LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4,50€
Moins de 14 ans : 4,50€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Stop Bolloré ! L'appel du collectif
Le collectif Stop Bolloré a vu le jour en décembre 2021 et rassemble des membres et des organisations de la société civile qui s’inquiètent de la concentration des médias et de l’édition en France et des dangers que cela représente pour la démocratie. Le projet du collectif, qui est poli...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°101 au n°117
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°101 au n°117   Samedi 17 avril Hier, fin N° 101. Juliette Binoche, 30 ans plus tard, et magnifique, dans un autre de ses plus beaux rôles. La musique, c’est le célébrissime Canon en ré majeur de Johann Pa...

Quiz des "trente dernières secondes" du n°51 au n°100
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°51 au N°100 //////////////////////////////////////// Vendredi 26 février  Hier, fin N° 51. Saisissante. Tout comme l’est la séquence d’ouverture du film, qui montre la jungle s’enflammer sous les bombes a...

Quiz des "trente dernière secondes" du n°1 au n°50
Ici sont archivées les publications du quiz des “trente dernières secondes” du n°1 au n°50  Quiz cinéma : les 30 dernières secondesPour célébrer la fin de l’année écoulée et vous présenter nos meilleurs vœux pour 2021, l’équipe d’Utopia Bordeaux (sur un colossal travail d’archiviste d...

RIPOSTE FÉMINISTE

Marie PERENNÈS et Simon DEPARDON - documentaire France 2022 1h27mn - avec la voix de Marina Foïs...

Du 08/11/22 au 11/12/22

RIPOSTE FÉMINISTEC’est déjà en soi un paradoxe du genre enthousiasmant : à l’heure où la dictature de l’algorithme – l’alpha et l’omega de la communication numérique hors de laquelle, point de salut – s’impose dans nos vies, voilà qu’un féminisme juvénile s’empare des us et coutumes de l’affichage sauvage militant et se réapproprie physiquement l’espace public de la façon la plus basique, la plus efficace – et il faut bien le dire, la plus pêchue qui soit. Depuis 2019, on voit fleurir sur les murs des villes, sur un principe simplissime, une succession de feuilles blanches, chacune porteuse d’une lettre capitale, noire, épaisse, visible, tracée à la main, de façon à former des phrases, des anathèmes ou des slogans, courts, incisifs, percutants. Leur point commun : ces message simples, concis, d’une clarté lumineuse, sont l’expression exclusivement féminine de la colère face au sexisme en propos ou en actes, aux féminicides, aux violences faites aux femme. Si la plupart des collages racontent la triste et violente banalité du sexisme de la société française, ils font aussi irruption dans l’actualité, une manière pour les « colleuses » d’affirmer, en substance, que si « le sexisme est partout, elles aussi ».

Marie Perennès et Simon Depardon, caméra au poing, sont partis à la rencontre de ces activistes féminines qui, presque sans se concerter, écument les quatre coins de la France, dont elles tapissent nuitamment les rues de leurs messages pertinents autant qu’impertinents. De Paris au Havre, d’Amiens à Compiègne en passant par Montpellier, les cinéastes s’effacent discrètement derrière les collectifs – elles sont cinq ici, parfois deux, là des dizaines… Ils filment les maraudes, plus ou moins dangereuses, mais surtout prennent le temps de les faire parler et de les écouter. À la terrasse d’un bistrot, dans l’appartement d’une activiste, dans un local où se formulent les messages à venir, où se brassent les seaux de colle et où se peignent les lettres, en confiance, elles décrivent chacune un parcours personnel qui les a conduites à un militantisme auquel aucune d’entre elles n’était vraiment préparées et qui leur a donné une confiance, un élan irrépressibles. Qu’elles soient petites bourgeoises choyées par la vie, à la rue, mères célibataires, mariées, étudiantes… la chaleur du groupe qu’elles ont trouvé leur donne une énergie que le film rend communicative. À la violence mortifère du patriarcat contre lequel elles se sont réunies, elles répondent par une lutte qui, pour être grave et infiniment sérieuse, ne se mène pas moins avec vigueur et allégresse.

Aux colleuses, ce film choral n’apprendra sans doute pas grand chose – mais il contribuera utilement à renforcer le lien invisible qui relie les militantes entre elles. Aux autres, il fournira des pistes de réflexion et donnera le cas échéant de précieuses idées pour occuper utilement, à la tombée du jour, les longues soirées d’hiver. Se parler, s’écouter, se comprendre : c’est tout l’enjeu de Riposte féministe, un film de combat pour les femmes et pour les hommes, honnête, franc, qui donne furieusement envie d’aller touiller le fond d’un seau de colle pour badigeonner les murs des villes de slogans féministes rageurs.