LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

PINOCCHIO

Enzo d’ALO - film d'animation Italie 2012 1h20mn VF - Scénario d'Enzo d’Alo et Umberto Marino, librement adapté du livre Les Aventures de Pinocchio de Carlo Collodi. Pour les enfants à partir de 5 ans. Personnages et décors créés par Lorenzo MATTOTI.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

PINOCCHIOTout le monde connaît Pinocchio… et tout parent a sans doute prononcé la menace fatidique à son bambin un peu trop baratineur : si tu continues à mentir, tu vas voir, ton nez va s’allonger ! Ils en rigolent encore, bien entendu ! Adapté au cinéma par l'inévitable Walt Disney, puis par le talentueux Luigi Comencini, c’est sans nul doute l’un des contes les plus connus au monde, à l’instar de ceux des frères Grimm ou d’Andersen. Il y a pourtant dans Pinocchio quelque chose de joyeux, de pétillant et d’irrévérencieux qui lui confère d’emblée une place à part : parce qu’il n’en fait qu’à sa tête, parce qu’il préfère la fête, la sieste et la découverte du monde aux contraintes de la vie, Pinocchio est le symbole ultime de l’enfance, de son insouciance, de sa liberté, de sa délicieuse frivolité.

Réalisateur de La Flèche bleue et surtout de La Mouette et le chat (adapté du roman de Luis Sépulveda), Enzo d’Alo a visiblement beaucoup tourné autour de ce projet avant de franchir le pas et d’oser s’attaquer à ce monument national. En fait, c’est la mort de son propre père qui l’a décidé à se lancer… Et c’est vrai qu’en se plongeant dans le cœur intime de l’histoire, Pinocchio ne parle en réalité que de cela : de l’amour entre un père et son fiston et tout ce que chacun tisse et retisse autour de ce lien pour fabriquer les plus belles joies et les plus grandes désillusions, les instants partagés, les espoirs déçus, la complicité. Le Pinocchio de d'Alo est fort et beau de cette source d’inspiration qui en fait une œuvre unique d’une singulière beauté.
Il était une fois un vieux menuisier qui s’appelait Gepetto. Il vivait dans le souvenir d’un paradis perdu : celui de son enfance et du temps béni où il jouait sans craindre rien ni personne et où la Terre de Toscane, riche, abondante, colorée, lui offrait le plus beau terrain de jeu dont on puisse rêver. Sans enfant, il fabriqua un jour dans un morceau de bois un pantin articulé qu’il nomma Pinocchio. C’était le fils qu’il n’avait pas eu, et aussi l’enfant qu’il était jadis… Par la magie de son amour ou d’une bonne fée, qu’importe, le pantin prit vit et devint le plus turbulent des bambins.
La suite de l’histoire, vous la connaissez et Enzo d’Alo en respecte les épisodes essentiels : l’école buissonnière et les mauvaises fréquentations, la naïveté touchante de Pinocchio et cette irrépressible besoin de désobéir, de mentir et de partir à la découverte du monde !

Mais si ce Pinocchio est aussi réussi, et s’il emportera dans sa danse petits et grands, c’est que les décors et les couleurs signés par le grand Lorenzo Mattotti, l’ambiance typiquement italienne dans la grande tradition de la commedia del arte donnent à ce Pinocchio une belle énergie communicative et rythmée.