LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...

C’était au mois de mars 2003...
C’était au mois de mars 2003… dix ans tout juste après qu’Utopia Toulouse ait ouvert ses portes. Pas moins de 1500 personnes s’étaient pressées ce jour-là pour découvrir le nouveau ciné : il y avait du beau monde, la compagnie Emmanuel Grivet nous avait régalés de quelques entrechats et pantomi...

Bonne année, meilleurs vœux! Solidarité: "Emigré, émigré, reste-là t'en va pas… si on ne se mélange plus, je crois qu'on est foutus!"
Ainsi chantaient Font et Val en 1984! Vous pouvez écouter cette chouette chanson là: …Les temps ont bien changé, je vous l'accorde! Pas les problémes. "Les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus, les gens n'ont plus le temps d'espérer ni de penser" (comme le chante Che Suda...



LA TENDRE INDIFFÉRENCE DU MONDE

Adilkhan YERZHANOV - Kazakhstan 2018 1h39mn VOSTF - avec Dinara Baktybayeva, Kuandyk Dussenbaev, Teoman Khos... Scénario d'Adilkhan Yerzhanov et Roelof-Jan Minneboo.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA TENDRE INDIFFÉRENCE DU MONDEQuelques gouttes de sang qui tombent sur une fleur des champs. Ce sont deux types qui se battent à côté de balles de paille, mais leur combat – exempt de violence – est réglé comme un ballet dans la lumière d'été qui baigne la scène. Jusqu'à ce que l'un d'eux, le doux Kuandyk, se relève, tapote gentiment la joue de son adversaire défait, et s'éloigne en souriant, empochant le gain de sa victoire.
Kuandyk est un gaillard costaud, certes, qui veille avec tendresse – et sans doute un peu plus – sur son amie, la belle et douce Saltanat, que l'on voit par une fenêtre entrouverte traverser, drapée d'une robe rouge, le chemin qui mène à la ferme de son père. Dès les premières images, on est saisi, soufflé par la beauté simple et imparable des images, des plans larges, colorés et lumineux, composés comme autant de tableaux méticuleux, naïfs et pleins de grâce. Instantanément, on sait qu'on va se laisser porter par le rythme aérien, la poésie délicate et la joliesse de ce film peu commun. Au petit jeu des parentèles, le kazakh Adilkhan Yerzhanov est un proche cousin de Kaurismaki, avec qui il partage à la fois un univers intemporel, une poésie lunaire et le souci d'offrir de la beauté, un cadre, une image qui les magnifient aux laissés pour compte dont ils narre les efforts désespérés pour résister à la société qui entend les broyer. On pourrait également citer Michel Gondry (la capacité de créer un imaginaire immédiatement perceptible avec trois bouts de ficelle, un empilement de containers ou un morceau de craie) et Takeshi Kitano (l'amour de la peinture et le talent de l'épure). Mais ses références avouées sont Albert Camus (à qui il emprunte, tiré des dernières lignes de L'Étranger, son titre magnifique), Stendhal, Jean-Paul Belmondo et le Douanier Rousseau !

On vide la ferme de Saltanat. Son père, lourdement endetté, n'y survit pas. Sa mère la supplie de les sauver, elle et ses jeunes frères, en allant à la ville quémander l'aide de Bayandyk, un oncle qu'on suppose suffisamment riche et puissant pour les sortir d'affaire. Parfaitement consciente de ce qu'on lui demande, après une hésitation, Saltanat part donc rencontrer cet oncle – accompagnée de l'ami fidèle Kuandyk qui a justement, dit-il, toujours rêvé de créer une affaire en ville. Il apparaît rapidement que l'oncle n'est qu'un entremetteur auprès de son associé, affairiste adipeux, qui monnaierait volontiers son aide en échange de la main de la belle jeune fille. De son côté, Kuandyk, qui vend avec un certain panache sa force de travail dans des entrepôts de fruits et légumes, s'efforce de vivre en harmonie avec les autres manœuvres. Mais il se voit bientôt contraint de rentrer dans le rang et d'abandonner son intégrité et son honneur aux intérêts de son patron, en devenant pour lui exécuteur de basses-œuvres.

Elle vêtue de rouge et lui de noir, La Tendre indifférence du monde raconte comment Saltanat et son ange gardien, portés par une foi sans doute naïve et leur amour inavoué, tentent tant bien que mal d'échapper au destin qui les menace, de se construire une place à part de la société violente et corrompue qui les enserre. D'une grande douceur contemplative, naviguant pourtant entre sourire et larme, mélodrame et comédie, le film déroule le fil d'une histoire déjà écrite où tout se joue dans les marges, les silences et les regards d'une exceptionnelle pureté. Une histoire éternelle, magnifiée par la grâce de ses héros, Juliette et Roméo modernes, perdus dans un Kazakhstan tantôt sombre et cruel, tantôt magnifié par la lumière. Une merveille.