LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Revoir le débat avec Pierre Carles et Philippe Lespinasse (Un bergé et deux perchés à l’Élysée)
Vendredi 4 janvier, Pierre Carles et Philippe Lespinasse venaient nous présenter leur film sur Jean Lassalle, « Un bergé et deux perchés à l’Élysée » que nous projetons jusqu’au 26 février. Merci à Jamila Jendari et Nicolas Beirnaert pour la captation de ce moment. UN BERGÉ ET DEUX PERCHÉS À L’É...

GRÊLE : HALTE AUX MESURETTES, LE CHAOS CLIMATIQUE C'EST L'AFFAIRE DE TOUTE LA SOCIETE
a Gironde a été durement touchée par la grêle le 26 mai. Plusieurs milliers d’ha de vignes mais aussi de cultures maraîchères et de grandes cultures ont été ravagés. L’entraide collective spontanée s’est organisée dès la fin de semaine. Face à cette situation, la réponse du Ministè...

Interdiction du glyphosate : qu’a voté votre député-e ?
En catimini, à 2h00 du matin mardi 29 mai, une poignée de députés a rejeté l’interdiction du glyphosate, herbicide pourtant reconnu comme toxique pour l’environnement et classé comme « cancérigène probable » par l’Organisation Mondiale de la Santé. Emmanuel Macron s’était engagé à interdure d’ic...

PROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTI
SUR L’ÉCRAN DE LA SALLE 4, À PARTIR DU 4 JUILLETPROJECTION DES DESSINS RÉALISÉS PAR GIUSEPPE LIOTTIpour les storyboards des films de Matteo Garrone Né à Salerno le 23 juin 1978, Giuseppe Liotti est diplômé en Sciences de la communication. En 2001, il s’investit pendant un an dans une production ...

C'EST LA FÊTE DU CINÉMA
Du Dimanche 1er au Mercredi 4 JUILLET4 euros pour tout le monde à toutes les séances... Lire C'EST LA FÊTE DU CINÉMA...

Mardi 19 MARS 2019 à 20h15

CINÉMARGES CLUB #23


PROJECTION UNIQUE en présence du réalisateur, Dominique Choisy

MA VIE AVEC JAMES DEAN

Écrit et réalisé par Dominique CHOISY - France 2018 1h48mn - avec Johnny Rasse, Mickaël Pelissier, Nathalie Richard, Juliette Damiens, Bertrand Belin... Musique de Bertrand Belin.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MA VIE AVEC JAMES DEANCe serait un inventaire à la Prévert, avec les mouettes en guise de ratons laveurs. Il y aurait Le Tréport, son unique cinéma niché au fin fond de son casino, ses falaises vertigineuses, ses rues désertes, ses chambres d’hôtel rococo… Il y aurait un réalisateur timide venu présenter son premier film, « exigeant » ou « un peu spécial » selon les avis. Et puis un projectionniste chevelu, captivé et entreprenant ; une responsable de salle passionnée, mais bouleversée par une rupture ; une employée d’hôtel aspirante actrice ; une spectatrice qui serait aussi une mère ; un marin-pêcheur bourru ; un jeune migrant aux allures de prince des Mille et Une Nuits qui passe par ici et repasse par là… Et puis James Dean, l’ami imaginaire…

Après Confort moderne (2000) et Les Fraises des bois (2012), Dominique Choisy, réalisateur rare, continue de creuser son sillon singulier dans le cinéma français. Un drame étrange et beau, un conte cruel et farfelu, et maintenant une fable joyeuse et libre… On pense à Truffaut, à Rozier, à Demy aussi… Tout cela est vivant, débridé, surprenant, comme un coq-à-l’âne dont le fil rouge serait le désir. On dort beaucoup dans les films de Dominique Choisy, et le rêve forcément s’insinue, prend part au récit, le détourne et l’emporte. L’imaginaire est ici pleinement au pouvoir ; l’ami imaginaire au sens où l’imaginaire, oui, est notre ami ! Chaque fois que le film distille une mélancolie assumée, la comédie surgit, devient burlesque, romantique et même musicale…

Il y a dans Ma vie avec James Dean un élan généreux et bienveillant envers des personnages dont les aspirations se révèlent, se réveillent, au contact de Géraud Champreux, réalisateur désabusé arrivé au bout de ses désirs. À deux on est plus fort, et à plusieurs, alors… Le rappeler sur le mode d’une fable insolente ou d’un rêve éveillé, bigarré et saugrenu, est une bien belle idée de cinéma.

(I. Danel, bande-a-part.fr)