Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

CINÉ TRICO'THÉ
Édition spéciale : journée mondiale du tricot !APPEL A CONTRIBUTIONPour cette fois-ci nous vous proposons un tru un peu spécial … tricoter une petite pièce, peu importe la taille, la forme ou la couleur, pour faire du Yarn Bombing !     Quésaco ? Le Yarn Bombing consiste à re...

Mangez-vous les uns les autres (petite histoire du cannibalisme au cinéma)
Et si le cannibalisme organisé était, face à la pénurie future des ressources alimentaires, une solution d’avenir ? C’est l’hypothèse émise dans Soleil Vert en 1973. Le cannibalisme, tabou ultime de nos sociétés occidentales, a été pratiqué partout et en tout temps, la transsubstantiation chrét...

Séance unique mardi 21 mars à 20h dans le cadre du programme Nouvelles scènes d’Amérique du Sud en partenariat avec hTh, et le Théâtre de la Vignette.
Rencontre avec Roberto Farías, comédien et (sous réserve) Pablo Larrain, réalisateur.

EL CLUB

Pablo LARRAIN - Chili 2015 1h37mn VOSTF - avec Alfredo Castro, Roberto Farias, Antonia Zegers, Jaime Vadell, Alejandro Goic, Alejandro Sieveking, Marcelo Alonso, José Soza, Francisco Reyes... Scénario de Guillermo Calderon, Daniel Villalobos et Pablo Larrain. Ours d'Argent, Grand Prix du jury, Festival de Berlin 2015.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

EL CLUBAprès sa trilogie ultra-lucide et dérangeante, tant dans le propos que dans la forme, sur les années Pinochet (Tony Manero, Santiago 73 post mortem, No), l'excellent Pablo Larrain s'attaque ici à une autre institution qui a pesé (pèse encore ?) de tout son poids sur l'histoire du Chili : l'Église. Laquelle, autant vous le dire d'emblée, en prend pour son grade car ce nouveau film est aussi captivant et décapant que les précédents.

C'est un fait divers et un petit article sur une maison appartenant au Vatican et destinée à des curés ayant maille à partir avec la justice qui ont inspiré au réalisateur cet apologue brillant, grinçant et tragicomique. Nous sommes quelque part au Sud du Chili, dans une petite station balnéaire de la Côte Pacifique. Les premières images montrent l’entraînement sur la plage d'un lévrier que son maître fait courir en cercle, obstinément, jusqu'à l'épuisement. Puis l'homme et son chien rejoignent une étrange maison où vivent trois autres hommes d'un certain âge et une femme qui semble diriger tout ce petit monde d'une main de fer. On comprend peu à peu que cette étrange communauté est en fait composée de prêtres et d'anciens prêtres, reclus là bon gré mal gré, loin de leur ancienne paroisse. Tout ce petit aréopage cohabite tant bien que mal dans un relatif relâchement. Certains ne sont pas franchement réticents à un petit verre, et tous, y compris la sœur qui les surveille, se passionnent pour les paris sur les courses de lévriers.
Jusqu'au jour où arrive un envoyé du Vatican, accompagné d'un nouveau pensionnaire qui sera malgré lui le déclencheur d'une succession d'événements qui vont faire basculer la maison et toute la petite ville dans le chaos et la psychose. C'est d'abord un étrange personnage qui vient régulièrement hurler sous les fenêtres de la communauté, évoquant de manière très crue les relations sexuelles que lui ont imposées des prêtres par le passé. Des révélations qui vont conduire l'émissaire du Vatican à enquêter et à vouloir remettre de l'ordre coûte que coûte…

Ce que montre remarquablement Pablo Larrain, qui s'est inspiré de scandales bien réels dans l’Église d'Amérique latine, c'est non seulement la manière sidérante dont celle-ci isole ses brebis galeuses (ici ce sont autant des pédophiles et des escrocs que d'anciens complices des crimes de la dictature) pour les protéger de la justice et surtout des médias, mais aussi à quel point la priorité des curés, mêmes rénovateurs et moralistes, est de protéger l'institution, même si cela doit passer par le crime.
Le virtuose Larrain installe de main de maître un univers oppressant, peuplé de personnages troubles et troublants, avec en premier lieu cette religieuse apparemment bienveillante mais qui, pour se protéger, peut se révéler glaçante de violence et de machiavélisme. La sensation de malaise est renforcée par une mise en scène étouffante, une image granuleuse et voilée : Pablo Larrain s'est efforcé de filmer à l'aube ou au crépuscule avec des lentilles des années 80 pour donner à son image une tonalité opaque unique et étonnante. Le fond et la forme s'associent formidablement ici jusqu'à un climax final inquiétant au possible, et on se dit que le bon Pape François a du pain sur la planche !

Roberto Farìas joue ACCESO, au Théâtre de la Vignette, une pièce de Pablo Larrain dans laquelle revient Sandokan, personnage du film EL CLUB.
Programme « Nouvelles scènes d’Amérique du Sud » proposé par l'Université Montpellier 3 Paul Valery, le Théâtre de la Vignette et hTh :
Les 22 et 23 mars : Yo maté a Pinochet de Cristian Florès – 19h15 Théâtre de la Vignette - Acceso de Pablo Larraín - 21h – Théâtre de la Vignette
Du 21 au 23 mars : Champ de mines mise en scène de Lola Aria – 20h – hTh CDN de Montpellier.