LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

On n'est jamais à l'abri du meilleur… Le projet Utopia Cinéma Durable continue ! 400% son objectif initial déjà atteint, 80 000€ ! Mazette ! Une fin d'année sur les chapeaux de roue !
Drôle d’année que 2020… Nous vous souhaitons une très belle année 2021, qu’elle soit meilleure et moins confinée que la précédente, qu’elle vous apporte la santé, la réalisation de vos projets. Il nous revient à tous de bâtir des alternatives solidaires, durables, respectueuses de l’humain et de nat...

Comme un cadeau de Noël à la planète ! Vous êtes-là ! Attention J-1 : il ne tient qu'à vous…
Lors de nos permanences, dans nos halls, sur les réseaux, il n'y a pas à dire vous êtes-là !Même sur Ulule : vous êtes-là ! sur https://fr.ulule.com/utopia-pont-sainte-marie/Par solidarité, pour soutenir un projet légitime, pour faire votre part ! WE DO OUR PART ! Parce qu'on ne peut pas laisser les...

Gébé, on arrête tout, on réfléchit / L'AN 01
Si, après avoir vidé votre PEL pour aider Utopia à concrétiser le projet de cinéma du futur à Pont Sainte Marie, il vous reste 3 sous d’épargne à dilapider dans la joie et la bonne humeur…On était très heureux de recevoir Pierre Carles à Utopia Borderouge, pendant le dernier festival du film gro...

lu dans BOX-OFFICE PRO : "Vers Troyes, Utopia fait appel au financement citoyen"
Le réseau indépendant, qui a obtenu le permis de construire le 19 octobre, a lancé une vaste campagne de financement participatif pour son projet de cinéma à Pont-Sainte-Marie, dans l’Aube.« Il est temps que le cinéma passe au vert ! » Déterminée, Anne Faucon a décidé de franchir une nouvelle ét...

BONNE MÈRE

Écrit et réalisé par Hafsia HERZI - France 2021 1h39mn - avec Halima Benhamed, Sabrina Benhamed, Jawed Hannachi Herzi, Mourad Tahar Boussata... Festival de Cannes 2021, sélection officielle Un certain regard.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BONNE MÈREEn 2007, une toute jeune actrice de 20 ans nous laissait pantois avec son impressionnante interprétation dans La Graine et le mulet d’Abdellatif Kechiche où elle incarnait une adolescente prête à tout pour sauver la petite entreprise de son père de cœur… Un rôle qui valait directement à la débutante un prix d’Interprétation à Venise. 12 ans et une petite trentaine de films plus tard, Hafsia Herzi est passée une première fois de l’autre côté de la caméra pour Tu mérites un amour, chronique à la fois tendre, lucide et parfois burlesque d’un chagrin d’amour, tournée l’espace d’un été et déjà sélectionnée à Cannes.
Mais depuis bientôt 15 ans, Hafsia Herzi mûrissait son grand projet : faire le portrait d’une de ces mères courage qu’elle a croisées pendant son enfance vécue dans les quartiers Nord de Marseille. Un projet qu’elle a fini, à force de ténacité et de conviction, par concrétiser. La très belle première séquence nous fait découvrir Nora, qui part de sa cité aux aurores, prend plusieurs correspondances de bus pour rejoindre au prix d’un trajet interminable l’aéroport de Marignane où elle fait partie de l’équipe d’entretien des avions. Mais comme beaucoup de femmes des quartiers populaires souvent issues de l’immigration, Nora vit la triple journée : une fois son travail terminé à l’aéroport, elle se rend ensuite chez une dame âgée dont elle est l’aide de vie et avec qui elle entretient, on le devine, un rapport d’amitié qui n’a que faire des classes sociales et de l’identité culturelle. Et enfin, quand elle rentre chez elle, c’est à sa nombreuse et tumultueuse famille qu’elle doit se consacrer : son fils, nounours gentiment glandeur à qui elle passe tout, sa fille, jeune mère qui combat la précarité, et son petit-fils à qui manque terriblement un père tombé en prison après un braquage qui a mal tourné.

C’est une chronique familiale et intimiste très juste, souvent extrêmement touchante, qui permet à Hafsia Herzi de restituer superbement tous les aspects de la vie des gens qui ont toujours été ses proches : le quotidien âpre et parfois violent dans des quartiers que la puissance publique a abandonnés, la menace de la prison, qui touche et sépare bien des familles, mais aussi l’amour et la solidarité de ceux qui ont si peu et qui transcendent – n’en déplaisent aux chroniqueurs fachos de C-News – les questions d’identité. Les merveilleuses scènes de partage entre les agents d’entretien de Marignane ne sont pas sans rappeler celles entre les ouvriers ou les cheminots des films de Ken Loach.
Et puis il y a la marque de fabrique Hafsia Herzi : ce sens de l’humour indéfectible qui est aussi l’arme des petites gens, des sans dents et autres catégories ignorées des dominants, et qui donne au récit de savoureux moments de respiration. C’est notamment le cas avec cette géniale histoire de filles qui se font des pépètes en assouvissant les penchants masochistes de quelques notables des quartiers Sud. Une anecdote parfaitement authentique, racontée par une de ses copines à une Hafsia adolescente et médusée. Et un joli pied de nez en passant à la supériorité de classe patriarcale !
Pour couronner le tout, Hafsia Herzi filme magnifiquement sa ville et son quartier qui, bien qu’il soit devenu l’un des plus dangereux d’Europe, porte une beauté brisée, poche de misère et de couleur, mais aussi de fierté au-dessus de la mer, loin des secteurs branchés qui font le bonheur des Parisiens en week-end. Du coup, face à tant de talent, on ne sait pas si c’est devant ou derrière la caméra qu’on est le plus impatient de retrouver prochainement Hafsia Herzi. Peu importe, ce sera de toute façon du bonheur.