LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA COMMUNE LIBRE DU QUARTIER SAINT-PIERRE
Association loi 1901 : prochain rendez-vous des Talents du Quartier Saint-Pierre Mardi 5 Décembre, de 18h à 21h, place Camille Jullian.  Peuvent être exposants les professionnels du quartier (commerçants, artisans, professions libérales) mais aussi des particuliers qui sont porteurs d’une expert...

PRIX DÉCOUVERTE DES SPECTATEURS D'UTOPIA
Décerné à votre film préféré parmi les premiers films français de l’année 2017 A l’initiative des deux associations de quartier La Commune Libre du quartier Saint Pierre et Les Amis de l’Utopia, sera décerné le premier Prix Découverte des Spectateurs du cinéma Utopia  de Bordeaux. C’est donc à v...

Solidarité avec Jean-Jacques Rue
Collègue d’Utopia Saint-Ouen l’Aumône et ci-devant chroniqueur cinéma à Siné Mensuel, et son camarade poète et cinéaste franco-grec Yannis Youlountas Jean-Jacques Rue, c’est une figure d’Utopia : un nounours punk qui s’active dans les salles de Saint-Ouen l’Aumône. À Bordeaux, vous l’avez vu tou...

STOP LINKY
Pour en savoir plus sur le compteur électrique Linky, savoir POURQUOI et/ou COMMENT faire pour le refuser, vous le pouvez, le collectif Stop Linky Bordeaux Métropole vous invite à venir Salle de la cheminée au Cinéma Utopia, à l’occasion de l’une de ses réunions. Et si vous souhaitez rejoindre l...

PCA
 Paysans et Consommateurs Associés, Bordeaux-Vallée de l’IslePCA Chaque Mercredi de 19h à 20h30 au cinéma, salle de la Cheminée, des petits producteurs de Dordogne et de Gironde apportent leurs légumes, leurs œufs, volailles, rillettes, pain, miel, nougat, veau, bœuf, agneau, fromages de chèvres...

Jeudi 19 Octobre à 20h45

En présence de Pacôme Thiellement


LES HÉRÉTIQUES DE PACÔME THIELLEMENT dans la cadre du FIFIB 2017
À l’occasion de la parution de son dernier livre La Victoire des Sans Roi
- Révolution gnostique (PUF), le Fifib donne carte blanche à l’essayiste et philosophe Pacôme Thiellement. Ce spécialiste de la pop culture fait la démonstration en quatre films « hérétiques » que la divinité ne se trouve pas du côté des plus forts mais de celui des petits et des faibles.

MELANCHOLIA

Écrit et réalisé par Lars VON TRIER - Danemark 2011 2h10mn VOSTF - avec Kirsten Dunst, Charlotte Gainsbourg, Charlotte Rampling, John Hurt, Kiefer Sutherland... CANNES 2011 : PRIX D’INTERPRÉTATION FÉMININE pour KIRSTEN DUNST.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MELANCHOLIAD’emblée, la bouleversante ampleur des images vous happe, vous emballe dans une sorte d’hypnose exaltante : les images de Lars Von Trier sont l’éblouissante démonstration qu’il n’est pas besoin de prothèse 3D pour faire éprouver la sensation de relief, de profondeur, d’espace. La beauté cosmique des images se conjugue dans une sensualité éblouissante avec la musique de Wagner qui magnifie le long prologue : Tristan et Yseult, le sommet du romantisme, le point culminant de l’amour, fou parce qu’impossible, condamné à lier les amants pour l’éternité dans une fin tragique et brutale, un amour trop puissant pour s’enliser dans la médiocrité d’une vie trop commune… Putain c’est beau ! C’est beau et inquiétant. Il n’y a là rien de paisible et on voit bien que cette beauté est pleine de venin…

Une mariée trop belle, aux cheveux d’or, comme l’Yseult de la légende, s’amuse de ce que la limousine blanche sans fin qui les emporte, son mari et elle, vers un château de rêve ne parvienne pas à prendre les virages du petit chemin cahoteux qui y conduit… Elle s’appelle Justine, et c’est sa soeur Claire qui a organisé la cérémonie : un décor à vous couper le souffle, une fête somptueuse, des invités choisis et nombreux. Mais on comprend très vite que, sous l’aspect policé d’une société qui semble cultiver l’harmonie, la vérité profonde des personnages n’est pas aussi idyllique qu’il y paraît. La perspective de s’inscrire par ce mariage dans un destin si convenu ne semble pas emballer Justine… `
Sa soeur s’efforce de faire rentrer à toute force dans la norme cette soeur dont la fragilité l’inquiète, sans se rendre compte que c’est justement la normalité qui l’angoisse, la pousse inéluctablement vers un désir de destruction. Alors que tous guettent l’arrivée de la mariée pour enfin passer à table, la belle disparaît dans sa chambre, jette ses dentelles sur son lit et se réfugie dans un bain chaud, laissant la noce à sa perplexité. Elle multipliera par la suite les manifestations de refus de ce carcan social qu’on lui impose : détruire pour se sentir vivre ? Pour échapper à la mélancolie ?
La planète Melancholia, la géante bleue, est en train de s’approcher dangereusement de la terre et chacun s’inquiète de savoir si sa trajectoire évitera notre planète… Les calculs des scientifiques semblent rassurants.
Plus le cataclysme devient possible, puis probable, et plus la mélancolique Justine semble trouver une forme de sérénité, tandis que Claire s’assombrit et révèle ses fêlures, alors qu’elle semblait de roc. C’est que la première n’a rien à perdre et l’apocalypse ne peut que combler son désir latent et désespéré d’absolu, un moyen radical de mettre enfin un terme grandiose à une tristesse chronique autant qu’infinie, tandis que la seconde s’accroche à tous ces petits bonheurs qui suffisaient à la combler.

C’est un film magnifique et exaltant sur lequel plane l’ombre de la mort : sur les invités, sur Justine, sur l’espoir, sur la planète. C’est un film de fin du monde… « D’une certaine façon, le film a une fin heureuse » ironise Lars Von trier, après avoir démontré, tout au long de ce qui est probablement son plus beau film, que désespoir et volupté ne sont pas incompatibles, bien au contraire.