Loading

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 45€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Voici les horaires correspondant aux séances “BEBES” (nous baissons le son pour laisser dormir le nourisson)- le jeudi 29 janvier à 13h45 : Timbuktu- le mardi 3 février à 14h : Queen and country- le vendredi 6 février à 14h10 : La rançon de la gloire- le jeudi 12 février à 15h55 : Les souvenirs-...

Ciao Charlie
Voilà! On s’apprêtait à vous envoyer un éventail de jolis vœux… Mais l’actualité violente nous a dépassée, le cœur n’y est plus: douze morts à Charlie Hebdo… Charb avec son sourire discret… Mort… Ainsi que Cabu, Wolinski, Tignous… et ceux qui sont moins connus… Au delà de nos copinages (ou pas...

Charlie's country et Rolf de Heer sur Divergence FM
A l’occasion de la sortie au cinéma Utopia de Charlie’s country, Alain Vacquié consacrait le 18 décembre dernier une émission spéciale aux aborigènes d’Australie sur Divergence FM. Le podcast de l’émission est disponible ici : http://podcasts.divergence-fm.org/gulliver.xml Avec des propos de R...

Séance unique le lundi 26 janvier à 20h30, suivie d'une rencontre avec Caroline SAN-Martin, enseignante à l'Université Paul Valéry MTP 3

L'IMPASSE

(CARLITO'S WAY) Brian DE PALMA - USA 1993 2h23mn VOSTF - avec Al Pacino, Sean Penn, Penelope Ann Miller, John Leguizamo, Ingrid Rogers, Luis Guzman, Viggo Mortensen... Scénario de David Kœpp, d'après deux romans d'Edwin Torres, Carlito's way et After hours.

Interdit aux moins de 12 ans

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L'IMPASSEC'est l'un des plus beaux films – sinon LE plus beau – de Brian De Palma, c'est un des plus beaux films noirs de ces vingt dernières années (la première fois qu'on l'a vu, c'était au printemps 1994), c'est un grand moment de cinéma, une variation assez déchirante sur la solitude, le poids du passé, la trahison, l'impossibilité d'échapper à son destin… La mise en scène de De Palma, inspiré comme rarement, est d'une maîtrise impressionnante, culminant dans deux ou trois séquences d'une virtuosité exceptionnelle. Et pour finir, c'est magnifiquement interprété, Al Pacino et Sean Penn en tête de pont… Bref c'est peu dire qu'on est heureux de la réédition de L'Impasse.

Lorsque Carlo Brigante sort de prison, en 1975, au bout de cinq ans et parce que son avocat a réussi à dénicher un vice de procédure, il a tôt fait de comprendre que les choses ont changé pendant son absence. Le barrio, le quartier hispanique de New-York sur lequel il régnait, n'est plus ce qu'il était. La reine maintenant, c'est la drogue. Elle a tout chamboulé, tout pourri. Les quelques règles de bonne conduite qui mettaient de l'huile dans les rouages ont volé en éclats. Les cow-boys, les excités font la loi.
Cette nouvelle donne ne fait que conforter Carlito dans son désir de raccrocher, de se ranger des voitures : son idée, c'est d'ailleurs d'en louer des voitures, d'aller ouvrir une petite agence de location aux Bahamas. Mais avant, il faut qu'il se refasse un peu, qu'il économise trois sous. Alors il va travailler comme gérant d'une boîte de nuit qui appartient au milieu, forcément. Mais il est bien décidé à se tenir peinard, à ne pas faire de vague…
Sauf que lorsqu'on s'appelle Carlito Brigante, et qu'on a une réputation de caïd, il est bien difficile de faire un trait sur son passé. Il faut tenir son rang, il faut compter avec ses ennemis, et avec ses amis aussi…

Comme le dit bien le titre original, Carlito's way nous raconte le chemin de cet homme qui veut échapper à son destin, un chemin dont on sait d'entrée qu'il ne le mènera nulle part – De Palma a l'audace, assez folle quand on y pense, de nous livrer le dénouement dès la première séquence du film. C'est beau comme un poème funèbre, c'est fort comme une tragédie.