Loading

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 45€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Voici les horaires correspondant aux séances “BEBES” (nous baissons le son pour laisser dormir le nourrisson)- mardi 28 juillet à 16h45 MUSTANG- lundi 3 août à 17h30 VALLEY OF LOVE- lundi 10 août à 17h45 MASAAN- jeudi 13 août à 18h MICROBE ET GASOIL- lundi 24 août à 18h35 LES BÊTISES- Vendredi 2...

«Bye-bye Saint-Eloi»
Observations concernant le réquisitoire définitif du procureur de la République dans l’affaire dite « de Tarnac ». «Bye-Bye Saint-Eloi» : c’est par cette blague sur le surnom donné au pôle antiterroriste de Paris, la «galerie Saint-Eloi», du lieu où il est situé au palais de justice, que les mem...

UNE HISTOIRE DE DINGUES…
On se pince pour le croire, pour se persuader qu’on est bien réveillé, qu’on n’a pas bêtement cauchemardé. Parce que, si on regarde alentour, que ce soit en couverture ou dans les pages intérieures de nos journaux préférés, au long des flashs info des radios publiques ou privées : rien, nib, nad...

  • DERRIÈRE LE MUR, LA CALIFORNIE

    Du skate à l'Est ? Absolument, et plus précisément derrière le mur de Berlin et pendant la guerre froide : voilà qui a de quoi surprendre. Pourtant, images à l'appui, Marten Persiel nous entraîne dans le sillage de quelques-unes des figures emblématiques d'une discipline élevée au rang de philosophie, reprenant les codes du « rêve californien » sur fond de dictature communiste et de murs de béton. Alexanderplatz, Berlin-Est. Dans les années 1980, une bande de copains écument le quartier avec au... (lire la suite)

  • DES APACHES

    Voilà un film brillant dont la mise en scène limpide ondule à la façon d'un impressionnant boustrophédon – type d'écriture imitant le mouvement des sillons tracés dans les champs, dans lequel les lignes se lisent alternativement de gauche à droite puis de droite à gauche. On suit avidement l'un des fils du récit et, quand on pense en atteindre le bout, on découvre qu'il fait partie d'une boucle malicieuse, délicieusement insaisissable, qui nous entraîne ailleurs. C'est malin et captivant ! Le ti... (lire la suite)

  • FEMMES AU BORD DE LA CRISE DE NERFS

    C'est LE film qui a définitivement imposé Pedro Almodovar comme un réalisateur important, celui à partir duquel on a commencé à le prendre au sérieux. Peut-être à tort d'ailleurs… parce que le bougre est quand même un sacré farceur, et c'est aussi pour ça qu'on l'aime ! Pas qu'elle soit du genre à pleurnicher facile, Pepa. Pas le genre de femme qui se laisse mener par le bout du cœur. Plutôt braise incandescente que serpillère (vous me suivez…). Aussi, quand son latin lover lui laisse pour t... (lire la suite)

  • INSOUMIS

    D'ici ou d'ailleurs, d'hier ou d'aujourd'hui, de quelque milieu que l'on sorte, on n'est jamais vraiment sérieux, quand on a dix-sept ans. Pas sérieux mais, avec une insatiable faim de vie et d'absolu, on peut être enthousiaste, radical, fougueux, assoiffé de passion et d'aventure, prêt à s'engager corps et âme si la cause est belle, si l'amour le commande – plus fort et plus vite encore si les deux s'entremêlent. Au cœur des années soixante, aux quatre coins du globe, une théorie de mouvements ... (lire la suite)

  • LA ISLA MÍNIMA

    Le générique donne d'emblée le ton : des images aériennes à couper le souffle, aussi belles qu'irréelles, des méandres du delta du fleuve Guadalquivir en Andalousie, lacis d'eau labyrinthique au cœur d'une nature moite et désolée qu'on pourrait tout à fait croire être celle du bayou en Louisiane. La comparaison n'est pas anodine, La isla mínima s'inscrit en effet comme le pendant espagnol des meilleurs polars américains – on pense aussi à des séries, True detective tout particulièrement – , de c... (lire la suite)

  • LES BÊTISES

    Ça vous dirait, au cœur de l’été, un ravissement simple et aussi frais qu’une glace à l’eau ? Un plaisir de cinéma aussi doux qu’une brise du soir, aussi agréable qu’une balade à vélo sur un chemin côtier ? Les Bêtises : un de ces films que l’on se fait une joie de saisir au vol parce que loin des comédies françaises indigestes, trop grossièrement ficelées et souvent pensées par les services marketing, celles où l’on parle toujours trop pour ne jamais dire grand chose… Place au burlesque, place... (lire la suite)

  • LES NUITS BLANCHES DU FACTEUR

    C'est le grand retour d'Andrei Konchalovski, grand cinéaste russe assez méconnu (Le Premier maître, Le Bonheur d'Assia, Riaba ma poule…), qui travailla avec Tarkovski, qui réalisa plusieurs films à Hollywood, dont le grandiose Runaway Train qu'on vous a montré il n'y a pas si longtemps… Andrei Kontchalovski est revenu au pays et c'est d'ailleurs dans la veine naturaliste de son premier chef d’œuvre, Le Bonheur d'Assia (un film que le régime soviétique rejeta en 1967 car il donnait une vision tro... (lire la suite)

  • MICROBE ET GASOIL

    Voilà un film jubilatoire qui arrive à point nommé en ce début d'été, un film à voir tout seul ou à deux ou à plusieurs, à voir en famille, composée, recomposée, décomposée. Un film qui devrait rassembler toutes les générations par sa tendresse, son intelligence, sa fantaisie, sa foldinguerie. Un film qui donnera envie aux ados débutants de profiter des vacances pour s'affranchir un peu de leurs parents et aux parents inquiets de nature de les laisser faire en toute confiance. Aux commandes de ... (lire la suite)

  • PAPA LUMIÈRE

    Ce premier film déjà très abouti traite un sujet finalement assez peu abordé au cinéma : la situation des rapatriés. Ces gens qui, par choix ou portés par les circonstances, on fait une grande partie de leur vie à l'étranger – souvent dans des pays ex-coloniaux – et qui sont contraints d'en partir d'urgence pour des raisons souvent dramatiques, obligés de rentrer dans un pays qui n'est plus le leur, et qui n'a pas forcément grand chose à leur offrir. La jeune réalisatrice Ada Louheil a passé tou... (lire la suite)

  • SUMMER

    L'été, une période souvent décisive dans la vie de chaque adolescent : le temps des rencontres qui peuvent changer un destin, le temps des premières fois qui vous précipitent dans l'âge adulte, l'occasion de surmonter ou pas ses tabous et ses craintes, de chasser ou pas ses démons… Summer, c'est l'été de Sangaïlé, une jeune fille de dix-sept ans qui a quitté la capitale lituanienne Vilnius pour un séjour dans la résidence secondaire familiale au cœur d'une belle région lacustre et forestière. S... (lire la suite)

  • UMRIKA

    On vous le signalait déjà sur la précédente la gazette : c'est l'été indien ! Après Titli et Masaan, Umrika vient joliment confirmer la tendance… Ça se passe à Jivatpur, un petit village reculé de l'Inde, dans un temps incertain mais que l'on situe, à partir de quelques indices, durant les années quatre-vingt (on assiste à la télé à l'explosion de la navette Challenger). Dans ce cadre géographique précis et dans un passé qui l'est un peu moins, Umrika raconte avec drôlerie et tendresse une his... (lire la suite)

  • WHILE WE’RE YOUNG

    Noah Baumbach, on l'avait laissé sur le petit nuage du succès aussi considérable qu'inattendu de son précédent film : Frances Ha (désormais disponible en Vidéo En Poche). Une miniature charmante et pleine d'allant, un peu anodine mais charmante. Avec ce While we're young (traduction littérale : pendant ou tant que nous sommes jeunes), celui qu'on peut considérer comme le favori au titre officiel de successeur certifié de Woody Allen place la barre nettement plus haut et nous livre un modèle de c... (lire la suite)