Loading

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 45€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SEANCES "BEBES"
Chers parents voici les séances auxquelles vous pouvez sereinement amener vos bébés, nous mettons le son moins fort ! le lundi 4 août à 17h On a failli être amies le lundi 11 août à 17h30 Playtime le vendredi 15 août à 16h45 La preuve le samedi 23 août à 15h30 Jimmy’s hall le mercredi 27 août à ...

Des cinéastes israéliens demandent un cessez-le-feu
(Merci, Anne, pour la traduction) « Nous, réalisateurs israéliens dont les films participent au Festival du film de Jérusalem, croyons que, dans ces jours de violence, il est impossible de ne parler que de cinéma, tout en ignorant les événements meurtriers et horribles qui nous entourent. Nous s...

MICHEL GONDRY EXPOSE À UTOPIA
C’est un peu Noël avant Noël, la vraie fête au cinéma avant la “Fête du cinéma”©. Un cadeau que nous font nos amis de Shellac, distributeur “héliotrope” et inspiré de cette formidable Conversation animée avec Chomsky.  À l’image du film, enthousiasmant, c’est une friandise de luxe, une douceur p...

ON A FAILLI ÊTRE AMIES

Ecrit et réalisé par Anne LE NY - France 2014 1h31mn - avec Karin Viard, Emmanuelle Devos, Roschdy Zem, Anne Le Ny, Philippe Rebbot, Annie Mercier, Marion Lecrivain...

Du 23/07/14 au 12/08/14

ON A FAILLI ÊTRE AMIESC’est fou ce qu’on rencontre de gens intéressants dans un centre de formation pour adultes… On y trouve, face à des conseillers dévoués qui ne comptent ni leur temps ni leurs efforts, des chômeurs super motivés, prêts à tout pour retrouver le goût et le chemin du travail, des jeunes déjà usés par un marché sans pitié, des destins cabossés par des plans de restructuration qui ne restructurent rien du tout, en tout cas pas les salariés licenciés… Et puis on peut aussi y trouver une Carole dont on peut se demander ce qu’elle fait là puisqu’elle n’est ni salariée, ni licenciée, ni restructurée… elle a même tellement tout pour être heureuse que sa présence en ces lieux pourrait paraître déplacée. Mais Carole, si elle a franchi le seuil du centre, avec cet air gêné de la fille qui sait qu’elle n’est pas tout à fait à sa place, c’est bien qu’elle aussi, comme ces ouvrières de l’usine du coin tout récemment mises à la porte, a besoin qu’on lui prenne la main pour la faire avancer sur un nouveau chemin. Lequel ? Elle n’en sait diable rien, mais demeure convaincue que c’est l’heure du bilan, du virage, du tournant, bref qu’un truc doit se passer dans sa vie pour qu’elle ne succombe pas d’asphyxie.

Sans le savoir, elle a frappé à la bonne porte : celle de Marithé, spécialiste en remotivation des troupes, experte en pensée positive, adepte de l’empathie souriante, généreuse et déculpabilisante. Marithé fait partie de ces chouettes filles dont la rencontre produit un effet immédiat sur les esprits chagrins, comme si soudain, s’ouvraient à nouveau tous les possibles. Et des possibles, Carole en a bien besoin. Mariée à un grand chef étoilé dont elle est à la fois l’épouse fidèle, la conseillère testeuse des nouvelles aventures culinaires en même temps que la grande administratrice du petit empire gastronomique et financier qu’il a bâti, elle vit dans l’ombre du grand homme qui lui, ne vit que pour son art. Certes, elle mentirait en affirmant que tout ça ne lui apporte pas son lot gratifiant de satisfaction matérielle et de reconnaissance sociale, mais il n’empêche que Carole sature, suffoque, voudrait prendre le large, couper le cordon, s’affranchir, entrer dans la lumière. Comment ? Pour faire quoi ? Ça reste vague… Mais une chose est claire dans son esprit : la pétillante Marithé est la bonne personne pour l’accompagner dans sa toute petite envie de révolution intérieure.
Les deux femmes, pourtant bien différentes de par leur parcours et l’univers social dans lequel chacune gravite, vont se trouver des affinités et une complicité un peu particulière va se tisser au fil de leur rencontres, ponctuées par un bilan de compétences qui n’aboutira certes pas au résultat escompté (l’une des scènes les plus drôles du film !). Et ce quelque chose qui va se créer entre l’épouse bourgeoise qui ne sait pas ce qu’elle veut et la divorcée solitaire qui se nourrit des miettes affectives et affectueuses laissées par son ex-mari et sa nouvelle femme ne rentrera dans aucune case des formulaires ultra-carrés du centre de formation. Car la nature des sentiments est complexe et se nourrit de bien des contradictions, d’autant que le dévouement cache quelquefois des arrière-pensées moins altruistes qu’il n’y paraît.





Avant d’être un film sur l’histoire d’une possible amitiés entre deux nanas (thème que le cinéma, encore macho, n’a que trop rarement abordé), c’est une comédie intelligente qui raconte aussi la difficile place que femmes mariées et séparées occupent dans ces moments charnières de leur existence, quand le grand saut devient aussi nécessaire que périlleux. Avec une belle malice, juste ce qu’il faut de moquerie affectueuse pour ses personnages et un sens aiguisé des relations humaines, Anne le Ny signe un film tendre et drôle au casting inspiré : Karin Viard et Emmanuelle Devos en « presque amies », c’est une vraie rencontre de cinéma !