UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Solidarité et partage de liens !
En raison des mobilisations agricoles qui ont lieu en ce moment dans toute la France, nous mettons notre documentaire Tu nourriras le monde en ligne en accès libre sur notre site internet : https://parolesdepaysans.wixsite.com/parolesdepaysans/tu-nourriras-le-monde Et sur youtube : https://www.y...

SÉANCES BÉBÉS
  Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pou...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de la...

Soutenez Utopia Palmer

MAKING OF

Cédric KHAN - France 2023 1h54mn - avec Denis Podalydès, Jonathan Cohen, Souheila Yacoub, Emmanuelle Bercot, Stefan Crepon, Xavier Beauvois, Valérie Donzelli... Scénario de Fanny Burdino, Samuel Doux et Cédric Kahn.

Du 07/02/24 au 27/02/24

MAKING OFÀ peine sortons-nous du huis-clos oppressant et virtuose du Procès Goldman que Cédric Khan nous offre un nouveau film, totalement différent du précédent mais qui confirme ses talents de meneur de jeu. Si le principe du « film dans le film » est un grand classique, il demeure un exercice complexe, toujours sur le fil du rasoir. Comme en cuisine, tout est ici question d’équilibre, de nuances, de découpage, de dosage entre la dramaturgie de la « vraie » et de la « fausse » fiction. Dans ce numéro de passe-passe où les comédiens et leurs personnages se font écho, le vrai défi est de ne pas perdre le spectateur en même temps que le fil de la narration. Aucun risque ici : la ronde est menée tambour battant sur un tempo de franche comédie. Mais en grattant un peu le vernis ironique qui fait briller la peinture de ce petit monde merveilleux et un peu pathétique du cinéma, Making of est aussi un film grinçant et mélancolique sur la difficulté de maintenir intacte la flamme de la création, qui, au fil des années, des échecs, des succès et des compromissions, a tendance à furieusement défaillir.

Simon, réalisateur aguerri mais néanmoins toujours en stress, débute le tournage de son nouveau film. C’est un film engagé. Politique. Un film exigeant mais jamais élitiste qui sera programmé à Utopia et ne manquera pas de susciter l’adhésion d’un public curieux et connaisseur. L’histoire, « inspirée de faits réels », raconte le combat d’ouvriers pour sauver leur outil de travail, leur usine. On a mis des vrais travailleurs dans le casting, on a recueilli des témoignages, on a un scénario super documenté et le tournage se déroule sur les lieux même de la lutte. Cela promet d’être intense, ce sera un film important… Mais bien sûr… rien ne va se passer comme prévu et tout va partir en sucette.
Un producteur magouilleur, qui exerce avec talent l’art de la compromission façon arracheur de dents. Un premier rôle au cachet mirobolant, totalement égocentrique, qui n’a de cesse de ramener la caméra et les attentions autour de sa petite personne : normal puisque le film s’est monté sur son nom. Une directrice de production qui va devoir faire des coupes sévères dans le budget. Une équipe technique au bord de la crise de nerfs et un pizzaïolo du cru qui a des grands rêves de cinéma à la capitale… Tout cela va mettre sous pression notre metteur en scène qui va devoir composer avec cette schizophrénie : faire un film dénonçant la violence faite à des ouvriers tout en étant contraint de maltraiter économiquement ses techniciens en tant que patron d’un tournage. Le vertige ne va pas s’arrêter aux frontières du plateau car à Paris, c’est la cata tout pareil : outre les financiers qui se retirent, sa femme elle aussi voudrait quitter la scène de leur vie conjugale.

Cédric Khan filme cet incroyable pataquès avec l’auto-dérision du type qui se retrouve un peu dans chacun de ses personnages et qui a déjà vécu ce ballet étourdissant des contradictions, des engueulades, des concessions et des grosses déceptions humaines. Le cinéma comme une micro-société où les castes, les classe, les guerres d’ego, les luttes de pouvoir et les enjeux financiers dictent leurs règles et créent un maelstrom qui emporte tout sur son passage. Mais heureusement, il reste le making of du film qui saura peut-être capter l’âme véritable de toute cette aventure…
C’est vif, c’est drôle, c’est intelligent, jubilatoire ! Pas sûr que le petit monde du cinéma ressorte grandi à vos yeux après la vision du film mais qu’importe, the show must go on…