LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...

C’était au mois de mars 2003...
C’était au mois de mars 2003… dix ans tout juste après qu’Utopia Toulouse ait ouvert ses portes. Pas moins de 1500 personnes s’étaient pressées ce jour-là pour découvrir le nouveau ciné : il y avait du beau monde, la compagnie Emmanuel Grivet nous avait régalés de quelques entrechats et pantomi...



Mardi 4 mars à 21h à Toulouse, projection unique suivie d’un débat avec Jean-Baptiste Libouban (initiateur du mouvement des faucheurs volontaires et membre des communautés de l'Arche) et des membres des collectifs anti-ogm31 et ATTAC 31 (tarif unique : 3€50 ; achetez vos places à partir du mercredi 27 février).

ARGENTINE, LE SOJA DE LA FAIM

Film documentaire de Marie-Monique ROBIN France 2005 52mn

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ARGENTINE, LE SOJA DE LA FAIMLe soja OGM en Argentine : une catastrophe sociale, économique et écologique.
Au milieu des années 90, l’interdiction des farines animales en Europe provoque une flambée des cours du soja. Le gouvernement argentin encourage la culture du soja transgénique « roundup ready » dont les semences sont fournies indirectement par Monsanto. Ces semences modifiées par manipulation génétique donnent des plantes résistantes à un herbicide total le « Roundup » produit par… Monsanto.
Dix ans plus tard, l’Argentine est le deuxième producteur mondial d’OGM et le soja couvre la moitié des terres cultivables soit 14 millions d’Ha !!!
L’Argentine qui vit déjà une très grave crise économique se retrouve avec en plus un énorme problème social et écologique dans le monde agricole :
• L’usage massif du Roundup a entraîné l’apparition de mauvaises herbes résistantes à cet herbicide d’où la nécessité d’en utiliser deux fois plus.
• Epandue par avion, jusqu’aux portes des maisons, le roundup provoque de graves problèmes de santé : fausses couches,mort fœtale précoce, problèmes respiratoires, problèmes de peau…
• Il affecte les cultures vivrières, poussant les petits paysans à quitter leur terre. En dix ans, cent mille exploitations agricoles ont disparues. Ce phénomène est bien sur amplifié par la concentration des terres agricoles entre les mains d’un petit nombre de propriétaires (argentins ou autres)…..rentabilité de cultures OGM industrielles oblige !
• Pour augmenter sans cesse les profits, les cultures de soja OGM exigent de plus en plus d’espace qui est gagnée par déforestation. Les cinq dernières années, 800 000 Ha de forêt primitive, dans le nord du pays, ont été détruits et remplacés par des cultures de soja OGM La monoculture, l’utilisation massive des herbicides, conduisent à une large réduction de la biodiversité (pour le plus grand profit de ceux qui pourtant cherchent à la breveter…)

Y a-t-il des OGM dans votre assiette ?
Vous êtes sans doute persuadé que qualité alimentaire ne rime pas avec OGM et que de tels produits sont soumis à une réglementation très stricte. Vous avez en partie raison car, depuis 2004, la réglementation européenne exige effectivement l’étiquetage de produits alimentaires contenant plus de 0,9% d’OGM Il vous suffit donc de choisir en regardant les étiquettes. Mais, en êtes vous si sûr ?
En fait, sous cet aspect rassurant, la réglementation viole le droit à l’information du consommateur puisqu’il n’y a pas obligation d’étiqueter les produits animaux ou issus d’animaux nourris aux OGM (viande, lait, œufs,…).
Pourtant, aujourd’hui 80% des OGM cultivés dans le monde finissent dans les mangeoires des animaux d’élevage…..
Et 90%de ces plantes OGM sont produites aux États-unis, au Canada et en Argentine. Nos animaux d’élevage consomment ainsi du soja OGM provenant d’Argentine : la boucle est bouclée !

Projection suivie du film :
LE MOUVEMENT DES FAUCHEURS VOLONTAIRES
Réalisé par Alternative en Midi-Pyrénées
France 2006 22mn vidéo
Entretien avec Jean-Baptiste Libouban, un des initiateurs du mouvement des Faucheurs volontaires, et quelques grands moments des mobilisations anti-OGM.

Début avril, l’assemblée nationale examinera le projet de loi sur les OGM. Ce projet revient à légaliser l’impossible coexistence entre cultures OGM et cultures non OGM. Ailleurs dans le monde, les dégâts causés par les OGM sont considérables sur les plans économique, social et environnemental. Le film présenté ce soir en est une triste et forte illustration. Diffusé sur Arte en 2005, il n’a malheureusement rien perdu de son actualité. Le bras de fer qui se joue en France actuellement est au cœur de toutes ces luttes de la société civile contre l’agrobusiness. La mobilisation des organisations et des citoyens doit se poursuive et même s’amplifier jusqu’au vote de la loi. Nous vous proposons cette soirée pour faire le point sur l’actualité, les procédures en cours, les enjeux à court et moyen terme et aussi présenter les actions de mobilisation.