LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir la rencontre avec l'équipe du court métrage "Un peu Après minuit"
Nous vous proposons de revoir un moment d’échange chaleureux avec l’équipe du très prometteur court métrage UN PEU APRÈS MINUIT. Etaient présent sur l’estrade : la réalisatrice Anne-Marie PUGA, le réalisateur Jean-Raymond GARCIA, le comédien Rémi TAFFANEL, le compositeur Mathieu MÉGEMONT et l’an...

Les centres commerciaux : nouvelle bulle immobilière spéculative et projets climaticides…
Non à Val Tolosa ! Nous ne résistons pas à l’envie de vous communiquer cette excellente nouvelle provenant de nos amis d’Utopia Tournefeuille : le Conseil d’État a, en ce début d’année 2018, annulé le 2e permis de construire du méga-centre commercial imaginé pa...

NOUS PRINCESSES DE CLÈVES sur Vidéo en Poche
Vidéo en Pochedes films sur votre clé usb !5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible,  la résolution minimale étant celle d’un DVD !  Les fichiers sont lisibles par VLC, mais aussi sur les Freebox,  et de nombreuses TV et boitiers multimedia.  Vous pouvez consulter sur le site et à la ...

Le cinéma français pète la forme… paraît-il…
Résolument positif, comme chaque année, le communiqué de la ministre de la culture vient de tomber, relayé par le concert des médias unanimes qui se congratulent béatement : Youpie ! Tout va bien pour la France en marche ! 209 millions de tickets de cinéma vendus, soit à peine 4 milli...

Rassemblement à Notre Dame des Landes le 10 février
Après l’abandon du projet d’aéroport, le bocage de Notre-Dame-des-Landes doit rester une terre d’inspiration et d’espoir, nourrie par l’idée des biens communs, les solidarités et le soin du vivant. Rassemblement à Notre Dame des Landes le 10 févrierEnracinons l’avenir !Un bus partira de Bordeaux...

Mardi 9 MAI 2017 à 20h30

SOIRÉE D'OUVERTURE du festival DOC EN MAI


Achetez vos places à l'avance, à partir du Samedi 29 Avril.

LES SAUTEURS

Moritz SIEBERT, Estephan WAGNER et Abou Bakar SIDIBÉ - documentaire Danemark 2016 1h22mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES SAUTEURSAu Nord du Maroc, le Mont Gururu domine l'enclave espagnole de Melilla, forteresse sous haute surveillance entourée d'une série de hautes clôtures barbelées. C'est là qu'en terre Africaine commence l'Europe et l'espoir d'une vie meilleure pour des milliers de migrants, dispersés dans la forêt qui surplombe la ville.
Ces hommes, pour la plupart originaires d'Afrique de l'Ouest, tentent régulièrement de franchir au péril de leur vie cette dangereuse frontière. Parmi eux, un jeune Malien, Abou Bakar Sidibé, s'est vu confier une petite caméra vidéo par les réalisateurs Moritz Siebert et Estephan Wagner, afin de témoigner de ses conditions de vie au jour le jour. Il filme les campements de fortune, la difficulté à se ravitailler et à se protéger de la rudesse du climat, l'organisation d'une micro-société reconstituée dans la précarité, sans femmes ni familles, où il s'agit de préserver ses valeurs et sa dignité. Mais également ces moments de loisirs ou de jeux collectifs qui parfois rendent l'attente moins pénible, l'attente fiévreuse et inquiète de la prochaine tentative de franchissement, synonymes de brutalité policière, de blessures possiblement létales, et pour ceux qui réussissent à « sauter », d'une nouvelle vie dans cet Eldorado que représente l'Europe.

L'originalité de ce film est moins de réaliser un documentaire sur l'épreuve et l'espoir que représente l'exode que, pour ceux qui le vivent, de tenir un journal filmé qui leur redonne une parole propre, stoïque et pragmatique, où la fraternité, la solidarité côtoient sans cesse la peur et les tensions.
En contraste, les images infrarouges captant de nuit une multitude anonyme et silencieuse dévalant les collines ne sauraient réduire ces hommes à de simples lucioles. Les moyens de dissuasion sont vains, la technologie est impuissante à réprimer un mouvement inexorable, celui de ces hommes qui veulent vivre dignement, librement, enfin.