Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LES AFFRANCHIS A BORDEAUX AU TEMPS DE LA TRAITE DES NOIRS
Samedi 28 OCTOBRE à 10h, à Utopia /LES AFFRANCHIS A BORDEAUX AU TEMPS DE LA TRAITE DES NOIRS. Conférence de Julie DUPRATMÉMOIRES ET PARTAGESLa place de Bordeaux comme port négrier a été récemment redécouverte. Cependant la présence d’une minorité noire significative dans cette même ville est peu...

SÉANCES POUR LES MALENTENDANTS
 Projections de films français en Version Sourds et Malentendants (VSM) avec sous-titres spéciauxLes séances estampillées du symbole (oreille barrée) dans les grilles horaires indiquent des projections de films français en VSM, accessibles aux personnes sourdes et malentendantes, grâce à des sou...

UGC PROCHAINEMENT PARTOUT ?
Nous voici gâtés au delà de toute espérance. Nous allons en effet perdre un voisin proche : Gaumont et son multiplexe de Talence. Mais, me direz-vous, un multiplexe de moins, c’est une bonne nouvelle. Pas vraiment, hélas ! Car c’était un gentil celui-là, qui broutait paisibleme...

SOIRÉE DE SOUTIEN À GEORGES IBRAHIM ABDALLAH
Vendredi 13 OCTOBRE à 20h30organisée et animée par le Collectif Libérons Georges 33. Projection du film 3000 NUITS suivie d’une rencontre avec Jacques-Marie Bourget, grand reporter. Jacques-Marie Bourget se trouvait à Beyrouth le 17 Septembre 1982, au second jour de la tuerie de Sabra et Chatila...

Colloque sur le transport ferroviaire de marchandises
Jeudi 28 Septembre à partir de 14h à Bègles, colloque sur le transport ferroviaire de marchandises, organisé par le Syndicat CGT Cheminots d’Hourcade. Lors de cet événement, projection du film de Gilles Balbastre Transport de marchandises il faut changer d’ère, suivi d’un débat en présence du ré...

TRANSFIGURATION

Écrit et réalisé par Michael O'SHEA - USA 2016 1h37mn VOSTF - avec Eric Ruffin, Chlœ Levine, Larry Fessenden, Danny Flaherty...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

TRANSFIGURATIONOn est d’abord frappé par le comédien principal, Eric Ruffin, jeune et noir. Son corps râblé, ses yeux et son visage ronds, son regard désaffecté, son style économe et introverti impriment d’emblée l’écran. Il est ici Milo, un jeune vivant avec son grand frère (les parents sont décédés) dans une banlieue ghetto.
À l’évidence, Milo est différent : il n’a pas de copains, se fait chahuter par la bande qui traîne en bas de chez lui, semble ne rien ressentir à un âge où, « normalement », les hormones sont en feu. Surtout, la nuit, Milo commet des crimes très sanglants, sans paraître non plus y prendre un quelconque plaisir. En fait, comme dans le Only lovers left alive de Jim Jarmusch, Milo est un vampire, un vampire en jeans et baskets qui ressemble à n’importe quel jeune du coin de la rue. Belle idée que d’avoir fondu ensemble deux mythologies : celle, imaginaire, des suceurs de sang, et celle, réaliste, de la jeunesse ethniquement minoritaire. Une idée tricotant ainsi toutes les passerelles communes à ces deux « espèces » réprouvées, de la métaphore sexuelle au séparatisme irréductible d’avec le monde normé des adultes plus communément appelé « société ».

Milo collectionne les vidéos de films de vampires. Il croise un jour une jeune voisine en rupture familiale qui s’éprend peu à peu de lui, de son originalité, de son mystère. Elle sait qu’il a une grande culture vampiresque, mais pas qu’il en est un ! Elle lui vante les mérites de Twilight, il réplique en l’emmenant au ciné voir Nosferatu. C’est beau et très émouvant, puisqu’entre eux, l’histoire d’amour est impossible : il risquerait de lui trancher mortellement le cou et il le sait. Michael O’Shea a justement voulu prendre le contrepied des clichés du genre. Il signe un film de vampire « réaliste », tenu, dépourvu de frime, ancré dans l’urbanité américaine d’aujourd’hui… Un film singulier, de beaux comédiens et un bon cinéaste.

(S. Kaganski, Les Inrocks)