LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Bonne année, meilleurs vœux! Solidarité: "Emigré, émigré, reste-là t'en va pas… si on ne se mélange plus, je crois qu'on est foutus!"
Ainsi chantaient Font et Val en 1984! Vous pouvez écouter cette chouette chanson là: …Les temps ont bien changé, je vous l'accorde! Pas les problémes. "Les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus, les gens n'ont plus le temps d'espérer ni de penser" (comme le chante Che Suda...

VENDREDI 8 FÉVRIER à 19h... un petit coup à boire, une petite cérémonie de passage de relais, un film surprise... vous êtes invités !
Elle commence joyeusement, cette nouvelle année, avec la prise en main d’Utopia Tournefeuille par ses salariés à travers la SAS SCOP* UTOPIA SANTA MAGDALENA.On en rêvait, on s’y préparait, le chemin fut long (très long) et plein de péripéties, parfois douloureuses… mais on y est ! P...

ON ATTAQUE L'ÉTAT FRANÇAIS EN JUSTICE: C'EST L’AFFAIRE DU SIÈCLE!
UN PETIT CLIC POUR UNE GRANDE CLAQUE! Quatre associations, Notre Affaire à Tous, la Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France ont décidé, au nom de l’intérêt général, d’attaquer l’Etat français en justice pour qu’il respecte ses engagements climatiques et protège nos vie...

PETIT DÈJEUNER AVEC L'ASSOCIATION PARTAGE-FAOURETTE dimanche 29 avril à 10h à Tournefeuille : projection unique suivie d'une rencontre avec les protagonistes du film et l'association Partage. Apportez les victuailles, on offre le café ! (le film est disponible en HD en Video en Poche)

LES FINS DE DROITS

Philippe PICHON - documentaire France 2012 50mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES FINS DE DROITSToulouse : on passe le périphérique sans s'attarder et tout de suite, on aperçoit les petits immeubles de la Faourette. Le slameur Miloud, lumineux, bienveillant, enchaîne sur un slam. Miloud, poète et jardinier… Le ton est donné : ce film-là sera chaleureux, plein de mots magnifiques, de personnages filmés avec une tendresse curieuse, un film qui capte la vie sans chercher à caser un discours. Juste regarder, écouter respirer ce petit coin de la Faourette : dans ce climat de confiance, la parole est libre et tout ce qui est dit est passionnant.
La maison des chômeurs Partage, qui est au centre du film, est issue d'une tradition, d'un état d'esprit qui perdure et se renforce au fil du temps, a su gagner une reconnaissance qui lui vaut des soutiens. Une initiative partie de la base : des chômeurs se regroupent pour s'en sortir par l'entraide, la solidarité… Ces mouvements nés au siècle dernier se sont développés en réaction aux crises économiques.

En 1986, l'association « La maison des chômeurs Partage » voit le jour à Toulouse. En 1993, une succursale s'ouvre à la Faourette. La difficulté, quand on est dans une situation de précarité, c'est de trouver la force de continuer, de retrouver l'estime de soi qui se fait la malle quand on perd ses repères sociaux. Pouvoir parler en toute confiance, jouer aux cartes, boire un coup, demander conseil, chercher du travail, se dépatouiller dans les méandres administratifs, faire de la musique… à Partage (le joli nom) on trouve tout ça, d'où qu'on vienne, sans discrimination, sans curiosité inutile, sans faire d'embarras. Il y avait d'abord des bénévoles, puis démonstration faite de l'efficacité et de l'utilité de la chose, les moyens ont permis de dégager des salaires, de créer des jardins familiaux etc.. On voit dans le film un chômeur mettre en place une nouvelle maison des chômeurs en Ariège…

Voilà un film qu'il faudrait montrer à tous ceux qui ont une parcelle de pouvoir, ceux qui nous racontent des sottises à longueur de médias pour tenter de pêcher nos voix aux élections prochaines. Peut-être comprendraient ils enfin que leurs replâtrages hypocrites, leurs rustines sans bon sens ne sont pas les bonnes réponses à donner, et qu'il faudrait peut être prendre le temps d'écouter les citoyens de base qui y voient souvent plus clair que les technocrates si peu avisés. Qu'ils prennent donc le temps d'entendre ceux de la Faourette ! Il y a dans leurs analyses, leurs critiques, les solutions qu'ils inventent, les solidarités qu'ils nouent, les embryons de solutions pour faire en sorte qu'une autre forme de société émerge, fondée sur des valeurs dont on n'a pas trop vu la couleur dans les politiques menées ces dernières années.
« Je ne crois plus à ces gens qui sont dans nos gouvernements. Ils sont complètement décalés, dépassés par toutes les difficultés que peut avoir la société aujourd'hui… Il faut changer le système de penser, changer la manière de vivre… Il faut tout changer. »