LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

EUGÉNIE GRANDET

Écrit et réalisé par Marc DUGAIN - France 2020 1h43mn - avec Joséphine Japy, Olivier Gourmet, Valérie Bonneton, César Domboy... D’après le roman d’Honoré de Balzac.

Du 29/09/21 au 26/10/21

EUGÉNIE GRANDET« Une tragédie bourgeoise sans poison, ni poignard, ni sang répandu ; mais, relativement aux acteurs, plus cruelle que tous les drames accomplis dans l’illustre famille des Atrides » (H. de Balzac, à propos d’Eugénie Grandet).

Félix Grandet est riche, très riche. Maître tonnelier, un temps maire de Saumur, il a établi sa fortune pendant la Révolution. Un peu en faisant fructifier la dot de sa femme, pas mal, sans-culotte de circonstance pendant la Révolution, en récupérant des biens, des domaines, à l’époque de la confiscation des possessions des émigrés. La Restauration venue, Grandet se fait discret en politique comme en société. Âpre au gain, tout entier consacré à conduire ses affaires et consolider ses avoirs, l’homme impose à sa famille une existence recluse et austère, qui a tous les dehors de la pauvreté. Seuls les partenaires en affaires, le notaire et le banquier, ont une idée – et encore, bien parcellaire – de sa fortune, objet de tous les fantasmes de la « bonne » société saumuroise. Suffisamment en tout cas pour ne jamais manquer de lui consacrer une soirée, le temps d’une partie de cartes en petit comité à son domicile. Car Grandet a une fille, Eugénie, qui héritera un jour des biens de son père. Et le notaire comme le banquier ont chacun un fils en âge de se marier. Il convient donc de jouer le jeu du grigou, aussi bien pour rester en affaires avec lui que pour préparer l’avenir de leur descendance.
Marc Dugain restitue particulièrement bien ces moments de cour servile et empruntée, dans le salon mal éclairé de Grandet, où l’on fait au sens propre des économies de bouts de chandelle. Les allusions perfides, les petites magouilles, la concurrence qui se veut feutrée des deux familles dans la course à la dot, les chuchotements qui se perdent dans le crépitement du feu de cheminée – rien de tout cela n’échappe au bonhomme, silencieux, matois, qui prétexte une vague surdité pour observer dans le clair-obscur le petit monde qui s’agite autour de lui, de son argent et de sa fille. L’arrivée inopinée de Charles, neveu de Grandet, jeune gandin parisien orphelin et ruiné, bouleverse les plans des uns et des autres, chamboule tout particulièrement Eugénie, qui tombe instantanément amoureuse de son cousin, tandis que le père Grandet intrigue pour lui faire quitter les lieux au plus vite.

Comme l’aurait dit à peu près le père Dumas s’il avait eu à réaliser des films, « on peut violer la littérature, à condition de lui faire de beaux enfants ». Le propos de Marc Dugain n’étant heureusement pas de livrer une illustration empesée du roman de Balzac, on lui sait plus que gré d’avoir su, en s’en éloignant, en offrant généreusement une destinée alternative à son personnage principal, d’en proposer une lecture moderne tout en en restituant l’essence. La description de la petite société étriquée de province, bien sûr, avec l’ennui, les aspirations et conspirations des notables, les petites coteries, les petits calculs… Mais surtout, il réussit à merveille le double portrait, magnifique, de l’avare maladif, sombre, violent, qu’est le père Grandet, et de la figure étonnante de l’ingénue Eugénie qui, sous l’influence de son père et sous les effets de la déception amoureuse, va insensiblement glisser de l’innocence au calcul, de la générosité à l’art d’amasser et de gérer sa fortune, pour mieux se libérer des carcans d’une société patriarcale conservatrice (c’est un euphémisme). Filou et imposant, violent et séducteur, Olivier Gourmet est un Grandet tout à la fois terrifiant et pathétique. Quant à Joséphine Japy, lumineuse même dans la pénombre, elle porte sur ses frêles épaules toute la subtilité, toutes les ambiguïtés du film, c’en est la révélation. Grâce à elle, Marc Dugain sauve Eugénie Grandet, héroïne sacrifiée par Balzac, pour en faire une icône du féminisme moderne. Et ça lui va tellement bien.