LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Sous l'aile des Anges, et le regard de Terrence Malick
Chers spectateurs, parfois je viens vous voir dans les salles afin de vous rencontrer en direct, d’échanger avec vous, de vous raconter les croustillantes anecdotes de l’exploitante du cinéma aguerrie et acharnée que je suis. C’est tellement profitable les séances collectives, c’est du cinéma. Telle...

L'œil et la Plume : retour critique de LITTLE PALESTINE / D.E.F.I. prod
Basée au Mirail, l’équipe de D.E.F.I PRODUCTION s’est donner pour nouvelle mission d’accompagner des groupes de jeunes à la découverte d’autres cinémas, d’autres films, dans d’autres salles… Plus ou moins régulièrement nous aurons des retours, écrits, filmés, radios, de ces découvertes.... Lire ...

LE DOMOVOÏ - bistrot d'Utopia Borderouge - est (enfin !) ouvert !
« Génie familier de la maison, Domovoï est originellement celui du feu du foyer. Il se fonde sur l’usage de déposer dans la nouvelle maison un feu pris dans la précédente et sur celui d’offrir au domovój, chaque 28 janvier, un pot de gruau recouvert de braises. » Merci Wikipédia, on en sait à pr...

LES REPENTIS

(Maixabel) Iciar BOLLAIN - Espagne 2021 1h55mn VOSTF - avec Blanca Portillo, Luis Tosar, Maria Cerezuela, Urko Olazabal... Scénario d’Isa Campo et Iciar Bollain.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES REPENTISLe monde n’en finit pas d’être à feu et à sang, ici on termine à peine les procès des attentats, la guerre en Ukraine ravage durablement les corps et les cœurs… Chaque jour nous parviennent les images de peuples qui se déchirent…
Dans ce contexte, le film magnifique d’Iciar Bollain prend une résonance particulière. Après les procès, les condamnations, l’incarcération… Que se passe-t-il ? Une résilience est-elle possible ? Un dialogue peut-il s’établir entre l’auteur d’un crime et ceux qui en ont souffert ?… Comment mettre un terme à l’infernal engrenage de la haine et du désir de vengeance ? Y a-t-il la moindre ouverture vers le repentir pour le bourreau, et la victime peut-elle sortir de son statut de victime pour devenir acteur lucide de sa propre tragédie ?… L’humain est il capable d’évolution ? Comment faire pour que le venin de la haine ne continue indéfiniment à ronger les esprits et les cœurs.
On se souvient des attentats de l’ETA… De 2011 à 2012, le gouvernement espagnol a rendu possible des rencontres entre les détenus et leurs victimes… Sur les 600 membres de l’ETA emprisonnés, une vingtaine seulement ont accepté l’accord. Peu de victimes ont accepté de leur côté.
De telles tentatives ont eu lieu en Afrique du Sud, au Rwanda, en Colombie, etc.

La veuve de Juan Mari Jaurégui, Maixabel Lasa, fait partie de celles qui ont accepté de rencontrer les auteurs d’attentats et elle accepte que ce soit, en l’occurrence, celui-là même qui a tué son époux. Superbe, Blanca Portillo porte le personnage de cette femme qui n’accepte pas que la douleur mutile son humanité, fidèle à sa foi dans l’être humain et à la possibilité d’évolution de la société pour laquelle elle a toujours milité, refusant que ses idéaux soient brisé par le geste d’un seul : comprendre l’autre, l’écouter, surmonter son ressentiment pour concéder à celui qui est la cause de sa souffrance qu’il reste un être humain malgré tout. Une fois que les armes et les passions se sont tues, il arrive qu’on relativise et réalise les piètres raisons qui les ont motivées : les guerres apparaissent dans toute leur absurde horreur… Ne restent alors que de pauvres humains cassés qui, parfois, prennent conscience des limites de ce qui les a fait agir.
Condamné à 390 ans de prison, Ibon, grand gaillard au visage sombre, après de nombreux échanges avec Maixabel, vient, avec une émotion visible mais contenue, déposer une gerbe de fleurs sur la tombe de sa victime… Est-il toujours le même que celui qui a tué pour une cause à laquelle il croyait au moment de son acte ? « Ces gens vont un jour sortir de prison, ils vont revenir dans la société, il vaut mieux qu’ils aient changé et réintègrent la société en ayant pris conscience de ce que leurs actes ont provoqué de souffrance et d’horreur »… disait Maixabel Lasa.

Le film a eu un énorme succès en Espagne. Certains ne croient pas en ce processus de confrontation, à la possibilité d’évolution, ni à la sincérité des repentirs… D’autres croient qu’il n’y a pas d’évolution possible sans que les uns et les autres s’interrogent, essaient de comprendre, écoutent… le film plaide pour ceux-là, car il faut une bonne dose de lucidité et de courage pour avancer à contre courant du flot de haine qui nous tombe dessus chaque jour.