LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 8€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Les vidéos du Toulouse Hacker Space Factory (THSF) à revoir sur TV Bruits
Le Toulouse Hacker Space Factory (THSF) explore depuis 2010 les espaces de dérivation de l’emprise des technologies sur nos vies, en particulier celles en mutation du monde numériques et cybernétique. Les vidéos des interventions sont disponibles sur le site de TV Bruits https://tvbruits.org/spi...

FMR a fêté ses 40 ans à Borderouge
Le temps passe et FMR a 40 ans déjà. La radio toulousaine avait fêté cela au Bikini le 27 novembre 2021 avec une grande soirée de concerts. Le Bikini et FMR s’est aussi une belle et tumultueuse histoire que nous racontent Hervé Sansonetto et Pierre Rogalle dans un documentaire réalisé par TV Bru...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

Install-party samedi 18 juin à Tournefeuille
Vous voulez déconfiner durablement vos ordinateurs ? Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas v...

Soutenez Utopia Palmer

NOUS, LES LEROY

Écrit et réalisé par Florent BERNARD - France 2024 1h43mn - avec Charlotte Gainsbourg, José Garcia, Lily Aubry, Hadrien Heaulmé, Luis Rego...

Du 01/05/24 au 11/06/24 à Toulouse (Borderouge)

NOUS, LES LEROYLes Leroy, derrière leur nom pourtant fort répandu, ont cela d’unique qu’ils sont tous nuls pour communiquer les unes et les uns avec les autres mais aussi pour se comprendre mutuellement et même pour tout simplement s’entendre. Quand un membre de la famille fait une bourde, se montre, maladroit ou agressif, ils finissent toujours par se dire « c’est normal, on est des Leroy », comme si cette fatalité comique était inscrite dans leurs gènes. Le résultat, c’est qu’après vingt ans de mariage et presque autant de parentalité, le couple de Sandrine (Charlotte Gainsbourg) et Christophe Leroy (José Garcia) bat de l’aile, et pas qu’un peu. Fatiguée de la routine, de cette impossibilité à communiquer et de porter seule la charge des enfants, Sandrine veut divorcer, mais Christophe est déterminé à lui faire changer d’avis. Son plan : passer un week-end tous ensemble à visiter les lieux et moments importants de leur histoire familiale. Nous, les Leroy devient alors une sorte de road-movie – aussi brinquebalant que la voiture louée pour l’occasion –, qui voit se succéder les tentatives du père, toutes plus bancales les unes que les autres, pour raviver une flamme visiblement éteinte chez sa compagne. Tout ça sur fond de ronds-points, d’aires d’autoroute, de Buffalo Grill : le choix et l’utilisation de ces décors d’une assez désolante banalité sont l’une des forces insoupçonnées du film…

Nous, les Leroy est une comédie douce-amère qui balance en permanence entre la drôlerie et la gravité. Et c’est d’ailleurs au cœur des moments de crise qu’affleurent les blagues les plus cinglantes, frôlant parfois le malaise volontaire. Chaque personnage, les deux parents comme les deux ados, a son propre arc narratif et ses propres relations aux autres. Ils sont tous drôles et touchants à leur manière, dans leurs défauts, leurs maladresses. Les anecdotes romantiques de Sandrine et Christophe témoignent de leur complicité et font rire les enfants, leurs mésaventures les rapprochent et leurs disputes les laissent exprimer ce qu’ils ont sur le cœur. Tout au long du film, on n’est jamais seulement dans la comédie, ni dans le drame, toujours dans les deux à la fois, et c’est ce qui fait sa crédibilité. De fait, le récit est grandement autobiographique : Florent Bernard (qui signe ici son premier long-métrage) nous donne un récit personnel, sincère et réussi.
Nous, les Leroy s’autorise par ailleurs plusieurs sketchs, sans jamais qu’ils soient gratuits. Ils apportent toujours aux personnages une remise en question ou une prise de conscience. Dans ces scènes, Florent « FloBer » Bernard, qui a fait ses armes sur Youtube, fait intervenir nombre de ses collègues et amis, et fait ainsi se rencontrer la comédie française « classique » (incarnée en particulier par les deux acteurs principaux) et l’humour d’internet, dans un mélange étonnamment efficace. José Garcia en looser magnifique, Lily Aubry en cadette réservée, sur-protégée et en recherche d’attention, Hadrien Heaulmé en jeune adulte s’apprêtant à quitter la maison pour les études, et enfin Charlotte Gainsbourg en mère épuisée, sous pression, qui voit chaque canette qu’elle essaie d’ouvrir lui péter au visage… font de Nous, les Leroy avant tout un film de personnages, complexes, défaillants donc attachants.