LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

"Un sale métier" à voir sur Mediapart
UN SALE METIER, c’est le titre (emprunté au Voleur de Georges Darien) d’un très chouette film réalisé par Pascal Catheland il y a quelques années, qui est visible en accès libre sur le site de Mediapart pendant une semaine à partir du 26 avril 2020 : Un sale métier / Mediapart. La présentation d...

LES GRANDS VOISINS, LA CITE REVEE
LES GRANDS VOISINS et Utopia Sainte Bernadette à MontpellierUne fois n’est pas coutume, à la suite de nos amis d’Utopia Tournefeuille, nous nous essayons à partager avec vous un film, LES GRANDS VOISINS - et de profiter autant que possible de ce moment pour discuter, ensemble, avec d’autres. San...

La Lettre de Wajdi Mouawad
“Nogent-sur-Marne, le 12 avril 2020Mon cher petit garçon, T’écrire ces quatre mots me bouleverse. Ils rendent si réel l’homme que tu es, en cet aujourd’hui qui est le tien, quand, dans celui qui est le mien, tu n’es encore qu’un enfant. Cette lettre je l’adresse donc à l’homme que tu n’es pas en...

Également au programme - TERMS AND CONDITIONS MAY APPLY

Cinéma et domaine public à l'ère d'Internet (ciné-concert, suivi d'un débat)
le mercredi 9 juillet à 20h, on fête le domaine public.
La séance sera suivie d'une rencontre avec Véronique Boukali et Alexis Kauffmann, fondateurs de "Romaine Lubrique", projet de valorisation culturelle du domaine public, et du réseau Framasoft dédié au logiciel libre.

DETOUR

de Edgar G. Ulmer (USA, 1945, 1h08, VOSTF), avec Tom Neal, Ann Savage, Claudia Drake...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)



Longtemps été considéré comme l'archétype du film de série B (sans moyens et sans ambition), Détour est un film noir d'une redoutable efficacité, qui va à l'essentiel et fait une force de son budget ridicule.
À New York, un pianiste sans le sou décide de rejoindre la femme qu’il aime à Hollywood où elle veut tenter sa chance en tant que chanteuse. Mais sa traversée de l’Amérique va vite virer à la descente aux enfers. Des cafés concerts new-yorkais aux juke-box des dîners, des motels un peu glauques aux stations essence, en passant par de sombres histoires de meurtres, d’usurpation d’identité, d’argent sale et de mystère : le film noir par excellence.
Edgar G. Ulmer fait partie des nombreux réalisateurs européens qui se sont exilés en Amérique. Assistant de Murnau sur L’Aurore, l’influence du grand maître se fait sentir dans ce film : une inventivité visuelle réjouissante, et un mélange fécond entre l’atmosphère typiquement américaine et la culture européenne de son auteur.



En première partie du film Détour :

Mini-ciné-concert de Véronique Boukali / Romaine Lubrique qui accompagne (à l'accordéon) deux merveilles de courts métrages : Max et son âne de Max Linder et Un drame chez les fantoches d'Émile Cohl.


Un drame chez les fantoches (Emile Cohl, animation, 1908, 3 mn)
Terreur sur la ville : un malfaiteur s’en prend aux bonnes gens et trouble l’ordre public. Il y a du guignol et du conte de fée dans ce petit film de quelques minutes. Des dessins très simples mais très expressifs.

Max et son âne (Max Linder, 1912, 7 mn)
On y retrouve le personnage récurrent inventé et interprété par Max Linder : un parfait séducteur, portant frac, haut de forme et fines moustaches. Sérénade au parc, course-poursuite, travestissement et coup de théâtre: un concentré de comédie.