LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



MIRAÏ ma petite sœur

Mamoru HOSODA - film d'animation Japon 2018 1h40mn VF - Pour les enfants à partir de 8 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MIRAÏ ma petite sœurMamoru Hosoda est sans doute, n’ayons pas peur des lauriers, l’un des plus grands réalisateurs d’animation, talonnant les maîtres Miyazaki et le regretté Takahata. Grâce à son éclectisme, à sa manière moderne, tendre et drôle, d’aborder des thèmes traditionnels comme la filiation, le temps, les rapports entre parents et enfants, Mamoru Hosoda parvient à nous embarquer dans un univers ultra codé tout en sachant créer des images d’une fraîcheur et d’une vivacité incroyables qui séduisent dès les premiers instants. Après le splendide Ame et Yuki, les enfants loups, Miraï, ma petite sœur raconte en toute simplicité mais avec quelle tendresse les bouleversements de l’arrivée d’un bébé dans la vie d’un petit garçon de 4 ans, Kun, que rien ni personne n’avait préparé à ce cataclysme.
Ce héros haut comme trois pommes vivait paisiblement sa vie d’enfant unique (tous les jouets, tout l’espace, toutes les attentions rien que pour lui) quand sa mère débarque un jour avec un petit animal tout rose, braillant, ne sachant rien faire tout seul et qui s’avère être sa sœur prénommée Miraï (avenir en japonais). Comment accepter cette invitée surprise ? Comment survivre à ce soudain déplacement du centre de gravité familial ? Comment communiquer avec ce machin de chair et de larmes qui ne sait même pas jouer avec un train électrique ?

C’est toute l’épopée du film qui va suivre, au cœur de cette maisonnée, comme s’il s’agissait d’une Odyssée grandiose, l’apprivoisement mutuel du grand frère et de la petite sœur. Sans cesse tiraillé entre l’envie de se débarrasser de Miraï en douce et celle de la serrer dans ses petits bras maladroits, Kun balance constamment entre la réalité et la fantasmagorie, entre ce qu’il vit et ce qu’il ressent. Et pour lui ces deux niveaux sont aussi « vrais » l’un que l’autre, comme sont « vrais » ses voyages dans l’espace et dans le temps. Parce que Kun voyage : il rencontre son grand-père disparu qui lui enseigne à dompter sa peur, un grand-père en pleine jeunesse qu’il reconnaîtra ensuite dans l’album de photos de famille. Mais il discute aussi avec sa petite sœur devenue grande, sa propre mère encore enfant, puis il emprunte un de ces trains dont il est passionné pour un voyage initiatique jusque dans une gare de Tokyo, entre rêve et cauchemar.
Il y a là toute la poésie d’un Totoro, la douceur espiègle d’une Princesse Kaguya et la loufoquerie tendre de la Palme d’Or que vous découvrirez à partir du 12 décembre, Une affaire de famille, d’un autre maître japonais, Hirokazu Kore-eda.

Vous l’aurez compris, voilà un bijou qu’il ne faut pas laisser aux yeux des seuls jeunes spectateurs… et si vous n’y retrouvez pas toutes les émotions belles, colorées et simples de votre enfance, je vous offre illico un aller simple pour Tokyo.