UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Coopérative QUI VIVRA BÉRAT habitat partagé en évolution la Ménardière
Une autre façon de vivre ? Une autre façon de vieillir ? Voilà 4 ans, qu’un groupe de retraités a investi le Domaine de la Ménardière en créant une coopérative. Objectif : Vivre et vieillir ensemble solidaires et actifs jusqu’au bout du chemin. Chambres d’hôtes, Conc...

SÉANCES BÉBÉS
  Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pou...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de la...

Soutenez Utopia Palmer

SMOKE SAUNA SISTERHOOD

Écrit et réalisé par Anna HINTS - documentaire Estonie 2023 1h29mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SMOKE SAUNA SISTERHOOD« Mes racines sont ancrées au Sud-est de l’Estonie, dans les cultures spécifiques des régions de Võromaa et Setomaa, où les femmes accouchaient dans les saunas à fumée, elles y lavaient les morts, elles y amorçaient des guérisons. Ma grand-mère, originaire de la ville de Võru, était comme ma mère. Elle m’a transmis tout cet héritage, les chants, les savoirs, et le pouvoir du sauna à fumée. J’ai grandi en apprenant qu’il existe ici-bas un lieu où toutes nos émotions, toutes nos expériences peuvent être partagées, sans jugement ni honte. » Anna Hints, réalisatrice

Quelque part au fin fond de la forêt estonienne, près d’un lac qu’aucun humain ne semble fréquenter, se trouve une petite cabane de bois. Quels secrets de conte de fées peuvent bien renfermer ses murs exigus ? La caméra pénètre dans sa pénombre et l’on découvre qu’il s’agit en réalité d’un sauna et plus précisément d’un sauna à fumée, un lieu traditionnel propre à la communauté võro, possédant ses propres rituels, inscrit par l’Unesco au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. La réalisatrice Anna Hints (dont c’est ici le premier long métrage) suit au fil des saisons un groupe de femmes venant se retrouver dans ce lieu bien particulier…
Dans l’espace ténébreux du sauna, la lumière ne filtre qu’à travers une petite vitre ou quelques fissures entre deux planches, et les rayons de lumière viennent donner des airs magiques à ces réunions féminines secrètes comme des sabbats de sorcières. Anna Hints filme ces femmes avec un mélange étonnant de proximité et d’anonymat : comment les reconnaître ou les distinguer l’une de l’autre quand, presque comme dans un film de Pedro Costa, la lumière ne vient éclairer qu’une partie de leur anatomie, un coude, des seins, un ventre… ?
Dans cet espace qui ressemblerait presque à un confessionnal s’il n’était au contraire entièrement dédié au laisser-aller et à la détente des corps, ces femmes laissent libre cours à la parole, échangeant tantôt des anecdotes drôles, tantôt des souvenirs traumatisants. La caméra de Hints fait le choix de ne presque jamais filmer directement celle qui parle, se concentrant plutôt sur les visages ou le langage corporel de celles qui écoutent. Le tour de force de Smoke sauna sisterhood n’est pas seulement de filmer la nudité en évitant le voyeurisme, c’est aussi de nous faire partager l’intimité de ces personnes, connaître leur histoire en profondeur, sans pour autant nous inviter à les identifier clairement.
À plusieurs reprises, Anna Hints filme en effet la fumée qui circule entre ces femmes, comme si elle voulait filmer l’invisible, filmer un sentiment de sororité chaleureuse qui circule de personne à personne, de génération à génération. Parfois, comme par la magie d’effets spéciaux, le visage de l’une d’entre elles vient même se superposer à la fumée. Ce détail – associé à de mystérieux rituels chantés parfois proches d’une transe mystique – vient donner au film un aspect presque surnaturel, comme si nous étions dans un lieu sacré où tout est possible, notamment devenir plus puissante. Lauréat mérité du prix de la mise en scène dans la section documentaires internationaux du Festival de Sundance, Smoke sauna sisterhood est un film puissamment chaleureux et puissant tout court.

(Gregory Coutaut, lepolyester.com)