LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir la rencontre avec l'équipe du court métrage "Un peu Après minuit"
Nous vous proposons de revoir un moment d’échange chaleureux avec l’équipe du très prometteur court métrage UN PEU APRÈS MINUIT. Etaient présent sur l’estrade : la réalisatrice Anne-Marie PUGA, le réalisateur Jean-Raymond GARCIA, le comédien Rémi TAFFANEL, le compositeur Mathieu MÉGEMONT et l’an...

Les centres commerciaux : nouvelle bulle immobilière spéculative et projets climaticides…
Non à Val Tolosa ! Nous ne résistons pas à l’envie de vous communiquer cette excellente nouvelle provenant de nos amis d’Utopia Tournefeuille : le Conseil d’État a, en ce début d’année 2018, annulé le 2e permis de construire du méga-centre commercial imaginé pa...

NOUS PRINCESSES DE CLÈVES sur Vidéo en Poche
Vidéo en Pochedes films sur votre clé usb !5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible,  la résolution minimale étant celle d’un DVD !  Les fichiers sont lisibles par VLC, mais aussi sur les Freebox,  et de nombreuses TV et boitiers multimedia.  Vous pouvez consulter sur le site et à la ...

Le cinéma français pète la forme… paraît-il…
Résolument positif, comme chaque année, le communiqué de la ministre de la culture vient de tomber, relayé par le concert des médias unanimes qui se congratulent béatement : Youpie ! Tout va bien pour la France en marche ! 209 millions de tickets de cinéma vendus, soit à peine 4 milli...

Rassemblement à Notre Dame des Landes le 10 février
Après l’abandon du projet d’aéroport, le bocage de Notre-Dame-des-Landes doit rester une terre d’inspiration et d’espoir, nourrie par l’idée des biens communs, les solidarités et le soin du vivant. Rassemblement à Notre Dame des Landes le 10 févrierEnracinons l’avenir !Un bus partira de Bordeaux...

JEANNETTE, l'enfance de Jeanne d'Arc

Film musical écrit et réalisé par Bruno DUMONT - France 2017 1h45mn - avec Lise Leplat Prudhomme, Jeanne Voisin, Lucile Gauthier, Victoria Lefebvre, Aline Charles, Elise Charles... Adapté de Jeanne d'Arc et Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc de Charles Peguy. Musique originale de Igorrr, Chorégraphie de Philippe Decouflé.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

JEANNETTE, l'enfance de Jeanne d'Arc« Adieu, Meuse endormeuse et douce à mon enfance, Qui demeures aux prés, où tu coules tout bas. Meuse, adieu : j’ai déjà commencé ma partance En des pays nouveaux où tu ne coules pas. Voici que je m’en vais en des pays nouveaux : Je ferai la bataille et passerai les fleuves ; Je m’en vais m’essayer à de nouveaux travaux, Je m’en vais commencer là-bas des tâches neuves. » (Jeanne D'Arc à Domrémy, Charles Péguy)

Si Bruno Dumont n'existait pas, il faudrait d'urgence l'inventer, tant il fait souffler à lui tout seul sur le cinéma français le vent insolent de la liberté, de la créativité, de l'audace et (c'est plus récent, depuis P'tit Quinquin et Ma Loute, disponible en Vidéo en Poche) de la fantaisie. Ce nouveau film, vision inénarrable de l'enfance de Jeanne d'Arc et réalisé pour Arte, en apporte une nouvelle preuve. Comme toujours avec Dumont, Jeannette ne fera pas l'unanimité, en déroutera plus d'une, en énervera plus d'un. Pour notre part, nous avons été emballés.
Sur l'écran nos yeux ébahis découvrent, au milieu d'une campagne désolée, une comédie musicale dans laquelle des nonnes scandent des vers de Charles Péguy sur un fond musical mixant la musique baroque et le heavy metal symphonique, dodelinant la tête de bas en haut tels des visiteurs du célèbre Hellfest.
À la genèse de ce film complètement fou, il y a la découverte, par le cinéaste bressonien qui laisse cours de plus en plus libre à son humour, des deux recueils consacrés à la petite vierge combattante lorraine par l'écrivain Charles Péguy, un autre lascar fort peu conventionnel. Tour à tour socialiste libertaire et dreyfusard, Péguy se convertit au catholicisme et au nationalisme mystique. Pour lui et pour Dumont, Jeanne d'Arc est le symbole de la résistance solitaire face aux clercs et aux dominants vendus aux Anglais qui régnaient alors sur une grande partie du royaume de France.

Pour porter à l'écran cette chanson de geste qui aurait pu être rédigée dans la tradition médiévale 500 ans auparavant, et qui évoque en deux volumes l'enfance et l'adolescence de Jeanne peu avant sa prise d'armes, Bruno Dumont a choisi la simplicité et son contraire. Des décors dépouillés qui n'ont rien à voir d'ailleurs avec la Meuse natale évoquée dans les vers de Péguy puisque tournés dans les mêmes décors que Ma Loute, ceux de la baie de la Slack au bord de la Manche. Des conversations entre Jeanne, son amie Hauviette et Gervaise, une nonne doublée de sa jumelle… Et en contrepoint baroque et foldingue, la chorégraphie du touche-à tout Philippe Découflé et la musique du génialement improbable Igorrr. Avec plusieurs moments d'un grand burlesque (notamment quand l'oncle impayable de Jeanne, complice de sa fuite, se met à slamer) et autant de grande poésie.