d’un apaisement qu’elle n’a pas su trouver jusque-là. Il lui faut régler ses comptes avec son passé pour ne plus se laisser nonchalamment balloter par le présent. Et quel meilleur lieu pour marquer un... (lire la suite)

  • LES SENTIERS DE L’OUBLI

    Les sentiers de l’oubli, ce sont ceux que Claudina, 70 ans, doit emprunter après la mort de son mari – mais pas forcément dans le sens que l’on pourrait penser. L’événement est brutal pour Claudina. Ses repères s’effritent, son univers chancelle, elle est comme abasourdie, terrassée, abandonnée dans une terrible et banale fragilité face au monde qu’elle n’a pas été préparée à affronter seule. Sa pauvre retraite ne lui permettant pas de subvenir à ses besoins, elle doit quitter sa maison et part... (lire la suite)

  • LES SORCIÈRES D’AKELARRE

    « La sorcière incarne la femme affranchie de toutes les dominations, de toutes les limitations ; elle est un idéal vers lequel tendre, elle montre la voie. » (Mona Chollet dans Sorcière, Ed La Découverte) Ana, Katalin et leurs amies ont la joue fraîche, le rire facile et l’œil qui brille. Elles ont quoi… quatorze, quinze ans à tout casser ? Jeunes, insouciantes, libres, elles se sont donné rendez-vous une nuit pour aller danser dans la forêt, au clair de lune, à un jet de pierre de leur villa... (lire la suite)

  • LES VOLEURS DE CHEVAUX

    Comme les garçons-vachers qui convoyaient leurs troupeaux dans les vastes plaines nord-américaines encore peu habitées, l’immensité des steppes du Kazakhstan, bordées de montagnes qu’on croirait infranchissables, sont lentement traversées par de paisibles éleveurs de chevaux, plus tellement nomades mais toujours pas tout à fait sédentarisés. L’histoire se passe à la fin du siècle dernier, quelques temps après la chute du bloc soviétique qui a si profondément ébranlé la société kazakhe mais, tout... (lire la suite)

  • MILLA

    Milla, qui portait encore son titre original de Babyteeth (dent de lait) fut un de nos gros coups de cœur du Festival de Venise l’an dernier. C’est un premier film parfaitement maîtrisé, virevoltant, remuant dans tous les sens du terme et auquel il est difficile de rester insensible, à moins d’avoir un raisin sec à la place du palpitant… C’est un hymne à l’amour, à la vie qui court à en perdre haleine, un voyage à bout de souffle. « Niveau autorité parentale… on doit être les pires ! ». Si An... (lire la suite)

  • ROUGE

    Peut-être vous souvenez-vous du réjouissant premier premier film de Farid Bentoumi, Good luck Algeria qui retraçait l’histoire cocasse d’un entrepreneur contraint de devenir champion de ski pour sauver son usine ? Pour son second long métrage, le jeune cinéaste se lance dans un tout autre registre. Rouge est un thriller haletant, un pamphlet écologique percutant, un passionnant portrait au vitriol de notre époque, de ses compromissions… à travers la vie de gens qu’on dit ordinaires mais qui ne l... (lire la suite)

  • SENTIMENTAL

    Une « comédie caliente » comme le susurre l’affiche. Un vaudeville loufoque et franchement hilarant qui est aussi un véritable effeuillage des sentiments et une illustration de l’audace amoureuse. Le réalisateur Cesc Gay continue de creuser la veine des relations humaines, dans la droite ligne de son précédent Les Hommes ! De quoi parlent-ils ? ou de son délicieux Truman. On est dans la droite ligne de la comédie de mœurs à la fois drôle et sensible, dont l’audace tranquille nous amène à réfléch... (lire la suite)

  • SWEET THING

    C’est un petit bijou de cinéma libre et généreux, qui vous retourne le cœur comme une lessiveuse que vous ayez 12 ou 80 ans, et qui est en plus un bel hommage à l’histoire du cinéma qu’on peut apprécier sans être du tout un grand cinéphile. Un film qui irait plutôt chercher dans notre mémoire cinématographique collective, sans même qu’on le réalise, toutes les images magiques qui nous ont bercés depuis toujours. Dès la première séquence, où l’on voit à travers une focale ronde et dans un noir et... (lire la suite)

  • TRUE MOTHERS

    Une nouvelle fois Naomi Kawaze nous emmène avec une infinie délicatesse vers ces endroits ténus, subtils, du nous, du nous deux et de la connexion à la nature. Comment parvient-elle à nous porter avec autant de douceur, de rythme vagabond et poétique vers ces contrées féminines et profondes qui nous parlent de maternité, de liens, d’exclusion, d’amour, de rencontre, et du bonheur de vivre avec l’autre ? Ce nouveau film débute par une naissance durant laquelle les cris de bébés sont illustrés ... (lire la suite)

  • ZAZIE DANS LE MÉTRO

    Zazie, une petite fille qui n’a pas langue dans sa poche, accompagne sa mère (veuve) qui vient rejoindre pour deux jours un amant parisien. Elle habitera chez son tonton Gabriel et sa tata Albertine. Dès qu’elle découvre Paris, elle ne s’intéresse qu’au métro. Hélas, il est en grève. Elle ne connaîtra qu’un Paris approximatif grâce à Charles, le chauffeur de taxi, grâce au bistrot, à l’appartement multicolore de l’oncle homosexuel, à une escapade, à la rencontre de personnages divers: l’étrange ... (lire la suite)