LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

Savez-vous quel est le point commun entre le Linky et le RGPD ? L’exploitation des données personnelles.
Le règlement général pour la protection des données (RGPD) applicable en Europe depuis le 25 mai 2018 concerne le traitement et la circulation des données à caractère personnel, sur lesquelles les entreprises s’appuient pour proposer des services et des produits. Les données personnelles sont mainte...

SOS MÉDITERRANÉE
Vendredi 22 juin à 20h au théâtre Le Levain à Bègles, Soirée littéraireRencontre entre deux auteurs :  Allain Glykos (auteur de Manolis) et Franck Pavloff (auteur de Matin brun) pour des regards croisés à partir de leurs derniers ouvrages : le roman  La nuit des enfants qui dansent de Pavloff, a...

VIVRE SA VIE

Écrit et réalisé par Jean-Luc GODARD - France 1962 1h20mn - avec Anna Karina, Sady Rebbot, André S. Labarthe, Guylaine Schlumberger, Brice Parain...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

VIVRE SA VIEQuatrième film de Godard, Vivre sa vie est un film d'amour. Amour pour Anna Karina. Amour pour le cinéma, à travers un hommage assumé à deux cinéastes : Kenji Mizoguchi, le chroniqueur japonais des maisons closes, Roberto Rossellini et Onze fioretti de François d'Assise. À l'exemple du film du maître italien (qui avait tourné un douzième épisode, non retenu dans le montage final), Vivre sa vie est ainsi construit en douze tableaux, qui scandent la passion de Nana, femme contrainte de vendre son corps pour pouvoir vivre sa vie, c'est-à-dire manger, payer sa chambre, survivre. Ces douze stations sont celles d'un chemin de croix, comme le souligne la scène où Nana entre dans un cinéma qui projette La Passion de Jeanne d'Arc, de Dreyer, et voit Falconetti dire à un prêtre que son martyre sera sa délivrance.
Godard dit : « Nana est gracieuse, c'est-à-dire pleine de grâce. Elle saura garder son âme tout en donnant son corps. » Anna Karina (qui détesta le film, où elle se trouvait enlaidie) est idéalisée en Louise Brooks (perruque brune), filmée de dos quand elle est nue (rarement), comparée à une poupée chinoise, une poule à l'intérieur de laquelle on trouve une âme lorsqu'on l'a déplumée et dépecée.

Cette métaphore de la poule s'applique à l'héroïne mais aussi au projet du film. Extérieurement, c'est une froide observation des travaux et des jours d'une tapineuse, un inventaire des lois, droits et décrets qui règlent son statut, une étude de l'art d'arpenter le trottoir, de racoler. C'est aussi l'histoire d'une fille qui voulait faire du théâtre, s'est retrouvée sur le trottoir par besoin d'argent, qui joue un rôle pour se trouver elle-même. Une fille qui fait la différence entre le masque et le visage. Une fille qui essaie de livrer son corps sans y laisser sa peau. Existentialiste en ce qu'elle choisit librement son sort, en ce qu'elle revendique son destin, Nana est, écrit Jean-Louis Bory dans Le Nouvel Observateur, « une putain respectueuse. Respectueuse d'elle-même ». Intérieurement, le film fait sentir qu'il n'y a pas d'opposition entre l'existence et l'essence, que l'une suppose l'autre, et vice versa.
Quand la scrupuleuse putain rencontre un philosophe (Brice Parain), elle apprend les vertus de l'ascèse : traverser le désert du silence pour apprendre à parler, se soumettre à une discipline du détachement pour renaître. Cette chronique d'une solitude s'attarde sur un calvaire, que Godard hésite à ponctuer par une rédemption. Pour cette héroïne dostoïevskienne, il choisira le châtiment.

Jean-Luc Godard assimile volontiers le métier d'acteur à la prostitution. La réticence, ou paresse, du comédien à s'investir dans le projet du film s'apparente, à ses yeux, au « J'embrasse pas » des femmes tarifées. Et déclinant de nombreuses fois ce thème de la vie des péripatéticiennes (de Deux ou trois choses que je sais d'elle à Sauve qui peut (la vie), Godard privilégie la description d'une mise en scène à celle de l'acte sexuel. C'est en cinéaste qu'il dépeint le choix d'une figurante en casting, exige qu'elle paye de sa personne, sans feindre ni simuler, ou transforme la transaction pute/client en chaîne de production d'images et de sons.

(d'après JL Douin, Le Monde)

Vendredi 20/04 à 17h45, Jeudi 26/04 à 19h30 et Samedi 5/05 à 17h50