LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

Le monde du silence
LE MONDE DU SILENCE Mardi 15, Mercredi 16, Samedi 19 et Dimanche 20 décembre, le cinéma Utopia de Bordeaux assurera symboliquement les séances initialement prévues dans son programme de réouverture. Les projecteurs seront allumés, les salles seront dans le noir et les images défileront sur nos écran...

SERRE MOI FORT

Écrit et réalisé par Mathieu AMALRIC - France 2021 1h37mn - avec Vicky Krieps, Arieh Worthalter, Anne-Sophie Bowen-Chatet, Sacha Ardilly, Juliette Benveniste, Aurèle Grzesic... D'après la pièce de théâtre de Claudine Galea, Je reviens de loin.

Du 08/09/21 au 12/10/21

SERRE MOI FORTSerre moi fort. On aimerait presque ne vous révéler que cela. Rien d’autre que ce titre intriguant, puissant, et le visage solaire de Vicky Krieps. Ne pas en savoir plus pour être complètement saisi par l’émotion brute du film, se laisser guider par l’intelligence de son réalisateur, par sa narration complexe, par sa mise en scène d’une si délicate beauté. On aimerait aussi ne pas en dire plus tant la peur est réelle de dévoiler trop de secrets, d’éclairer trop de chemins alors que la beauté et l’émotion du voyage que nous propose Mathieu Amalric résident bien dans la capacité du spectateur à oser se perdre, en tout cas à accepter de prendre le temps avant de savoir où il va exactement.
Car le récit a des allures de chasse aux trésors et il nous faut chercher et trouver les indices en sachant au préalable que rien, dans le déroulé de cette histoire, ne sera jamais laissé au hasard, que le moindre détail, glissé au creux d’un plan par un réalisateur méticuleux, va nous guider, nous mettre sur de vraies ou fausses pistes. Mais riches de sens et de promesses en tout cas.

Ça pourrait ressembler à un thriller, et d’une certaine manière c’en est un, car la tension narrative induit ce mélange d’appréhension et d’excitation qui nous tient en haleine jusqu’au dénouement. Mais le film bien entendu ne se réduit pas à cela, il va plus loin, bien plus loin que toutes les énigmes qu’il dessine et auxquelles il ne cherche pas forcément à apporter de véritables réponses.
Serre-moi fort. Comme une prière qui se répète soir après soir, nuit après nuit, semaine après semaine. Comme un appel à l’aide, comme un amour qui nait, qui vit et qui se fane. Serre-moi fort, comme une injonction à ne jamais se quitter, à ne jamais oublier la puissance des bras qui étreignent et la vie qui jaillit au milieu.
Dans une maison, à l’aube, une femme jette un dernier œil sur son mari et ses deux enfants endormis, hésite à laisser un message sur la table de la cuisine, puis se ravise et met plutôt en évidence un paquet de céréales avant de sortir prendre sa voiture et la route. « Tu t’enfuis ou quoi ? » lui demande une copine dans une station service à la sortie de la ville. Elle s’enfuit peut-être en effet, mais peut-être pas. Et si elle fuit, que fuit-elle ? Son passé, son présent trop pesant ?… À moins que tout cela ne soit qu’un rêve. Ou un souvenir.
Et dans un vertige virtuose de télescopages, d’échos, de superpositions, de retours en arrière et de sauts dans le futur, se dessine peu à peu une tout autre histoire…

Tout comme Barbara, le précédent film de Mathieu Amalric, Serre-moi fort puise ses intentions dans le trouble du souvenir et du passé que l’on pourrait recréer à sa guise ; mécanique qui rappelle bien sûr celle du cinéma, créateur d’un monde fait d’illusions, de désirs inachevés, d’ombres et de fantômes. Film majeur de la rentrée, Serre moi fort est tout entier porté par l’actrice Vicky Krieps (remarquable déjà dans Phantom thread de Paul Thomas Anderson et tout récemment dans Bergman island de Mia Hansen-Love). Ne forçant jamais les émotions, la fragilité et la puissance de son personnage se lisent dans chacun de ses gestes, chacun de ses regards…