Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Berhart, L’esthétique vulgaire Lowbrow art et pop-symbolisme
Qu’est-ce que le lowbrow art ? Le Lowbrow Art est l’expression la plus récente de la Pop Culture dans l’art, opérant une synthèse surréaliste de tous les courants et les icônes qui l’ont traversé. Né à l’initiative de Robert Williams, le Lowbrow Art, plus largement appelé Pop Surréalisme, rencon...

Dimanche 10 à 10h IRRINTZINA! Le cri de la génération climat…
Un film qui donne du courage! Des luttes non violentes, galvanisantes… ça existe! Il suffit de les rejoindre pour qu'elles soient encore plus efficaces. Alors? On vous attend? Vous amenez les croissants, on prépare le café!?    http://www.cinemas-utopia.org/toulouse/index.php?id=3410&mode=filmhtt...

Install-party à Tournefeuille samedi 17 juin
Envie de découvrir une informatique libre, éthique et accessible ? Vous vous sentez une affection naissante pour les gnous et les pinguins ? L’association Toulibre vous propose de venir découvrir les Logiciels Libres, et comme le premier pas vers la liberté est toujours délicat, de vous aider à ...

AMOUR FOU

Jessica HAUSNER - Autriche 2014 1h36mn VOSTF - avec Christian Friedel, Birte Schnœink, Stephan Grossmann, Sandra Hüller, Katharina Schüttler... Scénario de Jessica Hausner et Géraldine Bajard.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

AMOUR FOUBerlin, en l'an 1800 et des brouettes… Robes longues, chapeaux, jabots, fiacres et cochets… Les voilà donc ces grands romantico-comiques, ces jeunes aristocrates allemands. Toute une époque qui se décline, s'évente, se détaille de la tête aux pieds, s'ennuie… ça se languit, ça soupire, ça se désabuse. Et ça se lance dans de grandes discussions, avec des airs entendus, sur l'art, la politique, les affaires de leur monde… Et les certitudes des aînés ! Que de certitudes ! Que reste-t-il à la jeunesse comme perspectives, comme évasion ? Un idéal inaccessible : l'amour fou, la perfection des êtres et de leurs sentiments.
Du haut de sa trentaine, Heinrich, lui, a un temps d'avance sur son époque. Il sait que la passion ne dure qu'un instant. Chaque seconde qui s'écoule lui est fatale et elle ne peut que se diluer dans la routine quotidienne… Conduisant inéluctablement les êtres vers des lendemains peu enchantés, au gré de la déliquescence du corps, de l'esprit et des sentiments. La vieillesse : un déclin subi et non consenti… Quoi de plus sombre et de plus imparfait qu'un avenir dramatique et qu'un présent sans illusion ? « Faute de pouvoir vivre d'amour, autant mourir d'amour ! » se dit Heinrich. Mais… pas tout seul ! Le voilà donc en quête de « la femme de sa mort », la seule, l'unique. Celle qu'il abattra à la minute où ils s'aimeront pour figer à jamais la perfection de cet instant délicieux. C'est beau, c'est même sublime, non ? Alors, pourquoi sa chère cousine Marie ne bondit-elle pas de joie en apprenant qu'elle est l'heureuse élue ? Non seulement la pimbêche n'est pas flattée, mais en plus, l'incrédule pouffe de rire !

Déçu, Heinrich en déduit qu'il vient de faire une erreur de casting, mais ne renonce pas à son projet… Quelque part à Berlin, une femme l'attend qu'il pourra convaincre… Il vaque de salon en salon, proposant le rôle à des amies de plus en plus lointaines et qui semblent toutes entonner secrètement : « Mourir pour des baisers, d'accord mais de mort lente… ». Décidément, elles ne sont pas légion à postuler pour un Pacs (Pacte civil de suicide) avec lui ! Voilà Heinrich de plus en plus désabusé, inquiet sur le devenir de son beau dessein mortifère. Jusqu'à ce qu'il rencontre Henriette… Bien que réticente, la jeune femme, pourtant récemment mariée, tend une oreille compatissante et se montre encline à écouter le brillant poète…
Car, c'est le moment de vous l'apprendre, le Heinrich du film n'est pas un illustre inconnu, il est l'incarnation du célèbre écrivain Heinrich von Kleist, celui qui écrivit Le Prince de Hombourg, La Marquise d'O, ou encore Michael Kohlhaas (dont nous vous montrâmes il y a peu une très belle adaptation). Avec une élégance et une classe hors du commun, Jessica Hausner (qui, elle, a réalisé, entre autres le formidable Lourdes) n'a pas choisi de faire un biopic historique morbide qui aurait enfermé le film dans un style préétabli. La drôlesse s'est émancipée de tout cela, nous offrant une interprétation réjouissante, libre et décalée, de la vie de l'artiste, de son style. Elle joue avec les codes d'une société coincée, du ton et des attitudes raides des protagonistes et nous sert ce mélodrame burlesque dans un écrin de verdure bucolique. Fiction tirée au cordeau, tout à la fois réaliste et surréaliste, délurée et acérée, séduisante et déroutante… Comédie tragique ou tragédie farcesque ? Chaque spectateur pourra trouver son propre angle de lecture, plus encore s'il amoureux des belles lettres.

PS ou PV : le 21 Novembre 1811, près de l'auberge Stimmung au bord du petit Wannsee, lac situé dans les environs de Berlin, l'écrivain Kleist et Henriette, épouse de Louis Vogel, mettent à exécution leur pacte de suicide. Armé d'un pistolet, Kleist tue son amie avant de retourner l'arme contre lui. Henriette se savait atteinte d'un cancer incurable…