UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Solidarité et partage de liens !
En raison des mobilisations agricoles qui ont lieu en ce moment dans toute la France, nous mettons notre documentaire Tu nourriras le monde en ligne en accès libre sur notre site internet : https://parolesdepaysans.wixsite.com/parolesdepaysans/tu-nourriras-le-monde Et sur youtube : https://www.y...

SÉANCES BÉBÉS
  Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pou...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de la...

Soutenez Utopia Palmer

PRISCILLA

Écrit et réalisé par Sofia COPPOLA - USA 2023 1h53mn VOSTF - avec Cailee Spaeny, Jacob Elordi, Dagmara Domingzyk, Tim Post... D’après le livre Elvis et moi de Priscilla Beaulieu-Presley et Sandra Harmon. Festival de Venise 2023 : Prix d’interprétation féminine pour Cailee Spaeny.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

PRISCILLA« Si je devais rester, je te gênerais, alors je pars mais je sais que je penserai à toi à chaque pas. » (extrait traduit de I will always love you, chanson de Dolly Parton)

On pourrait se demander quelle mouche a piqué Sofia Coppola pour qu’elle s’attache à l’histoire d’amour puis au mariage qui a uni durant dix ans un Elvis Presley au faîte de sa gloire et la toute jeune Priscilla Ann Wagner, de dix ans sa cadette, jusqu’à une séparation qui devait marquer le King, lequel ne se remaria jamais. Elvis a aujourd’hui perdu beaucoup de son aura, se retrouve même, sans doute à tort, ringardisé, Priscilla n’a quasiment aucune existence en dehors de sa relation avec son rocker d’ex-époux… rien de très passionnant sur le papier. Et pourtant on aurait bien tort de passer à côté de ce Priscilla qui s’inscrit en fait parfaitement dans la filmographie de la réalisatrice : elle n’a eu de cesse dans la majorité de ses films de raconter le destin de jeunes femmes dont les espoirs – ou les illusions – se fracassent contre les tristes réalités d’un monde d’hommes. On ne citera que Virgin suicides, qui évoque le sort tragique de sœurs adolescentes dans l’Amérique conservatrice du début des années 70, et Marie-Antoinette, portrait d’une jeune femme trop libre étouffée par une Cour trop étriquée…

Dans la droite ligne de ces deux films, Priscilla est ainsi l’histoire d’une adolescente de quatorze ans subjuguée par une idole, comme des millions de jeunes américaines, à ceci près qu’elle va vraiment la rencontrer et partager sa vie pendant dix ans.
Tout commence sur une base militaire américaine en Allemagne où le père de Priscilla est affecté alors qu’Elvis doit y effectuer son service militaire. Le hasard fait que la jeune fille participe à une fête, avec l’exceptionnelle autorisation parentale, et se retrouve nez-à-nez avec la star. Le coup de foudre est immédiat, respectueux (Elvis n’est pas du genre à abuser de sa célébrité), les rendez-vous se multiplient… Les parents, d’abord réticents puis désemparés, finissent par accepter l’improbable, sinon l’impensable : à sa démobilisation, Elvis prendra en charge Priscilla encore lycéenne à Memphis, elle vivra avec lui à Graceland et il la fera admettre dans le meilleur lycée catholique de la ville…

Sofia Coppola décrit non sans humour la vie insensée de cette fille de seize ans qui vit avec le musicien le plus adulé des États-Unis et rejoint chaque jour ses camarades de classe, qui forcément la jalousent, voire la haïssent. Mais surtout elle montre à merveille le contraste effrayant entre le luxe kitsch, le confort extravagant de l’immense Graceland et le sentiment d’emprisonnement et d’abandon grandissant de la malheureuse Priscilla, qui doit accepter l’omniprésence de l’entourage familial et professionnel d’Elvis, son absence quasi-permanente pour cause de tournées ou de tournages, durant lesquels il noue des idylles largement relatées dans la presse qu’on n’appelait pas encore people. Sofia Coppola, grâce à Cailee Spaeny, incroyable actrice justement récompensée à Venise, nous fait vivre l’éveil à la liberté d’une jeune femme au destin unique, n’évacuant pas la question des relations sexuelles qui manquaient semble-t-il cruellement à Priscilla dans son mariage avec Elvis, pourtant considéré comme le mâle alpha du rock… Mais si la réalisatrice est clairement du côté de Priscilla et de ses sentiments, elle ne charge pas le personnage du King, montré comme un être somme toute sensible mais prisonnier de sa notoriété, manipulé par son entourage, dominé par les démons et les drogues qui finiront par le détruire.