LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Le cinéma et le bistrot d'Utopia Tournefeuille sont fermés jusqu'au 12 août
Le lieu sera fermé jusqu’au 12 août pour réalisation des grosses œuvres afin de conforter le terrain qui héberge le cinéma. En effet un affaissement du terrain concernant l’annexe de la salle 1, sortie de secours côté bistrot, a mis à rude épreuve notre bâtiment, comportant de problèmes divers e...

SOS Méditerranée lance un appel aux dons
Chères citoyennes, chers citoyens,À l’heure où nous vous écrivons, l’Ocean Viking fait route vers la Méditerranée centrale pour porter secours aux personnes en détresse en mer. Durant ces dernières semaines et suite à la fin de notre partenariat médical avec Médecins Sans Frontières, nous avons dû n...

Pour un cinéma durable et des rencontres d’une nuit (par Anna Pitoun)
La chance quand on est réalisatrice de films documentaires c’est que vos travaux suscitent des débats. Alors on vous invite. Pour une soirée, une matinée. A une rencontre avec le public. C’est l’une des choses que je préfère. Ces moments d’échange, quand la lumière se rallume et que les spectateurs ...

Atelier d'écriture YAKSA 7 : Kévin
La première fois que je l’ai vu, c’était à mon anniversaire, il était sorti d’un énorme gâteau avec des oreilles de lapin et un pompon blanc coincé entre les fesses. On peut pas vraiment dire que ce soit mon genre de mec mais il s’était passé un truc, je ne sais pas quoi exac...



TLATELOLCO, 2 OCTOBRE 1968, UN MASSACRE D’ÉTAT : « Pour le Mexique, 1968 se résume à un seul nom, à une seule date : Tlatelolco, 2 octobre. » Elena Poniatowska

Mardi 30 septembre à 20h30 à Toulouse, projection unique suivie d’une rencontre avec le Collectif des métiers de l’édition (CMDE), maison d’édition collective toulousaine qui, à travers l’organisation régulière d’événements, souhaite faire rencontrer ses livres différemment (www.editionscmde.org). Quarante-six ans après, cette soirée permettra de revenir sur le mouvement étudiant de 1968 que le parti d’État mexicain, le PRI, finira par écraser dans le sang à dix jours du début des J.O. de Mexico, sous les yeux de la presse internationale. Le travail de mémoire et les revendications de justice se poursuivent depuis autour de ce crime d’État.

TLATELOLCO, LES CLEFS DU MASSACRE

Carlos Mendoza - documentaire Mexique 2007 1h54mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

TLATELOLCO, LES CLEFS DU MASSACRETlatelolco, les clefs du massacre est une référence incontournable pour comprendre les événements qui ont marqué l’histoire du Mexique en 1968.

Produit par Canal Seis de Julio et La Jornada, cette enquête la plus complète sur les mécanismes utilisés par les forces répressives contre le mouvement étudiant. Le documentaire rassemble la totalité des images tournées le 2 octobre, place des Trois Cultures. La version actualisée du film inclut des données inédites sur des hommes politiques de haut rang et des groupes paramilitaires intervenus durant les événements de 1968.

Et à 18h30 à la librairie Terra Nova, présentation du livre La Nuit de Tlatelolco. Histoires orales d’un massacre d’état d'Elena Poniatowska (éditions CMDE, collection À l’ombre du maguey, 2014, jusqu'ici inédit en langue française), en présence de Marion Gary, traductrice.

La Nuit de Tlatelolco est le livre de référence au Mexique sur le mouvement de 68. L’auteure, Elena Poniatowska, a reconstruit méticuleusement l’histoire sociale de ce mouvement populaire à travers des centaines de témoignages d’étudiants, de professeurs, de parents, d’ouvriers, mais aussi d’extraits de presse ou de paroles du pouvoir. Édité pour la première fois en 1971 au Mexique, La Nuit de Tlatelolco visait surtout à rétablir la vérité historique. Près de cinquante ans après les faits, face à l’impunité persistante des responsables au sein de l’appareil d’État, les revendications de justice et de mémoire collective continuent de résonner sous le slogan « Le 2 octobre ne s’oublie pas ».