LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

CINÉMA UTOPIA BORDEROUGE : ouverture le mercredi 12 juin
Jouez hautbois, résonnez musettes ! L’autorisation d’ouverture tant attendue est enfin arrivée. On brique les projecteurs, l’association Domino donne un coup de râteau dans le jardin, le mûrier exulte… et nous donc ! Attention ! ne vous trompez pas, ce mois-ci except...

Borderouge : L'attente et le désir…
Borderougeoises, Borderougeois !… Habitants des quartiers et petites villes alentours, Tournefeuillus en vadrouille… pardonnez nous ! Nous nous couvrons la tête de cendres, nous nous flagellons, nous nous mortifions, nous revêtons le cilice, dépités d’avoir dû annuler projections et ...

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...



LE DICTATEUR

(THE GREAT DICTATOR) Écrit et réalisé par Charlie CHAPLIN - USA 1940 2h05mn VOSTF - avec Charlie Chaplin, Paulette Goddard, Jack Oakie, Henry Daniell, Reginald Gardiner... Pour les enfants à partir de 10 ans.

Du 19/02/20 au 24/03/20 à Tournefeuille

LE DICTATEURN’ayons pas peur de la paraphrase et clamons-le bien haut : Quoi de neuf ? Chaplin. Et tout particulièrement Le Dictateur, car s’il est un film qui reste d’une brûlante actualité, qui procure toujours plaisir, émotion et réflexion, c’est bien celui-ci. Soixante dix ans après, l’audace du film est toujours stupéfiante : il faut toujours garder à l’esprit que c’est en pleine période du nazisme triomphant que Le Dictateur a été imaginé et réalisé. Et quand on voit avec quelle férocité, avec quelle verve Chaplin rentre dans le lard de Hitler (caricaturé de manière transparente dans le personnage de Hynkel), de Mussolini (alias Napaloni), et à travers eux de tous les tyrans passés, présents et à venir, on en reste baba d’admiration, et de gratitude. Le Dictateur est un acte de résistance d’un courage étonnant, un grand cri d’amour pour l’humanité et la démocratie, en même temps qu’une formidable comédie, qui frappe aujourd’hui encore par sa drôlerie et son invention.

Au cours de la Première Guerre mondiale, un soldat maladroit sauve la vie du valeureux pilote de chasse Schultz. Après quelques années passées à l’hôpital, ce soldat, devenu amnésique, reprend son métier de barbier dans sa boutique, qui a été incluse dans un ghetto juif. Le dictateur de Tomanie, Adenoïd Hynkel, qui ressemble physiquement trait pour trait au barbier, institue une discrimination contre les Juifs. Or le barbier est lui-même juif. Très vite le barbier a maille à partir avec les sbires du dictateur. Une jolie voisine, Hannah, le tire d’affaire. Puis c’est Schultz, devenu dignitaire (critique) du nouveau régime, qui le protège par gratitude. Les jours passent. Hynkel et son acolyte Napaloni, chef tout puissant de Bacteria, veulent envahir l’Osterlich, ils ont besoin d’argent. Espérant en obtenir auprès des banquiers juifs, Hynkel met la pédale douce sur les pogroms. La joie de vivre revient aux habitants du ghetto, mais elle est de courte durée : après le refus des banquiers, les persécutions reprennent, de plus en plus violentes…
Chaplin est omniprésent, puisque bien sûr le génial auteur-acteur interprète à la fois le barbier juif et le dictateur vociférant. Ce dédoublement n’est d’ailleurs pas pour rien dans la force comique du film, qui dynamite le nazisme en le ridiculisant. Un régal.