LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...

C’était au mois de mars 2003...
C’était au mois de mars 2003… dix ans tout juste après qu’Utopia Toulouse ait ouvert ses portes. Pas moins de 1500 personnes s’étaient pressées ce jour-là pour découvrir le nouveau ciné : il y avait du beau monde, la compagnie Emmanuel Grivet nous avait régalés de quelques entrechats et pantomi...

Bonne année, meilleurs vœux! Solidarité: "Emigré, émigré, reste-là t'en va pas… si on ne se mélange plus, je crois qu'on est foutus!"
Ainsi chantaient Font et Val en 1984! Vous pouvez écouter cette chouette chanson là: …Les temps ont bien changé, je vous l'accorde! Pas les problémes. "Les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus, les gens n'ont plus le temps d'espérer ni de penser" (comme le chante Che Suda...



CARMEN ET LOLA

Ecrit et réalisé par Arantxa ECHEVARRIA - Espagne 2018 1h48mn VOSTF - avec Rosy Rodriguez, Zaira Romero, Moreno Borja, Caroline Yuste...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CARMEN ET LOLAC’est un grand classique du cinéma, de la littérature et de la vie tout simplement : les histoires d’amour contrariées par les soi disant bonnes mœurs, montrées du doigts par l’ordre établi, vilipendées par la majorité dominante. Qu’ils soient issus de communautés différentes qui ne se mélangent pas, qu’ils soient du même sexe ou que la différence d’âge qui les séparent soit abyssale au yeux des autres, les amoureux, pourtant, n’auront de cesse d’écouter les élans de leurs cœurs parce que renoncer à l’amour vrai est bien pire que toutes les punitions, bien plus douloureux que tous les bannissements.
C’est donc l’une de ces histoires qui nous est ici racontée mais si l’intrigue peut sembler familière, l’univers dans lequel elle se déroule lui donne une dimension extraordinaire.

Carmen et Lola sont toutes deux issues de la communauté gitane madrilène, un microcosme portant ses règles, ses codes et ses traditions comme un étendard, sans qu’aucune remise en question ne puisse être imaginable. Ici, chez les gitans, les femmes sont faites pour servir, pour enfanter et pour aimer leur homme et leur famille. Dès leur plus jeune âge, elles sont dressées pour cela : être belles, être mères, la casserole dans une main, les robes à paillettes dans l’autre. On prépare les filles, à grand renfort de diadèmes et de talons aiguilles, à se marier à 16, 17 ans avec un lointain cousin.
Carmen est destinée à reproduire ce schéma qui se répète depuis des générations et elle a déjà son fiancé, à peine plus âgé qu’elle. Carmen travaille sur les marchés avec son père et n’a rien à redire à cette vie toute tracée que les hommes, avec la complicité silencieuse des femmes, ont choisi pour elle.
Mais pour Lola qui vit à quelques rues de là, c’est une tout autre histoire. Si elle se plie docilement aux règles de la communauté – les réunions à l’église, les préparations festives, le marché avec son père, la vaisselle –, elle cultive secrètement son jardin intime, peuplé de tout un tas de choses inavouables. Il y a des oiseaux par milliers, ceux qu’elle dessine sur ses cahiers d’écolière, ceux multicolores qu’elle graffe à la bombe sur les murs de son quartier, il y aussi l'envie d’étudier, de devenir enseignante, il y a enfin cette attirance pour les filles qu’elle a depuis longtemps acceptée mais qu’elle ne peut avouer à personne.
Quand les deux filles se croisent, c’est un lien doux et complice qui se crée. Elles se retrouvent au marché pour aller fumer loin des parents, elles rient, elles parlent et se racontent. Mais Lola déjà a le cœur en flammes et ne rêve que d’une chose : déployer ses ailes et entraîner Carmen dans son envolée.

Le premier mariage lesbien a été célébré en Espagne, à Grenade, en 2009. Les épouses, gitanes, avaient raconté dans la presse le rejet dont elles ont fait l'objet dans leur communauté dès leur liaison connue. Ce film est un hymne à l’amour autant qu’une critique sans concession de l’intolérance des esprits qui sévit encore, malgré toutes les avancées juridiques. Si le récit est parfois cruel, ne taisant rien de la violence de cette société patriarcale, il sait aussi dire la beauté charnelle, la joie vive, les chants, les danses et la fraternité qui rythme la vie de cette communauté.
Les deux comédiennes, toutes deux gitanes et non professionnelles, impressionnent par la justesse de leur interprétation et irradient le film de leur beauté, leur naturel et la grâce qu’elles parviennent à distiller dans chacun de leurs gestes. Leur histoire d’amour est belle et universelle et touche au cœur…