LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

À vos aiguilles !
L’an passé nous vous avions mis à contribution pour tricoter ou crocheter des petits carrés de 10x10cm, une fois assemblés, ils ont formé des couvertures que nous avons envoyé à l’Auberge des Migrants de Calais. p { margin-bottom: 0.21cm; } Cette année nous continuons notre partenaria...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

Nouveautés Vidéo en Poche
Il y a du nouveau sur Vidéo en Poche ! Nous sommes très heureux de vous annoncer l’entrée au catalogue du film 120 battements par minute de Robin Campillo ainsi que de Jeanette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont. Le principe est toujours le même, venez avec votre clé USB ou votre dis...

  • BLACK IS BELTZA

    Après un prologue nocturne sous tension à la frontière franco-espagnole, tout commence vraiment à New York, en 1965, dans l'Amérique encore en grande partie ségrégationniste où la lutte pour le droit des Noirs fait rage. Notre héros devrait être a priori bien loin de toute cette effervescence, puisque Manex est un jeune Basque venu pour accompagner les fameux géants qui font la beauté des célèbres festivités de Pampelune, invités à défiler dans les rues de la Grosse Pomme. Mais en cette année 19... (lire la suite)

  • BLANCHE COMME NEIGE

    Il était une fois le nouveau film d'Anne Fontaine… cinéaste prolixe et en perpétuel mouvement dont on peut ne pas apprécier toutes les tentatives mais à qui, au grand jamais, on ne pourra reprocher de « faire du Anne Fontaine » tant son cinéma se réinvente à chaque fois. Prenant souvent comme matière première la littérature (Perfect mothers s'inspirait d'un roman de Doris Lessing et son récent Marvin ou la belle éducation de celui d'Edouard Louis), ses sujets sont multiples et contrastés et bien... (lire la suite)

  • COMME SI DE RIEN N’ÉTAIT

    Les festivals de Locarno, Stockholm, Angers, Marrakech, Munich, Thessalonique, Macao… ont tous largement récompensé la jeune réalisatrice Eva Trobisch et son actrice principale Aenne Schwarz. Tant et si bien que citer tous les prix qui leur ont été attribués prendrait trop de place ! Une reconnaissance internationale amplement méritée pour un premier film – et même un film de fin d'études ! – d'une force et d'une maturité franchement impressionnantes. L’interprétation magistrale d’Aenne Schwarz... (lire la suite)

  • DEBOUT

    La quarantaine, jeune réalisateur photographe, Stéphane Haskell brûle la vie par les deux bouts. Alcool, excès en tous genre… Un soir, il se retrouve paralysé, incapable de bouger. Transporté à l'hôpital, on lui diagnostique un syndrome de la queue de cheval – une garcerie neurologique peu commune qui, malgré son nom sympathique, laisse durablement de sales séquelles et handicape parfois à vie ceux qui en sont porteurs. Après plusieurs opérations, il réussit péniblement à marcher, perclus de dou... (lire la suite)

  • HOUSE BY THE RIVER

    Un film totalement méconnu de la période américaine du grand Fritz Lang. Tellement méconnu qu'il n'était – invraisemblablement ! – jamais sorti en salle. L'arrivée sur nos écrans de House by the river est donc, en tout cas pour les amoureux du cinéma, un événement. Profitant de l'absence de son épouse, un écrivain raté veut coucher avec sa domestique ; face à son refus, il la tue accidentellement ; sollicitant l’aide de son frère, il jette le cadavre dans la rivière bordant sa maison… De cet... (lire la suite)

  • JE VOIS ROUGE

    Je vois rouge nous plonge dans une enquête familiale. C’est sur le registre du film d’espionnage que la réalisatrice nous conduit en Bulgarie pour comprendre les liens que des membres de sa famille auraient entretenus avec la police politique durant la période communiste. Mais comment mener une telle enquête sans prendre le risque de détricoter les liens familiaux et la complexité de la situation socio-politique de l’époque ?... (lire la suite)

  • LA LUTTE DES CLASSES

    Séance bébés le vendredi 10 mai à 14h15 Après l'excellent Le Nom des gens, qui voyait l'irrésistible Sara Forestier se dévouer corps et âme (au sens propre) à la rééducation des électeurs égarés à droite, Michel Leclerc et sa co-scénariste Baya Kasmi s'affirment avec ce savoureux La Lutte des classes comme les dignes héritiers de la causticité, de la lucidité politique de la grande comédie italienne, celle de Risi ou de Scola… La Lutte des classes – titre à double détente puisqu'il sera auss... (lire la suite)

  • LA PETITE FABRIQUE DES NUAGES

    Vu d’en bas ou vu d’en haut, le ciel est toujours le théâtre de spectacles extraordinaires. Que l’on soit un oiseau migrateur, un lémurien explorateur, un chasseur d’étoiles ou une petite tortue de terre, il est toujours temps de rêver et de partir à la conquête du ciel, la tête dans les nuages. Des vagues dans le ciel (Gildardo Santoyo Del Castillo, Mexique, 9 mn) Un oiseau maladroit tombe au sol, il est secouru par une petite tortue mélomane et découvre avec elle le plaisir de la danse sur... (lire la suite)

  • LE VENT DE LA LIBERTÉ

    Ici l’Histoire (avec le grand H qu’elle mérite) prend des allures de roman d’aventure ! Tout ce à quoi vous allez assister est à peu de choses près la stricte et incroyable vérité ! Nul cinéaste ayant les pieds sur terre ne se serait hasardé à imaginer un scénario aussi dingue sur fond de guerre froide. 1979. Le bloc de l’Ouest et celui de l’Est s’observent en chiens de faïence, prêts à se sauter à la gorge à la moindre incartade. L’Allemagne, coupée en deux tels les lobes d’un cerveau devenu ... (lire la suite)

  • LES OISEAUX DE PASSAGE

    De grandes étendues dignes des plus magistraux westerns, une intrigue d’un noir d’encre, les voiles rouges des femmes qui submergent l’écran par leur beauté radieuse, les chevauchées fantastiques qui rencontrent les rites venus des tréfonds des âges… Les Oiseaux de passage ignore décidément les frontières et vole brillamment d’un genre à l’autre. Peu étonnant de la part de Ciro Guerra, dont on n'a pas oublié L’Étreinte du serpent, vénéneux, hypnotique et profond. Alors que son premier film immor... (lire la suite)

  • LOS SILENCIOS

    C’est une nuit organique, peuplée de croassements, de soupirs étranges qui encerclent la fragile embarcation glissant silencieusement au milieu de la végétation luxuriante et sombre. Pourtant rien n’est complètement inquiétant. C’est juste la vie qui grouille, exigeant l’attention des humains. Il pourrait y avoir des fantômes ici qu’ils ne seraient pas malveillants. Les véritables fauves sont ailleurs, la véritable jungle impitoyable est un no man’s land bureaucratique qu’Amparo, flanquée de ses... (lire la suite)

  • SOIREE DE LANCEMENT DE LA REVUE CAMELEON

    Cendres (Paul Costes, 2008, 23min) : Par une nuit d'automne, froide et humide, Max roule sur le périphérique. Il est chauffeur de taxi. Son trajet circulaire dévie et s'achève près d'un terrain vague de banlieue. Là, il reçoit un appel : une pianiste japonaise, venue à Paris pour un concert. Et les dimanches ? (Nora Seni, 1976, 26min) : C'est dimanche, dans une ville de province en France. Ismaël, un travailleur immigré turc, marche dans les rues qui se vident peu à peu, passe devant les café... (lire la suite)