LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Bonne année, meilleurs vœux! Solidarité: "Emigré, émigré, reste-là t'en va pas… si on ne se mélange plus, je crois qu'on est foutus!"
Ainsi chantaient Font et Val en 1984! Vous pouvez écouter cette chouette chanson là: …Les temps ont bien changé, je vous l'accorde! Pas les problémes. "Les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus, les gens n'ont plus le temps d'espérer ni de penser" (comme le chante Che Suda...

VENDREDI 8 FÉVRIER à 19h... un petit coup à boire, une petite cérémonie de passage de relais, un film surprise... vous êtes invités !
Elle commence joyeusement, cette nouvelle année, avec la prise en main d’Utopia Tournefeuille par ses salariés à travers la SAS SCOP* UTOPIA SANTA MAGDALENA.On en rêvait, on s’y préparait, le chemin fut long (très long) et plein de péripéties, parfois douloureuses… mais on y est ! P...

ON ATTAQUE L'ÉTAT FRANÇAIS EN JUSTICE: C'EST L’AFFAIRE DU SIÈCLE!
UN PETIT CLIC POUR UNE GRANDE CLAQUE! Quatre associations, Notre Affaire à Tous, la Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France ont décidé, au nom de l’intérêt général, d’attaquer l’Etat français en justice pour qu’il respecte ses engagements climatiques et protège nos vie...

Jeudi 9 juin à 20h à Toulouse, projection unique suivi d'une rencontre avec Françoise Davisse, la réalisatrice, Mouss et Hakim, qui ont composé la musique du film. Soirée organisée avec l'Université Populaire de Toulouse, avec la participation des syndicats CGT, SUD et FSU (achetez vos places à partir du 28 mai).

COMME DES LIONS

Françoise DAVISSE - documentaire France/Belgique 2015 1h55mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

COMME DES LIONS« Ce film n’est pas l’histoire d’une lutte mais une façon de se plonger dans ce que l’intelligence ouvrière peut amener de plus beau. » Françoise Davisse

C’est un film qui commence par la fin. Point de surprise puisque l’usine de Peugeot Aulnay, fleuron de la marque durant des décennies a, malgré quatre mois de grève d’une partie de ses ouvriers, fermé ses portes en avril 2014, victime des stratégies financières d’un grand groupe pourtant bénéficiaire et largement aidé par l’État. Dans la séquence d’ouverture, on voit quelques ouvriers autrefois grévistes dans leur usine à l’arrêt, en passe d’être démantelée, exprimer leur sentiment. Et étrangement, au lieu d’être hébétés, résignés, écœurés, ils ne se montrent pas peu fiers d’une lutte qui non seulement leur a apporté des avancées significatives (10 millions d’euros arrachés au groupe pour ceux qui ont dû définitivement partir) mais a surtout prouvé la force de la solidarité ouvrière et sa dignité inaliénable. Car a contrario de bien des films de lutte où les ouvriers sont trop souvent vus comme de simples victimes du patronat, Comme des lions est un magnifique portrait de travailleurs que rien, pas même la perspective du chômage injuste, ne semble devoir abattre.

Mais revenons comme dans le film quelques deux ans auparavant. Les chaînes de montage tournent à plein, l’usine fabrique à un rythme effréné la célèbre C3, grand succès que l’on peut croiser à chaque coin de rue. L’usine semble une fourmilière, où les ouvriers de toutes origines (plus de quarante nationalités différentes) se côtoient, symbole d’un monde ouvrier qui transcende les différences culturelles. Et puis tombe par hasard, et sous le sceau de l’anonymat, dans la boîte aux lettres du syndicat CGT PSA, la copie d’un plan secret du groupe pour faire fermer l’usine et sceller le sort de ses 3000 ouvriers. La réalisatrice, habitante de Saint-Denis et voisine du secrétaire CGT de l’usine Philippe Julien, filme les premières réunions, les premières mobilisations, les premières entrevues avec les politiques, notamment avec François Hollande qui, en pleine campagne présidentielle et sous le regard des caméras, s’avance au devant d’un rassemblement des lions pour leur promettre de se battre pour eux. Et puis, malgré le déni initial de la direction, le couperet tombe et PSA annonce – comme par hasard au cœur de l’été 2013 – la fermeture d’Aulnay. Ce sera ensuite le Plan Social d’Entreprise en octobre et à partir de janvier 2014 le début de la grève, les promesses des ministres (le très beau parleur Montebourg), les actions coup de poing, comme l’occupation du siège du MEDEF ou de la Direction du Travail.

Comme des lions se voit comme un film d’aventure où chacun avance ses pions, et on est gagné par la jubilation de l’action, avec quelques moments de franche rigolade. Une lutte avec ses hauts, ses bas, ses rebondissements heureux ou malheureux, ses étapes inéluctables comme la trahison du syndicat maison et des politiques ou la manipulation du patronat qui accuse faussement les grévistes de violences pour mieux casser la grève, accusations évidemment reprises sans preuve par les médias dominants, et enfin les mensonges éhontés du groupe sur les reclassements (moins de la moitié par rapport aux annonces). Mais ce qu’on retient surtout de ce film réjouissant, c’est le sens admirable de l’écoute et de la démocratie dont font preuve les ouvriers, parfois en désaccord mais qui s’inclinent devant la majorité, c’est cette intelligence du collectif toujours prêt à rebondir malgré les difficultés, comme quand les grévistes organisent une opération péage gratuit à Senlis pour abonder la caisse de grève. Et puis il y a ces personnages qui émergent : Jean-Pierre Mercier bien sûr, le délégué CGT PSA le plus médiatique avec sa gouaille et son humour imparable, le toujours digne Philippe Julien, sans oublier Agathe et Ghislaine Tormos, parce que contrairement aux clichés, la grève dans l’automobile est aussi une histoire de femmes. D’autres plus anonymes et pas forcément syndiqués s’éveillent à la conscience politique et s’avèrent de redoutables combattants. Car comme le disait le regretté philosophe marxiste Daniel Bensaïd , « Les seuls combats que l’on perd sont ceux que l’on n’a jamais menés. »

Les rendez-vous de l’Université Populaire de Toulouse : 12 mai 20h30 à la Bourse du Travail, Les Etelin avocats, ne rien lacher ! avec Gilbert Laval • 18 mai 20h30 Le Bijou avec la libraire Terra Nova Justice d’exception avec Vanessa Codaccioni • 30 mai 20h30 à la Bourse du travail C’est du Propre ! avec Cristina Nizzoli • 31 mai 20h30 à la Bourse du travail Aube dorée une affaire personnelle avec Angélique Kourounis. Plus d’informations sur www.universitepopulairetoulouse.fr