LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

Savez-vous quel est le point commun entre le Linky et le RGPD ? L’exploitation des données personnelles.
Le règlement général pour la protection des données (RGPD) applicable en Europe depuis le 25 mai 2018 concerne le traitement et la circulation des données à caractère personnel, sur lesquelles les entreprises s’appuient pour proposer des services et des produits. Les données personnelles sont mainte...

Jeudi 15 FÉVRIER 2018 à 20H45

LUNE NOIRE


En présence de Loïc Diaz, chercheur et programmateur, spécialiste du cinéma.

LUNE NOIRE
Cinéma de genre, Exploitation, OFNI, auteurs borderline... Séance mensuelle du troisième type proposée par l’association Monoquini.

EL PICO

(Overdose) Eloy de la IGLESIA - Espagne 1983 1h50mn VOSTF - avec José Luis Manzano, Enrique San Francisco, José Manuel Cervino... Film inédit en salles en France, interdit aux moins de 18 ans à sa sortie.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

EL PICODans la grisaille du Bilbao du début des années 80, Paco et Urko, deux adolescents en rupture de ban – l’un est le fils d’un commandant de la Garde Civile qui le destine à une carrière militaire, l’autre le fils du dirigeant d’un parti nationaliste de la gauche Basque – délaissent leurs études pour les paradis artificiels, partageant tous deux la couche de Betty, une jeune prostituée qui va les initier à l’héroïne. De consommateurs, ils deviennent trafiquants, rapidement emportés dans une spirale criminelle qui va frapper de plein fouet leurs familles respectives.

À la mort de Franco en 1975, le tournant démocratique en Espagne s’accompagne d’une crise économique et d’un chômage de masse qui touche principalement les quartiers populaires de la périphérie des grandes villes. Entre barres d’immeubles et terrains vagues, la délinquance et le trafic de drogue explosent. La disparition de la censure offre alors un nouveau sujet de société au cinéma : la figure du « quinqui », le jeune livré à lui-même dans un environnement urbain dégradé, propice aux trafics, au vol et à la baston. L’année 1977, avec Perros callejeros (« Chiens errants ») de Juan Antonio de la Loma, marque l’avènement du cinéma quinqui comme genre codifié extrêmement populaire et rentable qui va produire une trentaine de titres jusqu’en 1985, mais aussi comme phénomène médiatique. Ces films font le plus souvent appel à de jeunes acteurs recrutés dans les bas-fonds, parmi les délinquants, dont certains deviennent des vedettes de la presse à scandale, relatant leurs exploits bien réels et leur transposition sordide dans des œuvres de fiction. C’est la célébration crapuleuse des anges sauvages à la gueule cassée, qui vivent vite et meurent précocement, sur fond de sexe, drogue et rumba.

Cinéaste prolifique dans tous les genres et notamment le cinéma quinqui dont il fut précurseur, habitué aux sarcasmes de la critique pour ses sujets dénoncés comme scabreux, Eloy de la Iglesia se fait d’une certaine façon le chroniqueur de cette époque au climat social et politique tendu, en choisissant de tourner pour la première fois sur sa terre d’origine. La réalité conflictuelle du Pays Basque, dans le contexte de lutte armée menée par l’ETA et de répression policière, dresse une toile de fond oppressante prétexte à polémique, par la dénonciation des pratiques de la Garde Civile, coupable de torture, de chantage et d’extorsions. « El Pico », dans le langage courant, se réfère au tricorne du gendarme et à la seringue, symbolisant à la fois le carcan répressif de la société et le rituel destructeur du shoot.
La représentation crue des ravages de l’héroïne, les obsessions sulfureuses du réalisateur pour les marges et une sexualité sans tabous, ont suscité la virulence des critiques de tout bord, dénonçant un mélange de complaisance et de mauvais goût caractéristique. C’est pourtant dans les relations tumultueuses entre un père aux valeurs réactionnaires et son fils en roue libre que transparait la dimension politique d’El Pico. En offrant une forme de rédemption – éphémère – à Paco, interprété par José Luis Manzano, un adolescent marginal issu des quartiers populaires de Madrid et devenu son acteur fétiche, Eloy de la Iglesia souligne son attachement pour les destins brisés dans une société qui n’ouvrait alors aucune perspective individuelle.

El Pico fut un des plus gros succès commerciaux du cinéma espagnol en 1983, et donna lieu à une suite en 1984, El Pico 2, offrant toute latitude à Eloy de la Iglesia, l’inscrivant comme figure emblématique du cinéma quinqui.

(lunenoire.org)

Également jeudi 15 février de 19h à 20h15 au Café Pompier : LA CONTRA OLA — Musique synthétique et expérimentale des années 80 en Espagne. Présentation/écoute du double vinyle compilé par Loïc Diaz, édité par Bongo Joe Records, et projection du court métrage ALIENS de Luis Lopez Carasco (2017, 24 mn), portrait de Tesa Arranz, figure clé de la Movida madrilène. Entrée libre, buvette sur place. RDV sur Facebook sur le site de MONOQUINI pour plus d'informations.