Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Nuit Fantastique IX (debriefing)
Avant de célébrer dignement l’an prochain la dixième édition (n’oubliez pas de nous envoyer vos idées ou vidéos pour que l’on fasse ensemble une dixième édition immémorielle), cette neuvième Nuit Fantastique fut un festin pour les sens (ci-dessous quelques photos qui en donnent un aperçu...

Berhart, L’esthétique vulgaire Lowbrow art et pop-symbolisme
Qu’est-ce que le lowbrow art ? Le Lowbrow Art est l’expression la plus récente de la Pop Culture dans l’art, opérant une synthèse surréaliste de tous les courants et les icônes qui l’ont traversé. Né à l’initiative de Robert Williams, le Lowbrow Art, plus largement appelé Pop Surréalisme, rencon...

Dimanche 10 à 10h IRRINTZINA! Le cri de la génération climat…
Un film qui donne du courage! Des luttes non violentes, galvanisantes… ça existe! Il suffit de les rejoindre pour qu'elles soient encore plus efficaces. Alors? On vous attend? Vous amenez les croissants, on prépare le café!?    http://www.cinemas-utopia.org/toulouse/index.php?id=3410&mode=filmhtt...

Mardi 19 mars à 20h30 à Toulouse, débat en présence du réalisateur, du ministre palestinien de l'eau Shaddad Attili (sous réserve) et d'Hervé Conan, Directeur de l'Agence Française de Développement à Jérusalem (achetez vos places à partir du 13 mars).

L’EAU DE CHEZ NOUS, L’EAU DE CHEZ EUX

(La question de l’eau dans les territoires palestiniens) Frédéric VIGNÉ - documentaire France 2012 52mn VOSTF - réalisé en partenariat avec l'Agence Française de Développement.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’EAU DE CHEZ NOUS, L’EAU DE CHEZ EUXDans le fond, pas besoin de grands discours, les images se suffisent à elles-même. Elles commencent par une vue plongeante sur une piscine, puis donnent la parole à une jolie ménagère d'une colonie israélienne. On y économise l'eau cristalline qui sort du robinet à la manière des pays riches : le lave-vaisselle fait le travail pour vous, on ne la laisse pas couler de manière déraisonnable et on n'en perd pas une goutte pour remplir son bac à glaçons. En toute bonne conscience…
Territoires palestiniens… De ce côté de la barrière, économiser l'eau ne signifie plus la même chose. C'est dans la citerne de récupération d'eau de pluie qu'il faut aller puiser une eau saumâtre. Et celle assez pure pour être bue ne sort pas du robinet : il faudra l'acheter à prix d'or dans le village voisin. Constat terrible pour le commun des mortels et encore plus si ce dernier est agriculteur et que le manque d'eau est pour lui synonyme de ne pas parvenir à nourrir sa famille.

Pourquoi, comment en est-on arrivé là ? La réponse est dans les deux camps. Et c'est là tout l'intérêt de ce documentaire qui ne s'arrête pas à un seul point de vue, qui les confronte. Sans avoir l'air d'y toucher, il gratte, analyse de manière méthodique les discours, les situations, les enjeux stratégiques, politiques qui pèsent sur les épaules de tout un peuple, de tous les peuples : leur eau n'est-elle pas la nôtre ? Au-delà de ce cas précis, c'est la question du partage du bien commun, de sa préservation, de l'accès libre pour tous à l'eau dans le monde entier qu'on peut poser.