LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Le cinéma et le bistrot d'Utopia Tournefeuille sont fermés jusqu'au 12 août
Le lieu sera fermé jusqu’au 12 août pour réalisation des grosses œuvres afin de conforter le terrain qui héberge le cinéma. En effet un affaissement du terrain concernant l’annexe de la salle 1, sortie de secours côté bistrot, a mis à rude épreuve notre bâtiment, comportant de problèmes divers e...

SOS Méditerranée lance un appel aux dons
Chères citoyennes, chers citoyens,À l’heure où nous vous écrivons, l’Ocean Viking fait route vers la Méditerranée centrale pour porter secours aux personnes en détresse en mer. Durant ces dernières semaines et suite à la fin de notre partenariat médical avec Médecins Sans Frontières, nous avons dû n...

Pour un cinéma durable et des rencontres d’une nuit (par Anna Pitoun)
La chance quand on est réalisatrice de films documentaires c’est que vos travaux suscitent des débats. Alors on vous invite. Pour une soirée, une matinée. A une rencontre avec le public. C’est l’une des choses que je préfère. Ces moments d’échange, quand la lumière se rallume et que les spectateurs ...

Atelier d'écriture YAKSA 7 : Kévin
La première fois que je l’ai vu, c’était à mon anniversaire, il était sorti d’un énorme gâteau avec des oreilles de lapin et un pompon blanc coincé entre les fesses. On peut pas vraiment dire que ce soit mon genre de mec mais il s’était passé un truc, je ne sais pas quoi exac...



GAUDI, LE MYSTÈRE DE LA SAGRADA FAMILIA

Stephan HAUPT - documentaire Suisse/Espagne 2012 1h34mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

GAUDI, LE MYSTÈRE DE LA SAGRADA FAMILIAElle s'érige peu à peu au fil des ans, des décennies… Plus d'un siècle s'est écoulé depuis la pose de sa première pierre et la Sagrada Familia de Barcelone surplombe, toujours inachevée, le flot humain qui s'écoule dans son ombre. À une époque où les gratte-ciels poussent dix ou vingt fois plus vite qu'un arbre, le fait que cette construction nécessite plusieurs générations de bâtisseurs, comme dans les temps reculés où on n'avait ni béton armé ni moteurs, donne toute la démesure de l'ouvrage. Chose étonnante que cette obstination de l'homme à vouloir bâtir envers et contre tout des monuments qui le dépassent. Qu'on s'émerveille ou qu'on s'offusque de cette débauche de moyens, estimant que l'heure est à l'utilitaire et non au superflu, l'aventure reste fascinante. C'est une épopée extraordinaire dans laquelle nous entraîne le réalisateur, faite de sueur, de sang, de larmes mais aussi forgée dans la foi, dans l'espérance, dans la folie douce des hommes. Celles de Gaudi, certes, mais celles de tout un pays, d'un peuple, d'une Catalogne meurtrie par l'histoire, par le franquisme dont la cathédrale a souffert comme ses compatriotes.

La Sagrada Familia, c'est tout un symbole, celui d'une formidable aventure collective, humaine. Une sorte de tour de Babel qui rassemblerait des hommes d'horizons et de langues multiples. Ça sort des cadres de l'architecture, de l'art, de la spiritualité… C'est une quête de sens, un monument qui questionne notre monde contemporain. C'est là que réside la force de ce film : la caméra ne se contente pas de survoler l'édifice incroyablement disparate, de le valoriser par des images vertigineuses, magnifiques. Elle va puiser profondément dans ses entrailles pour y dénicher ces hommes qui œuvrent le plus souvent dans l'anonymat, fiers d'apporter leur contribution, si infime soit-elle, à ce grand œuvre dont ils ne verront pas l'achèvement. Irrémédiablement la cathédrale semble les modeler autant qu'ils la modèlent. Qu'ils soient ouvrier, artiste, chercheur, chef de chantier, architecte… l'œuvre titanesque ramène chacun à sa condition d'humble rouage, de passeur, le force à se poser des questions essentielles, existentielles. Des questions dont on ne sort pas indemne, qui bousculent et bouleversent parfois une vie. Celles de la transmission, par exemple, du respect de l'état d'esprit initial auquel chacun essaie d'apporter sa touche personnelle sans trahir ses prédécesseurs et principalement Gaudi.
Toutes ces questions, et bien d'autres encore, Etsuro Sotoo les a tournées, retournées dans sa tête. Sont art ? Dialoguer avec les pierres, être à leur écoute : c'est ainsi qu'il définit la sculpture. Arrivé-là il y a plus de trente ans, suite à son long cheminement dans l'univers de Gaudi, il a fini par se fondre dans les convictions de l'architecte visionnaire, par abandonner le bouddhisme pour le christianisme. On croise également Jordi Bonet, l'architecte en chef, qui a pris la relève des six précédents, puis le sculpteur catalan Josep Maria Subirachs, agnostique, auteur de la très controversée façade de la passion et qui passera encore quelques années à défendre sa position. Tout comme Gaudi à ses débuts, un Gaudi qui finira sa vie bien misérablement.

Bref, c'est tout simplement jubilatoire et on ne sait plus si on doit espérer que l'œuvre s'achève enfin ou qu'elle continue à s'édifier à tout jamais…