Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉ TRICO'THÉ
    Prochain CINÉ TRICO’THÉ, le samedi 7 octobre pour la séance de CRASH TEST AGLAE à 14h15. Retrouvons-nous dans le hall après la projection du film, pour en discuter autour d’un thé et … tricoter ! Disons vers 15h30 !... Lire CINÉ TRICO'THÉ...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Après «120 BPM», épargnez-nous vos louanges
Tribune de Didier Lestrade, journaliste, écrivain, cofondateur d’Act Up et de Têtu, parue dans Libération le 30 mai 2017 Il y a encore deux mois, ma mère me disait à table : ­«Didier, tu as tout fait contre le sida, c’est bien, maintenant, il faut que tu tournes la page et que tu écrives sur a...

Mardi 26 septembre à 20h
avant première en présence d'Amandine GAY
réalisatrice, comédienne et afroféministe.

OUVRIR LA VOIX

"le documentaire qui donne la parole aux femmes noires en France"
Amandine GAY - documentaire France 2017 2h02mn -

Sortie le 11 octobre

Du 26/09/17 au 17/10/17

<p style=OUVRIR LA VOIX

">Amandine Gay partage son temps entre recherche et création. Comédienne, réalisatrice, universitaire, activiste, elle se définit comme auteure politique, puisque l’écriture peut être cinématographique, théâtrale, journalistique ou chorégraphique et que la réappropriation de la narration est un acte d’émancipation. Elle donne ici la parole à des femmes afro-descendantes qui racontent face caméra leur expérience de femmes noires vivant au sein d’une société blanche et patriarcale. Dans une mise en scène épurée mais très vivante, la réalisatrice laisse s’exprimer des voix aux parcours différents, aux affinités singulières mais qui ont toutes été, d’une manière ou d’une autre, renvoyées à la couleur de leur peau. C’est parfois grave, parfois comique, souvent salutaire et toujours intelligent. Et par ailleurs c'est une première, aucun film sur le sujet n'avait jusqu'ici été réalisé en France.

« Ouvrir la voix est né de mon désir d’occuper l’espace public et d’expliquer pourquoi l'effacement des discriminations subies par les femmes noires en France et en Belgique est aussi problématique que politique. Ouvrir la voix est une célébration de notre diversité en tant qu’Afro-descendantes : femmes noires nées en France et en Belgique ou ailleurs, de parents Français, Belges ou immigrés, de toutes confessions ou sans confessions, de toutes orientations sexuelles, etc.
« Ouvrir la voix est un portrait politique de femmes noires d’Europe francophone, qui révèle la complexité et la multiplicité de nos vies et de nos identités. Au-delà des anecdotes personnelles se trouvent les enjeux politiques liés à notre condition doublement minoritaire de femmes et de noires. C’est pourquoi j’ai choisi la forme de la discussion et des récits entremêlés afin que mon propre parcours soit nuancé et enrichi par celui d’autres femmes noires. Ouvrir la voix est ma façon de célébrer l’histoire de la résistance des femmes noires qui, depuis le marronnage, en passant par la créolité, le panafricanisme, la négritude et l’afro-féminisme ont toujours inventé des outils leur permettant de ne pas être réduites au silence. Ce film est pour celles qui se sont battues avant nous et un témoignage pour celles qui viendront après nous.s nous.
« Il y avait urgence… Grandir sans se voir représentées à l’écran, à travers l’art ou la littérature, ou pire, se voir représentées de manière caricaturale et stéréotypée, nous conduit à nous interroger sur la valeur de notre existence et notre place au sein d’une société. Mesurant toute l’ampleur de ce problème, des femmes noires, celles qu’on ne voit et que l’on entend jamais, ont fait le choix de s’emparer de la caméra afin de nourrir leur furieux désir de représentation. Plus question d’attendre qu’on leur donne la permission ou l’occasion de s’exprimer sur des sujets choisis pour elles. Leurs œuvres s’imposent comme des actes d’affirmation de l’existence des Noirs de France : loin d’être de simples corps mouvants, les personnages occupant l’écran sont envisagés comme de véritables vecteurs d’interrogation de la société. »

Amandine Gay