UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Coopérative QUI VIVRA BÉRAT habitat partagé en évolution la Ménardière
Une autre façon de vivre ? Une autre façon de vieillir ? Voilà 4 ans, qu’un groupe de retraités a investi le Domaine de la Ménardière en créant une coopérative. Objectif : Vivre et vieillir ensemble solidaires et actifs jusqu’au bout du chemin. Chambres d’hôtes, Conc...

SÉANCES BÉBÉS
  Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pou...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de la...

Soutenez Utopia Palmer

La séance du lundi 4 décembre à 20h sera suivie d’une discussion avec le réalisateur Arnaud des Pallières, animée par Jean-Philippe Trias maître de conférence en cinéma à l’université Paul Valéry.

JOURNAL D’AMÉRIQUE

Arnaud des Pallières - documentaire France / USA 2023 1h48mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

JOURNAL D’AMÉRIQUEAprès Poussières d’Amérique sorti en 2011, Arnaud des Pallières continue avec Journal d’Amérique son exploration personnelle du territoire américain tournée cette fois-ci vers l’histoire récente des États-Unis d’Amérique.. Telle une fantasmagorie, ce long travail de montage fait revenir à la vie, le temps du film, des milliers de films issus du fonds d’archives Prelinger, pour esquisser un autre portrait du vingtième siècle états-unien.
La forme du film est simple : chaque chapitre correspond à une entrée datée d’un journal intime, qui s’écrit peu à peu par le biais de cartons muets. Le texte alterne avec les images d’archives, tandis que la piste sonore, composée par Martin Wheeler avant le travail de montage et ainsi libérée du rythme des images, s’allonge à sa vitesse sur tout le chapitre.

Une immense fresque hypnotisante d’images s’enchaîne. On nous montrera des villes et des hommes, des maisons et des voitures, des blancs, des noirs, des riches et des pauvres. Des ciels et des oiseaux, des fleurs et des forêts. Des lieux emblématiques des États-Unis. Des scènes de la vie quotidienne et des moments qui marquèrent l’histoire. À la manière d’un imagier ou un herbier, le réalisateur arrange et construit, à partir de la diversité des images, des séquences thématiques.
Chaque archive apparaît cependant sans aucune identification et laisse le spectateur se confronter à l’énigme de son origine. D’où vient cette image ? Qui sont ces gens qui apparaissent à l’écran ? Où sont-ils ? Qui l’a filmée et pourquoi ? Le sens est peut-être perdu à jamais, mais le spectateur est alors libre de prendre en charge le récit : il observe, interprète les images projetées pour reconstituer son propre périple à travers le film.

Avec les images, dialogue le texte du journal, en partie constitué de citations d’auteurs, puis découpé en fragments et psalmodié. Le texte étant débarrassé de toute ponctuation écrite, ce sont les images qui jouent ce rôle, l’interrompant pour nous montrer quelque chose. Le texte tisse les liens entre ces images, étrangères les unes aux autres, tandis que les images matérialisent le texte et convoque le réel. L’un sans l’autre, le film saurait-il tenir ? (©BPI)