Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Deux petits livres épatants en vente à la caisse du ciné
Sexy, Linky ?de Nicolas Bérard - 4 euros (Ed. Le passager clandestin)En collaboration avec la Librairie La Machine à lire Au fil d’un récit vif, entraînant et plein d’humour, Nicolas Bérard, journaliste de L’Âge de faire, retrace l’enquête qu’il a menée sur le déploiement à marche forcée du comp...

Le Bassin à flots, quelle galère !
Bon, je sais : difficile d’être audible dans le grand barnum électoral qui sévit actuellement autour de nous. Mais, faut-il le rappeler, nous avons un petit problème qui menace à moyen terme, disons trois ou quatre ans, l’existence même d’Utopia à Bordeaux. Il s’agit, on...

Misère, misère…
C’était bien la peine de se débarrasser de ce troupeau de vieilles badernes qui nous bouchaient la vue pour se retrouver aujourd’hui avec comme seul choix présidentiel possible : un blanc bec néolibéral qui fit ses classes chez un banquier et une fille à papa méchante comme la gale, dont le pate...

LE MISANTHROPE
LA COMÉDIE FRANÇAISE AU CINÉMA POUR DES SÉANCES SCOLAIRESLa Comédie Française innove en proposant, à l’intention du public scolaire, des spectacles filmés, choisis parmi les grandes productions de sa saison. Le deuxième spectacle choisi est « LE MISANTHROPE » de Molière, mis en scène par Clément...

Cours d'arabe et soutien humanitaire
Tel le colibri, cher à Pierre Rabhi, l’association Salam tâche « de faire sa part »… depuis 2003 Salam organise des cours d’arabe à Bordeaux, cours payants qui génèrent chaque année un pécule intégralement investi dans des actions humanitaires au Maroc… Notre actualité 2017-2022 : un projet de p...

Mardi 9 MAI 2017 à 20h30

SOIRÉE D'OUVERTURE du festival DOC EN MAI


Achetez vos places à l'avance, à partir du Samedi 29 Avril.

LES SAUTEURS

Moritz SIEBERT, Estephan WAGNER et Abou Bakar SIDIBÉ - documentaire Danemark 2016 1h22mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES SAUTEURSAu Nord du Maroc, le Mont Gururu domine l'enclave espagnole de Melilla, forteresse sous haute surveillance entourée d'une série de hautes clôtures barbelées. C'est là qu'en terre Africaine commence l'Europe et l'espoir d'une vie meilleure pour des milliers de migrants, dispersés dans la forêt qui surplombe la ville.
Ces hommes, pour la plupart originaires d'Afrique de l'Ouest, tentent régulièrement de franchir au péril de leur vie cette dangereuse frontière. Parmi eux, un jeune Malien, Abou Bakar Sidibé, s'est vu confier une petite caméra vidéo par les réalisateurs Moritz Siebert et Estephan Wagner, afin de témoigner de ses conditions de vie au jour le jour. Il filme les campements de fortune, la difficulté à se ravitailler et à se protéger de la rudesse du climat, l'organisation d'une micro-société reconstituée dans la précarité, sans femmes ni familles, où il s'agit de préserver ses valeurs et sa dignité. Mais également ces moments de loisirs ou de jeux collectifs qui parfois rendent l'attente moins pénible, l'attente fiévreuse et inquiète de la prochaine tentative de franchissement, synonymes de brutalité policière, de blessures possiblement létales, et pour ceux qui réussissent à « sauter », d'une nouvelle vie dans cet Eldorado que représente l'Europe.

L'originalité de ce film est moins de réaliser un documentaire sur l'épreuve et l'espoir que représente l'exode que, pour ceux qui le vivent, de tenir un journal filmé qui leur redonne une parole propre, stoïque et pragmatique, où la fraternité, la solidarité côtoient sans cesse la peur et les tensions.
En contraste, les images infrarouges captant de nuit une multitude anonyme et silencieuse dévalant les collines ne sauraient réduire ces hommes à de simples lucioles. Les moyens de dissuasion sont vains, la technologie est impuissante à réprimer un mouvement inexorable, celui de ces hommes qui veulent vivre dignement, librement, enfin.