LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 8)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 6/05 au lundi 11/05/2020  Mercredi 6 mai, jour 51 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 6 mai de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de chèv...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 7)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 29/04 au mardi 5/05/2020  Mercredi 29 avril, jour 44 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 29 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages d...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 6)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 22/04 au mardi 28/04/2020  Mercredi 22 avril, jour 37 de l’après La séquence du confiné #34 La séquence précédente était extraite de L’as de pique, premier long métrage de Miloš Forman. Réalisé en 1964, le film suit les a...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 5)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 15/04 au mardi 21/04/2020  Mercredi 15 avril, jour 31 de l’après Comme la semaine dernière, nous vous soumettons ce mercredi quelques suggestions de films à voir (voir colonne de gauche). La semaine dernière c’était la ré...

Journal de bord d'un cinéma fermé (semaine 4)
Ici est archivé le journal de bord du confinement de la semaine du mercredi 8/04 au mardi 14/04/2020  Mercredi 8 avril, jour 24 de l’après PCA (Paysans & Consommateurs Associés)
Aujourd’hui, mercredi 8 avril de 18h à 19h livraison dans le hall du cinéma des paniers de légumes, oeufs, fromages de ...

Lundi 28 SEPTEMBRE 2020 à 20h15

SOIRÉE-DÉBAT SUR LE DROIT À L’AVORTEMENT


Organisée par le Planning Familial de la Gironde.
Projection suivie d’un débat avec Annie Carraretto et Laure Chirol, militantes du Planning Familial.
Prévente des places au cinéma à partir du Samedi 19 Septembre.

Le 28 septembre est la journée internationale pour le droit à l’avortement. C’est à la fois une journée de luttes car en 2020 une femme meurt dans le monde toutes les 9 minutes d’un avortement clandestin, mais c’est aussi une journée d’information sur ce droit majeur obtenu grâce à un long combat, notamment en France. Un combat qui continue en Argentine, comme le montre le film de Juan Solanas.

FEMMES D’ARGENTINE

(Que sea ley) Juan SOLANAS - documentaire Argentine 2019 1h26mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

FEMMES D’ARGENTINE« Que sea ley. » Que cela devienne une loi. C’est le titre original de ce documentaire qui retrace la formidable mobilisation des femmes en Argentine entre juin et août 2018 pour obtenir la légalisation de l’avortement. Le projet de loi adopté par la Chambre des députés alors qu’un million de manifestantes, foulard vert autour du cou, défilaient dans les rues, a échoué aux portes du Sénat, à sept voix près. C’était la septième fois qu’un tel projet était présenté sans succès devant la représentation nationale.

Alors que la mobilisation des pro – et anti-avortement ne désarme pas, le film de Juan Solanas éclaire parfaitement les enjeux du débat et le replace dans le contexte politique, économique et religieux de son pays. Au-delà du bilan sanitaire et humain accablant – une femme meurt chaque semaine en Argentine des suites d’un avortement clandestin –, le réalisateur interroge avec acuité les rapports entre l’Église et l’État dans la patrie du pape François, et les fortes inégalités sociales qui y persistent.

En Argentine, où 36% de la population vit sous le seuil de pauvreté, ce sont les femmes les plus jeunes et les plus pauvres qui sont les principales victimes de l’interdiction de l’IVG. Les images des militantes féministes occupant les rues de Buenos Aires, réminiscence de celle des mères de la place de Mai, alternent avec des témoignages édifiants de victimes d’avortements clandestins, encore pratiqués avec des aiguilles à tricoter ou des branches de persil introduits dans l’utérus.

(C. Rouden, La Croix)