UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Coopérative QUI VIVRA BÉRAT habitat partagé en évolution la Ménardière
Une autre façon de vivre ? Une autre façon de vieillir ? Voilà 4 ans, qu’un groupe de retraités a investi le Domaine de la Ménardière en créant une coopérative. Objectif : Vivre et vieillir ensemble solidaires et actifs jusqu’au bout du chemin. Chambres d’hôtes, Conc...

SÉANCES BÉBÉS
  Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pou...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de la...

Soutenez Utopia Palmer

SECOND TOUR

Écrit et réalisé par Albert DUPONTEL - France 2023 1h35mn - avec Cécile de France, Albert Dupontel, Nicolas Marié, Uri Gavriel, Jackie Berroyer, Philippe Uchan...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SECOND TOUR« C’est une petite fable autour de la politique. » – Albert Dupontel

La phrase ci-dessus est évidemment un peu réductrice et vous imaginez bien, connaissant le bonhomme, que ce nouveau film, qui arrive trois ans après Adieu les cons, est un peu plus qu’une « petite fable ». Apologue politique ? Oui. Farce à trappes ? Aussi. Comédie déjantée ? Tout à fait. Satire féroce ? Absolument… Comme à son habitude, Dupontel livre à la moulinette (à moins que ce ne soit « à la bétonneuse ») de son génie créatif quelques-uns de ses sujets de prédilection : il sera question entre autres de filiation, de secrets de familles, de duos très mal assortis mais terriblement efficaces, de luttes pour et contre le pouvoir et j’en passe. Avec ce ton reconnaissable entre tous qui manie habilement une grandiloquence scénique comme dopée à l’ecstasy et une écriture poétique à la candeur tout enfantine, Dupontel dynamite les codes de la comédie dont il se fout, on l’imagine, comme de son premier sketch télé au Nouveau théâtre de Bouvard il y a plus de 35 ans.

Nouvelle venue dans l’univers Dupontel, Cécile de France est parfaite dans un personnage de journaliste tout droit sorti des pages d’une Rubrique à brac du légendaire Gotlib tant sa silhouette élancée, ses chemisiers bien proprets, sa coupe de cheveu très 70’s et son culot d’investigatrice franchement fouille-mer… semblent directement sortis d’une bande-dessinée.
Tout commence dans une grande salle de meeting survoltée. Le public est en feu, les pancartes sont fièrement dressées au dessus des têtes et on arbore sur les tee-shirts le nom de celui qui, c’est sûr, s’apprête à devenir le prochain Président de la République française. Un candidat au langage direct qui ne vient pas du sérail, un homme certes novice en politique mais qui a un grand, très grand projet pour le pays. Il est le favori, le marché l’adore comme son petit toutou et dans cet entre-deux tours de campagne qui ronronne un peu, tout le monde a son nom sur les lèvres : Pierre-Henry Mercier. Certes tout cela fleure bon les grandes demeures bourgeoises avec la bonne de Madame, feu l’ISF et compagnie… mais l’homme est sincère, enfin, il en a l’air.
C’est donc la turbulente Mlle Pove, journaliste politique injustement reléguée à la rubrique football parce qu’elle a quelque peu « déconné », qui est chargée de couvrir cette période si particulière où le suspens autant que les tensions sont à leur apogée. Et très vite, elle et convaincue que derrière le masque lisse de ce candidat se cache un autre visage, sans doute plus trouble mais plus intéressant. Intriguée et très déterminée à en savoir plus sur le véritable Pierre-Henry Mercier, elle entreprend une enquête qui promet d’être rocambolesque, d’autant que son acolyte, Gus, n’est autre que l’excellent Nicolas Marié, l’aveugle inoubliable d’Adieu les cons.

Tout ce qui précède n’est qu’un aperçu de cette « petite fable » qui révélera bien d’autres rebondissements, entre thriller politique et parenthèse bucolique (il ose tout Dupontel : même pas peur). Le réalisateur dit s’être inspiré de la vision d’un documentaire consacré à Robert Kennedy, « l’homme qui savait qu’il allait être abattu, mais qui continuait quand même ». Second tour questionne sur les enjeux des campagnes politiques, la façon qu’ont les candidats d’y faire face, leurs ambitions, leurs moyens d’action, particulièrement face aux enjeux climatiques. « J’aime que les « méchants » n’aient pas de visage, seulement un esprit, comme un système oppressant et oppressif à l’autre bout de la tentacule. » Peut-être le plus sincère et le plus engagé des films de Dupontel. Mais aussi un des plus drôles !