Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

PCA Paysans et Consommateurs Associés
PCAC’est une commande une fois par mois, une livraison une fois par semaine tous les Mercredis à partir de 19h jusqu’à 20h30 – Salle de la cheminée au cinéma Utopia.  Chaque Mercredi, des petits producteurs de Dordogne et de Gironde apportent leurs légumes, leurs oeufs, volailles, rillettes de v...

Stop Linky Bordeaux Métropole
stoplinky.bordeauxmetropole@laposte.netRebondissement dans l’affaire du Linky, le nouveau compteur électrique d’EDFLe rapport tant attendu de l’Agence sanitaire (Anses) vient de tomber, le Vendredi 8 Juillet, et confirme que l’urgence est d’informer les citoyens pour qu’ils réduisent leur exposi...

APPEL À VOLONTAIRES POUR UNE ETUDE PORTANT SUR LES PUBLICS DE CINÉMA
Petit coup de pouce à Guillaume Boyer-Gibaud, qui réalise durant l’été à Utopia un travail de recherche universitaire. En voici la démarche : « Ces dernières années, la concentration des entrées sur les quelques films porteurs et l’intensification des logiques promotionnelles n’ont jamais été au...

RECHERCHE ZADISTES POUR OPÉRATION GIRONDE
Un article percutant de Fabrice Nicolino dans CHARLIE-HEBDO du 22 JuinGolf immobilierRECHERCHE ZADISTES POUR OPÉRATION GIRONDEAvis à la jeunesse désœuvrée : au sud de Bordeaux, des malandrins sont en train de flinguer au bull 200 hectares au pays du vison d’Europe. Il n’y a rien de plus beau à ...

Plus de 1000 soutiens, plus de 1000 merci
Je ne trouve pas mes mots ! Ou du moins si, je n’en trouve qu’un : Merci. Merci au 1017 donateurs qui ont permis à notre campagne de financement participatif sur Ulule d’aboutir.Merci à tous ceux qui ont, pratiquement tous les jours, partagé cette campagne aussi bien sur Facebook que sur Twit...

MOKA

Frédéric MERMOUD - France / Suisse 2016 1h29mn - avec Emmanuelle Devos, Nathalie Baye, David Clavel, Diane Rouxel, Samuel Labarthe, Jean-Philippe Ecoffey... Scénario de Frédéric Mermoud et Antonin Martin-Hilbert, d'après le roman de Tatiana de Rosnay.

Du 17/08/16 au 27/09/16

MOKAElle a quelque chose d'un héros de western, ou de polar… enfin, un truc dans lequel on imagine mal habituellement une femme. Une femme, c'est doux, ça pleure, ça souffre, ça peut aimer, être terrible… mais ça va rarement acheter un gun et se mettre en quête de résoudre le problème qui lui pourrit la vie, en poursuivant de façon solitaire, obsessionnelle, obstinée, calculée… un projet de vengeance. On n'est pas dans un polar, on n'est pas dans un western, il y a un peu de ça mais ici les choses sont plus subtiles. On est entre la Suisse et la France, entre Evian et Lausanne, on reste autour du Lac Léman, qui est assez peu rassurant, malgré son aspect lisse : plutôt étrange, et finalement inquiétant peut-être… on sent qu'on n'est pas à l'abri de surprises.
Notre héroïne n'est pas simple à saisir. Au départ, on peut la trouver bizarre, voire un peu folle, d'ailleurs elle s'échappe d'une clinique où elle semble soigner les suites d'un drame non résolu… Ça n'a pas l'air d'aller fort, mais il émane d'elle une sorte de tension froide et silencieuse, une sorte de violence rentrée, elle apparaît fichtrement résolue avec sa parka qui la banalise, ses basket qui ne font pas de bruit. Et puis bon sang ! Elle a la tête d'Emmanuelle Devos, qui a une façon d'être à l'image qui accroche l'intérêt, séduit, intrigue.

On ne vous racontera pas l'histoire… c'est sans doute mieux parce que ce serait vous priver de cette curiosité qui grandit peu à peu et ne s'arrête pas à l'énoncé de ce qui pourrait avoir l'air à première vue d'un fait divers. Cette belle femme qui largue les amarres, qui semble avoir vacillé un moment sous l'effet d'une grande douleur, tangue comme une équilibriste entre l'appel du vide et un profond appétit de vie. Peu à peu son besoin viscéral de vérité va la propulser du côté moins sombre des choses, au cours de méticuleuses recherches qui la conduiront à résoudre cette affaire qui la concerne au plus profond d'elle même et à laquelle les flics du coin s'intéressent assez peu.
Se faire justice… Au bout de son enquête, elle trouve une femme, et la rencontre ne sera pas banale. Sous l'évidence apparente des faits pourrait bien se cacher une erreur judiciaire. La vie adore les stratégies alambiquées. Diane aurait pu conclure un peu trop vite, en se contentant de la découverte de la propriétaire de la voiture couleur moka qui désigne Marlène comme responsable de son malheur… mais si elle n'est pas pressée, c'est qu'elle ne veut pas seulement savoir, elle veut aussi comprendre.

On croit être prêt à haïr. Mais il suffit qu'on s'approche de plus près, qu'on plonge dans une vie, ce qu'on en découvre change fatalement le regard : celui que l'on abordait en ennemi cesse alors d'être anonyme. Écouter, c'est chercher à comprendre, c'est perdre la distance qui permet la froideur… Comprendre c'est déjà excuser disait l'autre. Ici cette belle femme qui fait face à Diane, fragile et forte à la fois, a elle-même une histoire compliquée. Au delà des apparences il y a la profondeur abyssale de l'humain écartelé entre ses forces et ses faiblesses, fichtrement touchant et attachant (particulièrement quand il a la subtilité et la capacité naturelle de séduction de Nathalie Baye).
Passant à deux doigts d'un nouveau drame, Diane va découvrir en Marlène un autre prototype d'humanité tout aussi fascinant et complexe qu'elle l'est elle-même. En démêlant l'écheveau de cette tragédie qui la touche, elle va se révéler infiniment proche d'elle, rencontre improbable et superbe de deux femmes qui commence par un désir de vengeance et évolue vers une réconciliation avec soi-même donc avec les autres.