LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...

C’était au mois de mars 2003...
C’était au mois de mars 2003… dix ans tout juste après qu’Utopia Toulouse ait ouvert ses portes. Pas moins de 1500 personnes s’étaient pressées ce jour-là pour découvrir le nouveau ciné : il y avait du beau monde, la compagnie Emmanuel Grivet nous avait régalés de quelques entrechats et pantomi...

Bonne année, meilleurs vœux! Solidarité: "Emigré, émigré, reste-là t'en va pas… si on ne se mélange plus, je crois qu'on est foutus!"
Ainsi chantaient Font et Val en 1984! Vous pouvez écouter cette chouette chanson là: …Les temps ont bien changé, je vous l'accorde! Pas les problémes. "Les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus, les gens n'ont plus le temps d'espérer ni de penser" (comme le chante Che Suda...



L’ORDRE DES MÉDECINS

David ROUX - France 2018 1h33mn - avec Jérémie Renier, Marthe Keller, Zita Hanrot, Maud Wyler, Alain Libolt, Frédéric Épaud,Jisca Kalvanda... Scénario de David Roux et Julie Peyr.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’ORDRE DES MÉDECINSC’est à se demander pourquoi il a fallu attendre autant pour qu’enfin une nouvelle vague de cinéastes s’empare avec bonheur de ce magnifique théâtre des opérations qu’est l’hôpital, avec ses joies et ses souffrances, ses tragédies et ses miracles. Comme Hippocrate, comme Réparer les vivants, L'Ordre des médecins nous plonge ainsi dans ce qui fait la substantifique moelle de notre humanité. Dans chacun de ces films, c’est plus qu’une histoire de médecine dont il s’agit, c’est celle des fondements vibrants et mystérieux de la vie, ce fil ténu qui raccroche notre premier à notre dernier souffle.
On peine à croire que L'Ordre des médecins est le premier long métrage de David Roux tant il embrasse largement son sujet, avec pertinence, une maîtrise et une efficacité redoutables, jamais démonstratives. S’il vise d’emblée juste, c’est sans doute qu’en tant que fils de médecins, tout bambin, il arpentait déjà les secrets dessous d’un monde hospitalier en définitive plus organique que clinique, chaleureux. Ces gens qui calfeutrent leurs sentiments derrière leurs blouses blanches, leur ton arrêté, illusoires cuirasses, semblent soudain bien fragiles, criblés de doutes, fuyant leurs propres démons, leurs peurs. Un univers charnel, tendu, viscéral qui tente parfois de noyer ses angoisses dans le vide de blagues potaches ou quelques volutes de fumée illicite.

Simon (Jeremy Renier, remarquable, mais c’est presque un pléonasme), en tant que pneumologue, fait partie intégrante de cet univers. Il en est même un des piliers, sur lequel beaucoup se reposent. Toujours à la bonne distance, empathique mais jamais dans le pathos, écoutant les plaintes, les distanciant. Sachant se protéger, protégeant ses collègues, abordant ses patients avec douceur mais sans mensonge… Les empêchant de sombrer grâce à l’écoute, les sourires, les rires. On ne tient pas une journée dans à côtoyer la maladie, parfois à la lisière de la mort, sans cela. On suit Simon dans les recoins du labyrinthe, même les plus cachés, presque interlopes. On le suit jusque dans son antre solitaire, où il prend à peine le temps de se régénérer, de se ressourcer… Les nuits sont brèves, courtes respirations entre deux jours, mais qu’importe, Simon aime ça ou plutôt croit en ça, même si ça laisse peu de temps pour aller voir la famille, en construire une… Il y a bien Agathe, interne compétente au caractère tendre mais bien trempé. Elle le dévore des yeux, alors qu’il ne semble voir que les dossiers qu’elle lui tend, concentré sur sa tâche comme toujours, même dans la jovialité.
Puis quelque chose va venir bouleverser cet « ordre » établi. L’inattendu, la maladie qui frappe là où elle n’aurait pas dû, comme toujours ! Cette nouvelle patiente qui pénètre dans l’hôpital, souriante, toujours heureuse en véritable philosophe de la vie, c’est la propre mère de Simon : Mathilde (lumineuse Marthe Keller). Soudain quelque chose bascule. Le médecin est propulsé de l’autre côté de cette barrière invisible qui sépare patients, accompagnants et soignants. Le beau recul habituel de Simon, son professionnalisme, son humour même, battent de l’aile. Il n’est plus qu’un funambule ayant perdu son fil, confronté à quelque chose de plus grand que lui et à ses constats d’impuissance, alors que Mathilde surnage, lucide et pétillante, savourant chaque instant. Là où les cliniciens réclament silence et univers stérile, elle entraîne la vie, les chants et vaillamment tout son entourage dans son sillage, refusant de laisser l’espoir à la porte de l’hôpital. C’est d’une grâce et d’une justesse absolues !

L’Ordre des médecins est un film plein de pudeur, tout aussi subtil que son titre dont on peut décliner de bien des façons le mot « ordre ». Il y a celui qu’on donne, celui qui agence les choses, celui que l’on intègre comme un sacerdoce…