LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

MIGNONNES

Écrit et réalisé par Maimouna DOUCOURÉ - France 2019 1h35mn - avec Fathia Youssouf, Medina El Aidi, Esther Gohourou, Maïmouna Gueye...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MIGNONNESC'est un premier film débordant d'une énergie vitale, se moquant de la bien pensance et du qu'en dira-t-on. Un film qui porte haut une féminité qui n'exclut en rien son féminisme et sa liberté. Si ses jeunes héroïnes tortillent un peu du cul, c’est qu’elles découvrent leurs corps, s’amusent des clichés, encore inexpérimentées mais moins innocentes que l’on croit. Sans le formuler vraiment, elles testent, provoquent, analysent les effets qu’elles font sur la société, sur les garçons. Mais ne nous y trompons pas, elles ont beau se pomponner, porter des tenues moulantes, elles ne sont pas à vendre. En jouant avec les codes de la séduction, de la soumission, elles expérimentent maladroitement la voie, provocante, de l’émancipation. Celle que leurs mères n’ont souvent pas obtenue.

C’est une de ces bandes de filles, surnommée Les Mignonnes, qui va attirer l’attention d’Amy. Elle a alors tout juste onze ans. Il faut dire ici que ce jeune personnage fonctionne un peu comme l’alter ego de la réalisatrice au même âge, elle qui a aussi grandi entre deux cultures, la française de son pays natal et la sénégalaise du pays de ses origines parentales. Amy semble d’un naturel plutôt paisible et réservé, habituée à se plier docilement aux injonctions de ses aînés, aux volontés d’une communauté qui la surveille comme le lait sur le feu. Mais intuitivement, alors qu’elle vient d’emménager dans un appartement plus grand avec sa mère (Mariam) et ses deux frères, elle perçoit que quelque chose lui échappe. L’inquiétude monte. D’abord c’est son père qui tarde à rentrer du Sénégal, pour des raisons inexpliquées. Ensuite, c’est cette étrange chambre, qu’elle espérait faire sienne, mais que l’on barricade et où nul n’a le droit de pénétrer, pour des raisons inexplicables… Et le pire de l'inexplicable, de l'inexpliqué, ce sont les silences de Mariam, qui dissimule ses pleurs. Elle a beau ne rien dire, ne rien exprimer, son mutisme est plus parlant et plus violent qu’un hurlement. Amy, comme tout enfant éponge, sait y décrypter le désarroi qui envahit sa maman, et bientôt, en en découvrant la cause, elle mesurera l’étendue de son humiliation. En attendant, dans la maisonnée l’air est devenu si pesant, si étouffant qu’elle prend plaisir à aller respirer plus loin, ne serait-ce que quelques étages plus bas. Et c’est là, dans la buanderie de son nouvel immeuble, qu’elle apercevra une nymphette aux airs de gitane se trémoussant de façon endiablée… Ce sera la révélation ! C’est cela qu’elle veut faire, c’est cela qu’elle veut être ! Libre comme cette inconnue, belle dans ses gestes libérés, dans son corps qui s’exprime sans retenue ! Vite, la réalité la rattrape, elle se sent gauche, « plate », pas à la hauteur, incapable d’oser. Pourtant son attirance, sera plus forte que ses réticences… Elle ne pourra s’empêcher de suivre sa voisine, qui deviendra vite sa grande copine, de l’épier en cachette quand elle rejoint ses potes qui se trémoussent et s’exercent sur des chorégraphies sans aucun doute trop sexualisées, devenues expertes du « twerk ». Bien sûr, elles remarqueront bientôt le petit manège d’Amy, la charriant, la mettant à l’épreuve… Mais rien ne découragera celle qui se montre avide d’observer et d’apprendre. Le soir, dans le secret de sa chambre, elle s’entrainera en cachette, désireuse de devenir à son tour une de ces mignonnes, comme si c'était la clef vers un autre monde.

Fathia Youssouf, qui interprète Amy, est tout simplement lumineuse, les autres actrices ne sont pas en reste. Elles servent merveilleusement bien ce film à l’énergie enfantine communicative, rythmé et lumineux malgré la gravité de son propos.