Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

CINÉ TRICO'THÉ
Édition spéciale : journée mondiale du tricot !APPEL A CONTRIBUTIONPour cette fois-ci nous vous proposons un tru un peu spécial … tricoter une petite pièce, peu importe la taille, la forme ou la couleur, pour faire du Yarn Bombing !     Quésaco ? Le Yarn Bombing consiste à re...

Mangez-vous les uns les autres (petite histoire du cannibalisme au cinéma)
Et si le cannibalisme organisé était, face à la pénurie future des ressources alimentaires, une solution d’avenir ? C’est l’hypothèse émise dans Soleil Vert en 1973. Le cannibalisme, tabou ultime de nos sociétés occidentales, a été pratiqué partout et en tout temps, la transsubstantiation chrét...

  • 120 BATTEMENTS PAR MINUTE

    Ils étaient jeunes, fougueux, gourmands à vouloir goûter jusqu'aux fruits défendus. Certains timides, d'autres exubérants, de tous horizons et de tous styles. Tous avaient la vie devant eux et mordaient dedans à bouche que veux-tu, sans complexe, sans crainte, sans penser à s'économiser, ni à se protéger. Mai 1968 était passé par-là, puis 1982 avec des modifications de loi, un vent de liberté semblait vouloir balayer les préjugés rétrogrades. On avait le droit d'aimer qui on voulait ouvertement,... (lire la suite)

  • AVANT LA FIN DE L'ÉTÉ

    Un film comme une virée en stop sur la route des vacances, un road-movie solaire et nonchalant aux côtés d'un trio épatant de naturel et de sincérité, une épopée ordinaire et fraternelle qui distille une poésie discrète et une chaleur humaine réconfortante. Ils sont trois amis iraniens trentenaires, exilés et installés en France depuis quelques années… Le film s’ouvre sur la silhouette imposante de l’un d’eux, qui a décidé de rentrer au pays dans quelques jours après plusieurs années d’étude. Sa... (lire la suite)

  • CRASH TEST AGLAÉ

    C'est un très chouette petit film qui part d'une situation grave – et d'un titre aussi improbable que les péripéties qui attendent ses personnages – pour s'échapper dans des envolées de fantaisie douce, de poésie drolatique. Un road-movie réjouissant aux côtés de trois ouvrières délocalisées embarquées dans un périple hasardeux qui se transformera pour toutes les trois en une quête d'identité aussi impromptue que révélatrice. Il y en a qui ont besoin d'émotions fortes, d'autres qui recourent au... (lire la suite)

  • DJAM

    Tony Gatlif est un cinéaste qui, plus que tout autre probablement, a mis la musique au cœur de son cinéma. La musique et tout ce qu'elle apporte de récits, de mythes, d'élan, de liberté. Il part ici à la rencontre d'une culture qu'il n'avait pas encore explorée, à l’extrémité orientale de la Méditerranée, la « mare nostrum » de l'Antiquité, qui a vu au fil des millénaires naître et mourir les espoirs des hommes. Pas étonnant pour un homme qui, de père kabyle et de mère gitane, s'est toujours déf... (lire la suite)

  • ÉTÉ 93

    Frida, c'est une petite bouille ronde et grave sous une tignasse toute bouclée. Une de ces petites figures craquantes du grand écran dont on se souvient longtemps. Pour Frida, cet été-là va devenir un nouveau commencement, mais aussi la fin de quelque chose… Il fait beau. Elle part rejoindre son oncle Esteve et sa tante Marga dans un coin de campagne luxuriant, où le soleil planqué derrière les montagnes tarde à pointer son nez le matin et s'enfuit trop tôt le soir. La luminosité y est d'autant ... (lire la suite)

  • HANA-BI

    Hana-Bi force l’admiration : le talent à l’œuvre, la singularité à l’état brut, c’est un rare et magnifique film… Takeshi Kitano dévoile ici une facette de son art, surgissant là où on ne l’attendait pas, jonglant entre une ironie cinglante et sanglante et une mélancolie aux confins d’un romantisme tout japonais. Inclassable donc, envoûtant et étrange, brillant et virtuose comme un coup de pinceau calligraphique, Hana-Bi marie violence et poésie dans un mouvement de caméra où tout, justement, n’... (lire la suite)

  • HOSTAGES

    « Pourquoi ont-ils fait ça ? Que leur manquait-il ? » Par définition la jeunesse est fougueuse, voire révoltée. On le serait à moins dans un pays où les disques des Beatles ne peuvent s'acheter qu'au marché noir car jugés trop subversifs. Imaginez vous quelles folles idées pourraient naître dans l'esprit de ces oisillons en écoutant les paroles des Fab Four, empruntes de liberté ? Sait-on jamais, s'ils en venaient à en rêver pour eux, de cette liberté ! Celle de se baigner dans la mer à n'import... (lire la suite)

  • L’ETÉ DE KIKUJIRO

    Avec sa trogne de travers, ses tics à fleur de peau et ses airs de faux méchant à qui on ne la fait pas, Kitano balade sa silhouette de clown un peu triste dans ce si bel été. Fidèle à lui-même, il se moque des modes et jongle une fois encore avec les tons, au risque de dérouter son public… on le quitte dans le noir parmi les yakuzas, on le retrouve dans l'éclat des couleurs de l'été au bras d'un gamin… Pour les gourmands de comparaisons, disons qu'il y a un chouya de Central do Brasil et du Kid... (lire la suite)

  • LA RÉGION SAUVAGE

    Les rencontres les plus anodines peuvent s'avérer porteuses de conséquences grandioses… et terribles. Ainsi, quand Alejandra, modeste ouvrière mariée à un époux volage, fait la connaissance de la mystérieuse Veronica, elle ne se doute pas que son destin vient de basculer dans l'Etrange ; car non loin de là, hors des murs de l'antique cité de Guanajuato, dans une forêt obscure et connue des seuls initiés, gît une Chose innommable et insatiable qui attend, silencieuse, les âmes désolées pour les d... (lire la suite)

  • LE CAIRE CONFIDENTIEL

    Le titre donné par le distributeur français à cet excellent polar entièrement tourné au Caire est tout sauf anodin et particulièrement bien choisi : les amateurs du genre pensent immédiatement à L.A. Confidential de James Elroy et à son adaptation cinématographique très réussie, dont l'intrigue policière était indissociable de la radiographie sans complaisance du Los Angeles rutilant et pourri des années 50, gangréné par la violence, le racisme, l'anti-communisme et la corruption. Ici c'est Le C... (lire la suite)

  • LES FILLES D’AVRIL

    Dans la cuisine d'une maisonnette toute simple au bord de la mer, une jeune femme occupe mollement ses mains en cuisinant vaguement. L'air atone, un peu balourde dans un corps dont elle n'a pas l'air de prendre grand soin, Clara fait mine, comme blasée, de ne pas entendre les gémissements qui proviennent de la chambre d'à côté. On se doutera que c'est une scène familière, des ébats amoureux récurrents qui s'achèvent invariablement en orgasmes désinhibés. La donzelle qui la rejoint, dans son plus... (lire la suite)

  • LOLA PATER

    Parmi les petits plaisirs délectables que peuvent vous procurer les films, il y a celui de se plonger dans les secrets de famille des autres. Par exemple dans ceux de ce charmant brun trentenaire : Zino. Alors qu'il se recueille sur la tombe fraîchement creusée de sa mère dans le carré musulman d'un cimetière parisien, il est loin d'imaginer la vague déferlante qui va venir balayer le récit maternel. De son père absent elle lui disait peu. Elle en avait supprimé les traces, les photos. Il se ser... (lire la suite)

  • MIRACLE MILE

    Le film emprunte son argument à l’un des thèmes classiques de la science-fiction des années 1950-1960, à savoir la menace nucléaire – et ressemble, en ce sens, de par son concept assumé jusqu’au bout, à un épisode de La Quatrième Dimension. Tout débute pourtant sur un air de comédie romantique : Harry, musicien de jazz de passage à Los Angeles, rencontre Julie dans les couloirs du Museum d’histoire naturelle, et tombe amoureux d’elle. Victime d’une panne de réveil, il rate le rendez-vous qu’ils ... (lire la suite)

  • MY COUSIN RACHEL

    C’est à Daphné du Maurier que l’on doit bien sûr le troublant roman Rebecca, mais aussi L'Auberge de la Jamaïque et la nouvelle Les Oiseaux, tous trois adaptés et magnifiés au cinéma par Alfred Hitchcock. Du Maurier comme Hitchcock sont des maîtres de l'intrigue, de la manipulation, de la séduction dangereuse, des maîtres aussi dans l'utilisation du cadre, du décor, de la nature, influençant plus ou moins directement les passions et les comportements humains. My cousin Rachel s'inscrit tout à fa... (lire la suite)

  • ON THE MILKY ROAD

    « Ce film est basé sur trois histoires vraies et beaucoup de fantaisie »… Ainsi débute un film baroque qui tangue entre guerre, paix… et amour. Un film débordant de vie, de fantaisie, où les animaux sont intelligents et interviennent dans la vie des hommes. Kusturica, qui tient pour la première fois le rôle principal dans un de ses films, y est un laitier qui traverse chaque jour une guerre furieuse et absurde pour livrer sa production à un camp militaire, déjouant les tirs de balles et de mort... (lire la suite)

  • QUE DIOS NOS PERDONE

    Deux ans après La Isla minima de glorieuse mémoire, voici un film remarquable qui prouve que le polar espagnol sait décidément être grand. Réalisé par un nouveau venu (c'est son deuxième long métrage), Rodrigo Sorogoyen, Que Dios nos perdone respecte les règles les plus classiques du genre tout en créant le léger décalage qui fait la différence entre un produit de série et une œuvre marquante, témoin saisissant d'une époque, de ses mœurs publiques et privées, de ses dérives, de ses abandons. ... (lire la suite)

  • S’INSTALLER PAYSAN, SANS TERRE ET SANS CAPITAL

    De la difficulté de s’installer dans l'Hérault en tant que jeunes paysans sans capital de départ et sans être héritier de la terre. Portrait de Nadia, Byron, Pipenn, du collectif Champs libres, qui expérimentent sur un jardin proche de Montpellier tout en étant à la recherche d’une terre. Ils vont à la rencontre d’autres paysans (Johan, Mickael, David, Yoann, Yezid, Sébastien), déjà installés, pour échanger sur la réalité d’aujourd’hui. Hors cadre familial, ils ont généralement fait des formati... (lire la suite)

  • TRANSFIGURATION

    On est d’abord frappé par le comédien principal, Eric Ruffin, jeune et noir. Son corps râblé, ses yeux et son visage ronds, son regard désaffecté, son style économe et introverti impriment d’emblée l’écran. Il est ici Milo, un jeune vivant avec son grand frère (les parents sont décédés) dans une banlieue ghetto. À l’évidence, Milo est différent : il n’a pas de copains, se fait chahuter par la bande qui traîne en bas de chez lui, semble ne rien ressentir à un âge où, « normalement », les hormone... (lire la suite)

  • UN VENT DE LIBERTÉ

    Un voile de pollution grise envahit Téhéran, étouffant, tout particulièrement les jours où les couches d'air frais et d'air chaud s'inversent. C'était d'ailleurs le titre original du film : Inversion, un titre peu évocateur reconnaissons-le, surtout pour qui ne connaît pas le phénomène. Une brume chaude et grise vous prend alors à la gorge, vous toussez, vous avez du mal à respirer, les fragiles ont consigne de se calfeutrer chez eux, les écoles ferment… Pourtant la vie continue. Au bout de quel... (lire la suite)

  • UNE FEMME FANTASTIQUE

    Elle est d'une beauté particulière. On ne sait même pas dire si elle est vraiment belle, mais ce qui est sûr c'est qu'elle accroche le regard et le retient, probablement parce qu'émane d'elle un charme singulier, une sorte de présence intense et vaguement mélancolique qui interpelle : on sait d'emblée qu'elle n'est pas banale. Marina chante dans un bar, là encore sans qu'on sache pourquoi on est sensible à cette voix un poil imparfaite et pourtant superbe. Un homme, la cinquantaine, d'une belle ... (lire la suite)

  • UNE VIE VIOLENTE

    Passionnant, tendu, acéré, complexe, Une vie violente impressionne par son ampleur romanesque et sa justesse de ton, son absence de lyrisme complaisant et sa profonde humanité. Dans cette magnifique évocation de l'ascension fulgurante et de la chute inéluctable d'un jeune indépendantiste corse, on ne trouvera pas l'once d'une concession à l'imagerie romantique de la lutte armée – et pas davantage de trace de cette fascination hollywoodienne qui ennoblit d'une chorégraphie aussi séduisante que vé... (lire la suite)