LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

CINÉ TRICO'THÉ
    Le prochain CINÉ TRICO’THÉ sera le samedi 7 avril pour la séance de LADY BIRD à 13h20.Retrouvons-nous dans le hall après la projection du film, pour en discuter autour d’un thé et … tricoter ! Disons vers 14h35 !https://www.facebook.com/events/219803155259351/Le projet “des petits carrés” es...

Le cinéma français pète la forme! (Paraît-il…)
Résolument positif, comme chaque année, le communiqué de la ministre de la culture vient de sortir, relayé par les médias unanimes qui se congratulent béatement : Youpie ! Tout va bien pour la France en marche ! 209 millions de tickets vendus, soit à peine 4 millions de moins que l’an dernier et...

  • CORNÉLIUS, LE MEUNIER HURLANT

    Il était une fois Cornélius. Fils de la terre et de la mer, littéralement sorti du sable, mis au monde et fait homme par le ressac, sur un littoral inconnu, Cornélius a les épaules solides d'un bûcheron, le regard clair d'un enfant, la barbe rousse en pétard et la dégaine d'un Jeremiah Johnson mal fagoté. Notre ersatz de cowboy sans monture arrive, au terme d'une longue errance à travers les forêts et les causses désertiques, dans une vallée, jusqu'à un petit hameau sans âge, comme figé quelque ... (lire la suite)

  • DANS LA LUMIÈRE DES JOURS

    La Boutique Solidarité est un accueil de jour, ouvert à toute personne majeure en situation de précarité, qui se veut propice à recréer un lien de confiance. C’est un lieu d’orientation vers les services sociaux compétents, les soins, l’hébergement, le logement, mais aussi un refuge où l’on est, pour quelques heures, à l’abri et en sécurité. Documentariste et militant associatif, Jean-Luc Prince arpente les rues toulousaines depuis plusieurs années. Il connaît nombre de sans-abris avec lesque... (lire la suite)

  • DON'T WORRY HE WON'T GET FAR ON FOOT

    On ne remerciera pas le distributeur du film d’avoir conservé l’interminable titre original du nouveau film jubilatoire de Gus Van Sant : il ne va pas faciliter la communication à la caisse ! Ce titre a néanmoins toute sa signification puisqu’il résume une caricature du dessinateur John Callahan dont la vie et l’œuvre ont inspiré le film. On y voyait un fauteuil roulant vide au milieu du désert, entouré de deux shérifs locaux, l’un disant à l’autre la phrase du titre : « Ne t’inquiète pas, il n’... (lire la suite)

  • HEDY LAMARR : FROM EXTASE TO WIFI

    « Les gens sont déraisonnables, illogiques et égocentriques, aimez les malgré tout. Si vous faites le bien, on vous prêtera des motifs égoïstes et calculateurs, faites le bien malgré tout. Ceux qui voient grand peuvent être anéantis par les esprits les plus mesquins, voyez grand malgré tout. Ce que vous mettez des années à construire peut être détruit en un instant. Construisez malgré tout. Donnez au monde le meilleur de vous-même, et vous risquez d'y laisser des plumes. Donnez au monde le meill... (lire la suite)

  • L'ÎLE AUX CHIENS

    L'Île aux chiens est une merveille qui prouve, après le déjà formidable Fantastic Mr Fox (mais L'Île aux chiens est plus adulte), que Wes Anderson est un maître du cinéma d'animation : ce moyen d'expression particulier est un terrain idéal pour son invention débordante, sa fantaisie tendre, sa poésie loufoque, sa philosophie candide. C'est évidemment l'animation qui permet à Wes Anderson de faire exister Chief, Rex, King, Boss, Duke ou Spots… ces chiens follement courageux, débrouillards, tchatc... (lire la suite)

  • LA MORT DE STALINE

    Dur de passer du Jeune Karl Marx, programmé l'année dernière à Utopia, à La Mort de Staline. De l'aimable philosophie à l'abominable barbarie. Et comment s'y prendre avec un client qui affichait au compteur, au moment de son dernier souffle, la bagatelle de 5 millions d'exécutions, plus 5 millions d'individus envoyés, avec des fortunes diverses, au goulag, sans oublier les 9 millions de petits propriétaires paysans emportés par la famine suite aux réquisitions. Comment s'y prendre si ce n'est pa... (lire la suite)

  • LA RÉVOLTE DES JOUETS

    Voici l'occasion d'une belle plongée en enfance et son imaginaire. Au plus proche de l’esprit du plus jeune âge, ces fables célèbrent l’imagination, la liberté et la poésie. Un véritable plaisir à partager, ne serait-ce que pour l’atmosphère que dégagent ces « vieux » films qui font preuve d’une éternelle jeunesse. L'Aventure de minuit (1960, 13 mn) A Noël, les jouets sous l'arbre s'amusent : le chef de gare et son ami le petit train de bois jouent joyeusement avec des cubes. Mais tout chan... (lire la suite)

  • LUNA

    Vous savez ce que c’est, d’avoir le regard perdu dans le ciel et de regarder la lune apparaître peu à peu derrière un nuage qui la cachait… C’est un peu la même chose avec Luna : elle qui semble d’abord si opaque, une simple fouteuse de zbeul qui vous rentre dedans avec son argot de cagole, se montre vite lumineuse à tel point qu’on a plus qu’une envie : la suivre tel un berger son étoile. Et c’est peu dire que Laëtitia Clément, captivante de beauté et de fougue, est une révélation. Fille de f... (lire la suite)

  • MEKTOUB MY LOVE

    C’est un incroyable torrent visuel que nous offre Abdellatif Kechiche, un film baigné de soleil et de sensualité, une ode à la vie, à l’amour sans entraves, aux corps libérés. On est au cœur de l’été 1994, dans le Sud, plus précisément à Sète, cité portuaire et populaire chère au réalisateur. En cet été caniculaire, tout le monde écoute Supertramp, et tout le monde ne pense qu’à danser ou aller à la plage. Amine, qui poursuit sans trop de conviction ses études à Paris tout en écrivant occasionn... (lire la suite)

  • MIRACLE

    Pardonnez votre serviteur de commencer par une petite anecdote personnelle. Il se trouve qu'au début des années 90, période à laquelle se situe l'action du film qui nous intéresse, je fus entraîné par un camarade d'origine lituanienne à profiter de la récente indépendance du pays pour aller rendre visite à de la famille qu'il n'avait jamais rencontrée du temps de la domination soviétique. En petits cinéphiles un peu bornés, on n'avait de ce pays méconnu qu'une image cinématographique, celle que ... (lire la suite)

  • SÉRÉNADE À TROIS

    Subversif… Le qualificatif sied parfaitement à Ernst Lubitsch (1892-1947). Le réalisateur d'origine allemande, débarqué à Hollywood en 1923, semble prendre un malin plaisir à provoquer les spectateurs en leur donnant à voir des histoires scandaleuses où les clichés volent en éclats en même temps que les convenances. Ses romances sont tout sauf des bluettes. Elles comportent, presque toujours, un sous-texte révolutionnaire pour l'époque. Se jouant des codes de la séduction, où les hommes sont cen... (lire la suite)

  • SERGE PEY et la boîte aux lettres du cimetière

    « Caminante no hay camino ! se hace camino al andar ! » Le poète Antonio Machado, lorsqu’il écrivit ce poème, pouvait-il se douter que son chemin à lui serait celui, tragique, de l’exil ? Fuyant les franquistes, il arrive à Collioure en 1939, malade, épuisé, et c’est dans cette ville catalane qu’il va mourir. Son œuvre et son message, eux, sont restés bien vivants. Et après sa mort, des centaines de lettres sont arrivées au joli cimetière de Collioure. Au point que l’on a installé, sur sa tombe,... (lire la suite)

  • SUGARLAND

    40 cuillères à café de sucre par jour pendant deux mois. Voici le régime que s'est imposé Damon Gameau, réalisateur australien et protagoniste-cobaye de Sugarland. Damon Gameau a choisi de débusquer les sucres cachés. Ceux que les professionnels de l'agroalimentaire ont très largement saupoudré sur les produits dits transformés. Pourquoi ? Pour en rehausser le goût à bas coût, le tout avec une étiquette « light », histoire de donner bonne conscience aux consommateurs. Entouré d'un nutritionni... (lire la suite)