LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

(Ex-Utopia Toulouse)


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

C’était au mois de mars 2003...
C’était au mois de mars 2003… dix ans tout juste après qu’Utopia Toulouse ait ouvert ses portes. Pas moins de 1500 personnes s’étaient pressées ce jour-là pour découvrir le nouveau ciné : il y avait du beau monde, la compagnie Emmanuel Grivet nous avait régalés de quelques entrechats et pantomi...

Bonne année, meilleurs vœux! Solidarité: "Emigré, émigré, reste-là t'en va pas… si on ne se mélange plus, je crois qu'on est foutus!"
Ainsi chantaient Font et Val en 1984! Vous pouvez écouter cette chouette chanson là: …Les temps ont bien changé, je vous l'accorde! Pas les problémes. "Les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus, les gens n'ont plus le temps d'espérer ni de penser" (comme le chante Che Suda...

VENDREDI 8 FÉVRIER à 19h... un petit coup à boire, une petite cérémonie de passage de relais, un film surprise... vous êtes invités !
Elle commence joyeusement, cette nouvelle année, avec la prise en main d’Utopia Tournefeuille par ses salariés à travers la SAS SCOP* UTOPIA SANTA MAGDALENA.On en rêvait, on s’y préparait, le chemin fut long (très long) et plein de péripéties, parfois douloureuses… mais on y est ! P...

TOUT LE MONDE DEBOUT

Écrit et réalisé par Franck DUBOSC - France 2018 1h47mn - avec Alexandra Lamy, Elsa Zylberstein, Franck Dubosc, Gérard Darmon...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

TOUT LE MONDE DEBOUTOn part de loin. Hâbleur, menteur, hautain, égoïste, hypocrite, vaniteux, dragueur, misogyne, imbu de sa réussite sociale : Jocelyn est l'archétype du gugusse qu'on va instantanément détester – dont on pourrait même rêver d'effacer à coups de batte de base-ball l'inamovible sourire Colgate® et le bronzage toutes saisons. Jocelyn, c'est grosso-modo une compilation des rôles d'andouille monovalente qui ont fait le succès de Franck Dubosc acteur, assortie pour l'occasion d'une note bling-bling d'un parfait mauvais goût. On part de très loin. Tout l'enjeu étant de savoir comment, étouffée dans les tréfonds de ce repoussoir absolu, la petite étincelle d'humanité qui persiste à luire au cœur du plus abruti des abrutis va prendre de la vigueur et y allumer la flamme d'un improbable amour rédempteur. Autant dire qu'écrit, réalisé et interprété par le même Franck Dubosc, moins habitué des jolies comédies romantiques que des farces graveleuses, le projet a tout pour inquiéter. Et pourtant, contre toute attente, ça marche.

Parce que, s'il reprend scrupuleusement tous les codes, tous les attendus de la comédie romantique farfelue (on pense souvent aux réalisations de Pierre Richard), il le fait au premier degré, sans aucune espèce d'arrière-pensée rigolarde dont le cinéma français s'est fait la spécialité. Parce qu'il est réellement attaché à rendre justice à ses personnages, il parvient à les rendre attachants. Parce que la sincérité de son projet est indéniable : de vrais moments de malaise, des silences et des hésitations impromptues viennent régulièrement gripper les rouages d'une histoire à la mécanique trop bien huilée. Et surtout parce qu'il n'utilise le handicap ni comme une vignette ni comme un argument tire-larme : il parvient à tenir jusqu'au bout le bon regard, la bonne distance, déjouant, retournant les invraisemblances du scénario. Et de fait, alors que la comédie et Franck Dubosc lui-même ne dédaignent pas systématiquement les facilités grasseyantes, c'est sous l'impulsion d'Alexandra Lamy, lumineuse, qui porte toute la gravité du film, que la farce mute de façon inattendue.

Jocelyn, donc, fait du marketing, vend des chaussures de sport, collectionne les femmes et les voitures rouges, se prépare au marathon autant pour le plaisir que pour conjurer l'inexorable vieillissement de ses cellules de pétulant quinqua. Jocelyn n'a pas le temps d'avoir de cœur. Et par un improbable concours de circonstances comme seul ce dragueur impénitent peut les faire naître, pour s'attirer la compassion d'une plantureuse voisine, Jocelyn se retrouve à faire croire qu'il est cloué sur un fauteuil roulant. Et de fil en aiguille, une rencontre en entraînant une autre, notre Jocelyn tombant sous le charme d'une chouette fille – réellement paraplégique, elle – va s'enfermer dans un indémêlable mensonge…