LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



TITO ET LES OISEAUX

Gustavo STEINBERG, Gabriel BITAR et André CATOTO - film d'animation Brésil 2018 1h13mn - Pour les enfants à partir de 8 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

TITO ET LES OISEAUXRien n’est laissé au hasard dans ce film inventif, drôle, terrible et somptueux. C’est une fable politique, salvatrice aussi bien pour les adultes que pour les plus jeunes. Les réalisateurs, pour nous parler de notre monde devenu fou, ont adopté une esthétique digne des plus belles périodes de l’expressionnisme allemand. Chaque plan a la texture d’un tableau peint à l’huile, la musique renforce magnifiquement la puissance du récit. Il ne faut même pas louper une goutte du générique qui, en quelques scènes, place l’aventure dans un contexte historique essentiel, lui donne un relief universel.

Tito est un petit garçon grandi dans une immense cité où les murs ont poussé plus hauts que ceux de n’importe quelles prisons. On devine qu’il est ici fait allusion à São Paulo, la ville d’origine des réalisateurs où 20 millions de personnes vivent, pour la plupart cachées derrière des clôtures, des barbelés, des fils électriques, comme si la peur était devenue une pandémie. La peur, le pire fléau du monde, comme disait le père de Tito : « Elle ne se transmet ni par l’air, ni en buvant dans le même verre. La peur se transmet par les idées. »

Une phrase qui tourne en boucle dans la tête du garçonnet, surtout quand la télé déverse sempiternellement les mêmes litanies menaçantes, ne mettant en exergue que la violence, prédisant les pires catastrophes, conduisant chacun à se calfeutrer loin des autres, tétanisé. Le moindre bruissement d’aile apparait soudain aussi menaçant qu’un rugissement de monstre. Mais Tito a décidé pour sa part de ne plus jamais avoir peur et quand une étrange épidémie se propage, il va être le seul à en comprendre la source. Le voilà parti avec ses amis (en particulier l’inénarrable Buiu) sur les traces de la géniale invention de son père, une machine censée permettre de communiquer avec les oiseaux, les seuls, pense-t-il à pouvoir sauver l’humanité. N’oublions jamais que la vie appartient à ceux qui la rêvent et que l’enfance a cette vertu de croire que tout est possible.